www.archive-fr-2012.com » FR » S » SALLEDECONSOMMATION

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 251 . Archive date: 2012-11.

  • Title: Le site des Salles de Consommation à Moindre Risque - SCMR
    Descriptive info: ..

    Original link path: /
    Open archive

  • Title: Le site web : Salles de consommation à moindre risque (Drug Consumption Rooms)
    Descriptive info: Accueil.. Actualités.. 2011.. 2010.. 2009.. 2008.. 2007.. 2006.. Contributions.. Pétition.. Littérature.. Littérature française.. Littérature suisse.. Littérature allemande.. Littérature hollandaise.. Littérature espagnole.. Littérature luxembourgeoise.. Littérature anglaise.. Littérature danoise.. Littérature belge.. Littérature italienne.. Littérature européenne.. Littérature canadienne.. Littérature australienne.. Littérature norvégienne.. Littérature américaine.. Littérature portoricaine.. Littérature internationale.. Presse.. Agenda.. Annuaire SCMR.. français.. Suisse.. allemand.. espagnol.. luxembourgeois.. danois.. norvégien.. canadien.. australien.. Javascript est desactivé -.. Support du web.. -.. Boutons Traduction enligne site web.. Continuer à envoyer vos soutiens à l ouverture de salles de consommation à moindre risques.. Envoyez votre soutien !!!.. Actualité.. 11 octobre 2012.. FRANCE.. - Marisol Touraine, Ministre de la santé : je souhaite que nous puissions aboutir dans un délais rapide sur les salles de consommation.. Marisol Touraine, ministre de la santé, répondait aux questions des auditeurs.. Elle a répondu notamment à la question d Elisabeth sur les salles de consommation à moindre risque.. Voici la retranscription de l interview.. Suite.. Les salles de consommation à moindre risque ?.. Des «salles de consommation de drogue», centres dans lesquels les usagers de drogues confirmés sont autorisés à consommer leurs drogues dans de bonnes conditions d hygiène, sous la surveillance d un personnel qualifié et sans la crainte de l arrestation, fonctionnent dans trente-neuf villes européennes.. Le rapport européen sur les salles de consommation de drogue (European report on drug consumption rooms,.. OEDT.. ,  ...   l accès de ceux-ci à des soins de santé primaires dont ils ont grandement besoin ainsi qu aux services sociaux et de traitement.. Le taux de morbidité et les risques de mortalités, ainsi que la nuisance suscitée par la consommation de drogue en public, sont réduits grâce à l accès des consommateurs de drogue à un matériel d injection propre et à un environnement surveillé.. (Source : European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction).. Video du Forum sur les Salles de consommation aux 3èmes Rencontres Nationales.. RDR.. AFR.. - 14 15 oct.. TRIBUNE.. fermer la fenêtre.. ' );popup.. document.. close();">.. par Bernard BERTRAND.. 24 mai 2012.. Lettre au Premier ministre - Pour des structures d accueil, de consommation à moindre risque supervisée et à visée éducative.. Monsieur Le Premier ministre,.. Depuis mai 2010, les associations (.. CAARUD.. ,.. CSAPA.. ), les intervenants de terrains (médecins, infirmières, éducateurs, assistantes sociales.. ) en lien avec les associations de malades, accompagnent des personnes qui font usage de drogues et voient quotidiennement l environnement dans lequel évoluent ces personnes et les conséquences de telles habitudes, réclament l ouverture expérimentale de structures d accueil et de consommation à moindre risque supervisée et à visée éducative (.. SCMR.. ).. Copyright (C).. Voir mention légale.. Mise à jour :.. jeudi 8 novembre 2012.. Contacter l auteur à.. BertrandBobby salledeconsommation.. fr..

    Original link path: /accueil/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2012
    Descriptive info: ACTUALITES.. 11 octobre.. 09 octobre.. - AFP : Une salle de consommation de drogue prête à être expérimentée à Paris.. Médecins du Monde (MDM) et l association Gaïa-Paris ont présenté mardi devant la presse leur projet de salle de consommation de drogue, espérant que le gouvernement donnera rapidement son feu vert pour expérimenter cette structure à Paris.. - Communiqué de presse inter-associatif.. Salle de consommation à moindre risque : premier pas pour une relance de la politique de réduction des risques.. 05 octobre.. LUXEMBOURG.. - Salle de consommation de drogues à Esch prête en 2014.. Vendredi la fondation Jugend- an Drogenhëllef en collaboration a présenté le projet pour une salle de consommation à moindre risque rue de Luxembourg.. 02 octobre.. - Question écrite du Député du Vaucluse (Maire d Orange), Jacques Bompard à la Ministre de la Santé sur la mise en place des.. M.. Jacques Bompard interroge Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur son projet d expérimenter prochainement des salles d injection de drogue sous contrôle médicale.. 01 octobre.. DANEMARK.. - Ouverture de la première salle de consommation à moindre risque fixe à Copenhague.. Aujourd hui s ouvre au Danemark la première salle de consommation à moindre risque fixe dans le quartier de Vesterbro à Copenhague.. AUSTRALIE.. - Australian Medical Association gets behind safe injecting rooms.. THE Australian Medical Association has called for the trial of a supervised injecting facility in Victoria to prevent overdoses and help control the spread of blood-borne diseases including hepatitis C.. 27 septembre.. - Sondage Ifop pour Valeurs actuelles : Les Français et les salles de consommation de drogue.. Alors que certaines voix au sein du PS parisien se sont élevées pour demander l ouverture de salles de consommation de drogue sous contrôle médicale, les Français sont majoritairement opposés à cette proposition à hauteur de 55 %.. Cette enquête enregistre un retournement et un durcissement de l opinion (perceptible également sur d autres thématiques concernant la sécurité) puisqu en 2010, « seuls » 47 % des Français étaient défavorables à ce projet.. Sans surprise, c est dans les rangs des sympathisants de l UMP et du FN (respectivement 66 et 69 %) que l opposition est la plus vive, on notera néanmoins que 41 % des sympathisants de gauche se disent également défavorables à l ouverture de tels lieux.. Toutes les catégories socio-professionnelles y sont opposées à l exception des cadres supérieures et professions libérales (57 % de favorables), davantage adeptes du « libéralisme culturel ».. De la même façon, une courte majorité (54 %) des habitants de l agglomération parisienne s y montre favorable.. 24 septembre.. MILDT.. : Changement de cap sur la lutte contre la drogue et la toxicomanie.. Nommée à la tête de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (.. ) le 12 septembre dernier, Danièle Jourdain Menninger détaille sa feuille de route.. L ancienne inspectrice générale des affaires sociales promet un changement de cap au sein de la mission où la prévention, le soin et la répression seront placés au même niveau.. 21 septembre.. IRLANDE.. - Supervised Injection sites in Ireland?.. A number of TDs have recently expressed their frustration over inadequate needle disposal services following recent reports of nine year-old Holly Sheehy, who had to undergo prophylactic treatment for blood borne diseases, including HIV and Hepatitis C, following her contact with an inadequately disposed syringe in a residential area in Limerick.. The issue has generated a lot of political focus.. Several TDs have confirmed that they see supervised injection sites as a topic of possible consideration to ensure similar incidences are not repeated in the future.. 17 septembre.. CANADA.. - Drogues injectables : un documentaire pour piquer les consciences.. (Québec) Avec la diffusion prochaine de leur documentaire Pas de piquerie dans mon quartier, les frères Jonathan et Jean-Laurence Seaborn présentent un éclairage unique sur la vie des utilisateurs de drogues injectables.. 14 septembre.. - La ville de Lille est-elle favorable aux salles de shoot ?.. Lille va-t-elle accueillir des salles de consommation à moindre risque ? Le débat a été relancé au niveau national, et si la municipalité a participé à des travaux de réflexion, elle n a toujours pas pris position de manière officielle sur le sujet.. Au grand dam des associations.. 10 septembre.. - Salles de consommation à moindre risque : la (longue) réflexion lilloise.. Le fossé se creuse entre des associations de prévention qui réclament des lieux d injection assistée et des pouvoirs publics qui prennent leur temps pour réfléchir à la question.. 07 septembre.. - Life-expectancy jump astounds.. Public-health experts are astounded by new statistics that show residents of the drug-and disease-riddled Downtown Eastside in Vancouver are now living nearly as long as the average British Columbian.. 06 septembre.. - Salle de shoot : LE VRAI PROJET.. Entretien avec Jean-Pierre Lhomme du Centre médical Marmottan et Président de l association Gaïa-Paris.. En collaboration avec l Organisation non gouvernementale (ONG) médecins du monde, ce médecin généraliste a travaillé, avec son équipe, et aussi avec d autres professionnels du soin en toxicomanie sur le projet de salle de consommation à moindre risque et à visée éducative à Paris.. USA.. - California Users Union Fights for Safe-Injection Site.. A San Francisco group argues that America s first supervised injection facility would bring major health benefits.. 05 septembre.. - Salles de shoot : la bronca policière.. Les forces de l ordre craignent que les centres d injection de drogue servent de terreau à la délinquance.. CP du Réseau Français de RDR du 06/09/2012 : Salle de consommation à moindre risques : mais que fait la police ?.. 29 août.. - Communiqué de presse d Act Up Paris, AIDES, Fédération Addiction, Gaîa Paris, Médecins du Monde, Réseau Français de Réduction des risques, Sidaction et SOS Hépatites Fédération :.. Les.. : un dispositif validé par la science et l expérience de terrain.. - Drogues : Il est urgent d expérimenter les salles de consommation !.. Alors que le député Le Guen relance le débat sur l ouverture des salles de shoot, Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction, et Pierre Chappard, coordinateur du Réseau Français de Réduction des risques, prennent la parole pour défendre l utilité de ces lieux.. - Salles de shoot : le FN appelle à écarter cette idée délirante.. Le vice-président du FN, Florian Philippot, a appelé le gouvernement à rapidement écarter l idée délirante de salles de shoot.. La proposition a été avancée mercredi par le député PS Jean-Marie Le Guen au nom de la prévention et de la sécurité.. - Salles de shoot : l UMP hostile.. L UMP a redit mercredi son hostilité à l ouverture de salles de shoot comme l a proposé le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen, prônant la prévention de la toxicomanie plutôt que son encadrement.. - Salles de shoot : le débat relancé.. Le député PS, Jean-Marie Le Guen, a demandé au gouvernement d autoriser la création de salles d injection de drogue.. Un sujet polémique en France mais qui pourrait avoir fait son chemin au sein du gouvernement.. - M.. Le Guen (PS) appelle le gouvernement à autoriser les salles de shoot.. Le député socialiste et adjoint au maire de Paris Jean-Marie Le Guen demande au gouvernement d autoriser la création de salles d injection de drogue, notamment face à l augmentation de la consommation d héroïne à Paris, dans une interview au Parisien daté de mercredi.. 09 août.. COLOMBIE.. - Des centres de consommation de drogue qui font débat en Colombie.. Le maire de Bogota Gustavo Petro (gauche) a proposé d ouvrir des centres de consommation contrôlée de drogue pour tenter de juguler la criminalité liée au trafic, suscitant de vives critiques contre ce projet jugé par certains illégal et contre-productif.. Suivre le débat sur les centres de consommation de drogue en Colombie !.. 03 août.. - Gaïa Paris et Médecins Du Monde ouvriront une salle de consommation à moindre risque et à visée éducative à Paris fin 2012, début 2013.. L information était connue depuis plusieurs mois, mais a été dévoilée le 1er août par l.. sur son site internet : La première.. française ouvrira d ici quelques mois à Paris.. 23 juillet.. - Brochure QUI S Y FROTTE, NE S Y PIQUE PAS FORCEMENT.. On observe régulièrement des attitudes NIMBY (Not In My BackYard = Pas dans mon jardin et implicitement, dans le jardin de l autre si ça vous arrange)  ...   vendre pour la mafia cette drogue qui détruit la vie de ceux qui se l injectent.. De par son expérience, il a des suggestions à proposer quant à l ouverture des sites supervisés pour héroïnomanes.. - Laval n est pas prêt pour un site d injection supervisé.. Alors que l Agence de santé et des services sociaux de Montréal donne le feu vert à l implantation de services d injection supervisés en matière de drogue, le TRIL, un organisme communautaire et spécialiste de la santé publique estime que Laval est loin de cette réalité.. 14 mars.. - Sites d injection supervisés : Washington sermonne Québec.. Le Département d État américain dirigé par Hillary Clinton sermonne le Québec et le Canada sur l ouverture de sites d injection supervisés pour toxicomanes.. Le Journal a appris que Washington, dans un rapport qu il vient de rendre public, se dit préoccupé par l arrivée de ces piqueries légales, en évoquant la décision des autorités québécoises d en ouvrir à Montréal et à Québec.. 13 mars.. ITALIE.. - Les radicaux veulent 3 salles de consommation à moindre risque à Milan.. Dare vita a Milano a tre stanze del buco : e quanto propongono i Radicali con una proposta di delibera di iniziativa popolare su cui ora, con la nascita di un comitato promotore aperto a cittadini e associazioni, si impegnano a raccogliere cinquemila firme.. 21 février.. - Services d injection supervisée : un pas de géant vers une société mieux protégée.. Difficile de ne pas être interpellée par la récente sortie de la Direction de la santé publique de Montréal en faveur de l implantation de quatre services d injection supervisée (SIS) dans la métropole.. 17 février.. - Insite drug injection site seeing higher number of overdoses.. The number of heroin users at the city s supervised drug injection site requiring the use of a potentially life-saving medication to counter the effects of an overdose has steadily increased since September.. Coupled with the increased use of Narcan at Insite on East Hastings is the B.. C.. Coroners Service s investigation into 28 suspected illicit drug overdose deaths in Vancouver since September, eight of which occurred in January.. 15 février.. - Montréal : Des centres d injection dans 3 mois ?.. D ici trois mois, Montréal pourrait imiter Vancouver en ce qui concerne les centres d injections supervisés pour les toxicomanes.. 14 février.. - Débattre de l ouverture des centres d injection supervisés: un devoir politique.. Une expertise collective de l Inserm publiée le 30 juin 2010 Réduction des risques chez les usagers des drogues fait apparaître tout l intérêt que représentent les centres d injections supervisés (CIS) pour les usagers à haut risque.. Cette étude estime de l ordre de 200.. 000 à 250.. 000 personnes le nombre des usagers problématiques de drogues en France, et justifie le bien fondé d une politique de réduction des risques visant tout particulièrement les populations en situation de précarité sociale qui s injectent des stupéfiants dans un contexte de promiscuité accentuant les risques de contaminations et d overdoses.. Les centres d injection supervisés se sont mis en place depuis 2003 et apportent des réponses adaptées, selon les évaluations qui en sont faites par les autorités sanitaires et de sécurité publique de pays comme l Allemagne, l Australie, le Canada, l Espagne, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et la Suisse.. 07 février.. - Sites d injection supervisée : Tremblay dit non aux organismes communautaires.. Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a annoncé mardi soir une nouvelle condition à la création de sites d injection supervisée (SIS) dans la métropole : ceux-ci doivent être situés dans des établissements du réseau de la santé et des services sociaux.. 03 février.. - Abrigado : 2 millions d euros pour la nouvelle structure d accueil provisoire.. Depuis lundi, les personnes toxicomanes peuvent se rendre dans la structure d accueil Abrigado située route de Thionville, pour consommer leurs stupéfiants en toute sécurité.. La nouvelle structure provisoire remplace l ancienne Tox-in devenue vétuste avec le temps.. 20 janvier.. - Des centres de consommation de drogue d ici fin 2014 ?.. A DRUG project plans to set up the country s first consumption room to allow users inject drugs under medical supervision.. Such a facility is currently illegal under Irish law, but the Anna Liffey project wants to open one by the end of 2014.. The agency celebrates its 30th anniversary this year and plans to push the matter with the Government, gardaí and other agencies.. 19 janvier.. - Plans for new supervised drug injecting centre in Dublin.. THE ANA LIFFEY Drug Project will outline its ambitious strategy for the next three years today, including plans to set up an injecting centre in Dublin.. 10 janvier.. - Push for safe injecting room in Footscray.. A SEDDON father confronted by drug paraphernalia in a Footscray toilet is part of a growing push for a safe injecting room in the area.. 08 janvier.. - Group calls for second supervised injection site in Vancouver.. VANCOUVER - The group that runs InSite says there is a clear need for a second supervised injection site in Vancouver.. 03 janvier.. - $600K spent in bid to close injection site underscores Tory stubbornness.. VANCOUVER - The Harper government spent hundreds of thousands of dollars in its unsuccessful legal battle against Insite, Vancouver s supervised injection site, according to newly released documents.. SALLES DE SHOOT ?.. Auteur :.. Bernard BERTRAND.. Ed.. Books on Demand.. Oct.. Un regard engagé en faveur de l expérimentation de structures d accueil avec possibilité de consommer à moindre risque des drogues.. Les salles de shoot ou, terme moins sensationnel, les structures d accueil avec possibilité de consommer à moindre risque des drogues, ont défrayé la chronique cet été 2010 jusqu à ce que le Premier Ministre français déclare qu elles n étaient « ni utiles, ni souhaitables ».. Pourtant, ces structures existent déjà au Canada, en Australie et dans six pays européens (Suisse, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Norvège et Luxembourg) et les résultats des évaluations sont tous favorables tant pour la collectivité du point de vue de la lutte contre la toxicomanie et la délinquance que pour la santé publique et individuelle.. En France, c est le.. collectif du 19 mai.. , regroupant les associations ANITeA, Act up Paris, ASUD, SOS Hépatites IDF, Safe, Gaïa Paris, salledeconsommation.. fr et SOS Drogue International qui travaille à la question de la mise en oeuvre de projets pilotes.. Le présent ouvrage est une aide à la réflexion pour une expérimentation de ce dispositif de réduction des risques.. Journal ASUD : spécial salles de consommation.. Les premières salles de consommation à moindre risque (.. ) ont été implantées en Suisse à la fin des années 80.. Aujourd hui, il en existe aussi aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, en Australie, au Canada, en Norvège,.. et depuis juillet 2005, au Luxembourg, le neuvième pays à ouvrir une.. pour usagers de drogues.. Actuellement, ce sont donc 78 structures dans 45 villes du monde qui ont opté pour ce type de programme.. Et la France ? Un dossier concocté par.. Bernard Bertrand.. on peut franchir le pas, faire un essai.. Cette étude nous aide à comprendre les enjeux véritables de l actualité de la politique menée en matière de stupéfiants et, en jetant un éclairage scientifique sur les lieux de consommation à moindres risques , l auteur nous ramène au c ur de cette politique de réduction des risques que les professionnels du secteur connaissent bien, mais que le public français ignore faute de débat public.. Fabrice Olivet, ASUD-Journal.. -.. Les structures d accueil avec possibilité de consommer à moindre risque des drogues, peuvent réduire plusieurs des risques liés à l utilisation de drogues.. En France, les associations étudient la possibilité de mener un projet pilote.. Le Tourisme d assistance des usagers de drogues.. L Harmattan.. Sept.. 2003.. Cette recherche, est une analyse de la situation en matière de consommation de drogues dans le Département du Haut-Rhin, ainsi que sur les salles d injection à moindre risque ( Gassenzimmer ) de Bâle-Ville (Suisse).. Les salles d injection à moindre risque sont des structures du type Boutique en France, qui permettent aux usagers de drogues qui injectent, de consommer dans de bonnes conditions d hygiène et sous la surveillance de professionnels.. Actes de la Journée-Débat : Réduction des risques et salle d injection.. Organisée par l association LUDIC, le 30 octobre 2001 à Mulhouse..

    Original link path: /actualite/index.html
    Open archive
  •  

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2011
    Descriptive info: Actualité 2011.. 23 décembre.. - Un site d injection supervisée à Verdun d ici un an.. Verdun est dans le champ de mire de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM).. En effet, dans le meilleur scénario, le sud-ouest de Verdun accueillera l un des sites d injection supervisée (SIS) et ce, d ici un an.. C est ce qu a annoncé l ASSSM, vendredi 16 décembre, alors qu elle rendait public son Rapport de l étude de faisabilité sur l implantation d une offre régionale de services d injection supervisée.. 05 décembre.. - La.. épinglée par le Sénat.. Communiqué du Réseau Français de Réduction des risques + Compte-rendu de la séance de discussion au Sénat suite au Rapport de Laurence Cohen.. 02 décembre.. - Rapport de la Commission des affaires sociales sur le projet de loi de finances de la.. pour 2012.. p.. 16 -.. C est pourquoi, pour lutter efficacement contre l épidémie d hépatite C qui a pris des proportions très importantes ces dernières années, de nombreuses associations prônent l ouverture de salles de consommation supervisées, sur le modèle de ce qui a déjà été expérimenté chez certains de nos voisins (Suisse, Espagne, Allemagne).. Les élus locaux de plusieurs grandes villes de tous bords politiques, comme Paris, Marseille et Bordeaux, se sont déjà portés volontaires pour participer à une telle expérimentation.. Ces salles sont un outil de prévention, mais également un moyen d entrer en relation avec les usagers, de mieux connaître leurs habitudes et leurs besoins et de les orienter, s ils le souhaitent, vers des structures de soin.. Cette formule, qui a causé de vifs débats l an dernier avant d être rejetée par la mission d information sur les toxicomanies6(*), mérite d être traitée non d un point de vue moral mais d un point de vue pragmatique, celui de la réduction du risque pour les usagers et des nuisances pour la société.. Alors que dans de nombreuses villes, les toxicomanes les plus précaires consomment des produits illicites dans l espace public, il est nécessaire de diminuer les troubles à l ordre public que cela occasionne, tout en sachant que l emprisonnement de ces personnes ne constitue pas la solution appropriée.. La recrudescence de conduites à risques en matière d usage intraveineux montre les limites des politiques actuelles de réduction des risques.. Votre rapporteure invite donc à la création, dans un cadre expérimental, d un nombre limité de ces structures afin d évaluer l aide qu elles apporteraient à un public très précaire.. Présentation du rapport et recommandation par la Sénatrice Laurence COHEN, le 2 décembre 2011.. France Culture - 6 décembre 2011.. 07 novembre.. - Services d injection supervisée : au moins cinq projets pour Montréal.. Au moins cinq Services d injection supervisés (SIS) pourraient voir le jour à Montréal dans plusieurs quartiers différents, a appris La Presse de plusieurs acteurs engagés de près dans le dossier.. Si le ministère de la Santé a récemment accordé son feu vert au projet, ce dernier semble encore loin de voir le jour et de faire l unanimité.. 20 octobre.. - Le Danemark adopte le projet de loi pour rendre légale l établissement des.. Les quatre partis à la majorité ont adopté le projet de loi pour rendre légale l établissement des salles d injection pour toxicomanes, explique le porte-parole social-démocrate de la santé Sophie Hæstorp Andersen.. 14 octobre.. - L Etat français en retard.. Jean-Pierre Daulouède, organisateur du colloque THS qui se tient actuellement à Biarritz, salue cette décision juridique mais déplore l attitude de l Etat français : Le refus de nos politiques d uvrer pour la réduction de risques liés aux drogues, comme l instauration de salles d injection et le retard pris avec les produits de substitution, explique grandement que la France est le deuxième pays européen le plus touché par le VIH.. 13 octobre.. - Centre d injection supervisée: au moins un an avant l ouverture.. L organisme Point de Repères se donne un horizon de 12 à 18 mois avant l ouverture à Québec d un centre d injection supervisée pour les usagers de drogues intraveineuses.. Le temps de mener des consultations afin de rendre ce projet socialement acceptable.. Sur ce point, le conseil de quartier Saint-Roch reprendra d ailleurs le vote sur cette épineuse question le 27 octobre.. - Québec donne le feu vert aux centres d injection supervisée.. À la lumière du récent jugement de la Cour suprême confirmant la légalité et la légitimité d un centre d injection supervisée de drogues sur la côte Ouest, le ministre de la Santé du Québec s affiche favorable à l implantation de piqueries légales chez nous.. 10 octobre.. - Compte-rendu du colloque du 5 octobre sur les salles de consommation.. Communiqué du Réseau Français de Réduction des risques.. Dossier participant Conférence-Débat du 5 octobre 2011.. 07 octobre.. - Les salles de consommation à moindre risque, un dispositif en expansion.. sauf en France.. Communiqué de presse du Réseau Français de Réduction des risques.. 04 octobre.. - Les obstacles à l implantation de sites d injection supervisée demeurent.. Les obstacles à l ouverture de sites d injection supervisée (SIS) restent nombreux au Québec en dépit de la décision favorable rendue la semaine dernière par la Cour suprême.. Pendant des mois, le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a dit qu il attendrait le jugement avant de se prononcer.. Maintenant, il attend d en avoir fait l analyse.. 03 octobre.. - L ADDICQ réclame des services d injection supervisée au Québec.. La mise en place de services d injection supervisée (SIS) québécois est réclamée par l Association pour la Défense des Droits et l Inclusion des personnes qui consomment des drogues du Québec (ADDICQ).. Elle en fait la demande quelques jours après que la Cour suprême ait statué que le centre d injection supervisée Insite de Vancouver pouvait continuer à offrir ses services.. - Les salles de shoot font débat à l Hôtel de Ville.. Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris chargé de la Santé Publique et des relations avec l Assistance publique - Hôpitaux de Paris, ouvrira, mercredi à 17h30 à l Hôtel de Ville, la conférence-débat sur les salles de consommation à moindres risques, organisée en partenariat avec la région Île-de-France et l association Auto-support des usagers de drogues (ASUD).. Les représentants de Rotterdam, Bilbao et Vancouver (médecins, forces de l ordre, élus locaux, chercheurs) présenteront à cette occasion leurs expériences locales et viendront débattre avec le public.. - Le maire Watson ne veut pas d un «Insite» ottavien.. Le maire d Ottawa Jim Watson affirme qu il fermerait la porte à toute demande éventuelle pour l ouverture d un site d injection supervisé dans la capitale.. 30 septembre.. - La Cour suprême dit OUI aux centres d injection supervisés.. Des centres d injection de drogue supervisée pourraient voir le jour un peu partout au pays, après une décision de la Cour suprême du Canada qui contrecarre le désir du gouvernement conservateur de les interdire.. Photos après l annonce de la victoire d INSITE.. Communiqué de presse - 11-10-2011 : La Direction Régionale de Santé Publique de la Capitale-Nationale est satisfaite de la position du Ministre et amorce le travail.. Revue de presse INSITE : Décision de la Cour Suprême du Canada, Sept et Oct 2011.. - Top court to rule Friday on Vancouver s supervised injection site.. OTTAWA The Supreme Court of Canada will announce Friday its landmark decision on Vancouver s supervised injection site for addicts.. ALLEMAGNE.. - Die Fixer sind älter geworden.. Vor zwanzig Jahren waren Fixerräume heftig umstritten heute sind sie eine Selbstverständlichkeit.. In den vier Kontakt- und Anlaufstellen der Stadt Zürich können Drogenabhängige unter hygienischen Bedingungen ihren Stoff konsumieren.. 12 septembre.. - Nu kan narkomaner fixe i ambulancen (Maintenant les toxicomanes fixent dans une ambulance).. Un nouveau projet pour les toxicomanes va surgir dans la campagne électorale.. Le Bloc rouge promet des salles d injection de drogue, si on leur donne le pouvoir.. Le gouvernement rejette.. 25 août.. - Drug injecting centre sought.. COMMUNITY groups want medically supervised injecting centres to be put back on the agenda for the Fortitude Valley area.. 21 août.. SUISSE.. - Le premier local d injection de Suisse fête ses 25 ans.. Il y a 25 ans, à l automne 86, le premier local d injection de Suisse ouvrait ses portes à Berne.. Les toxicomanes peuvent, depuis, venir se piquer dans de bonnes conditions d hygiène.. Un modèle qui a fait école, surtout en Suisse alémanique.. 12 août.. - Brisbane injecting room a must.. The man behind the controversial Kings Cross injecting room says Brisbane must follow suit to provide a safe environment for addicts.. Australian Drug Law Reform Foundation president Alex Wodack said Brisbane had a different drug scene to Sydney, but the city needed to acknowledge it had a rising drug problem.. 04 août.. - Hépatite : On a mis 30 ans avant de le soigner.. Atteint de l hépatite C, Roland Parisien aura attendu plus de 30 ans avant de se faire soigner, par méconnaissance de cette maladie.. À l occasion de la Journée mondiale contre l hépatite, qui se tient aujourd hui, il tient à mettre la population en garde contre cette « maladie sournoise ».. 29 juillet.. - Toxicomanie : Cactus reporte son projet de centre d injection supervisée.. L organisme d aide aux toxicomanes Cactus reporte l ouverture d un centre d injection supervisée à Montréal.. Selon le président du conseil d administration de Cactus, l avocat Louis Letellier de St-Just, le projet, qui aurait dû être réalisé au mois de juin n est pas abandonné pour autant.. 28 juillet.. - Santé publique : Un groupe réclame des centres d injection supervisés partout au Canada.. Des centres d injection supervisés devraient être ouverts dans toutes les régions du pays afin de freiner la propagation des virus de l hépatite B et C, soutient une coalition qui réclame une approche plus énergique dans la lutte contre ces maladies infectieuses.. 1er juillet.. - Toxicomanies : Lemorton dénonce la vision sécuritaire et moraliste de l UMP.. Présidente du groupe d Études sur les Toxicomanies à l Assemblée Nationale, la député socialiste de Toulouse, Catherine Lemorton, membre de la mission bicamérale Sénat/Assemblée Nationale sur le sujet, indique aujourd hui avoir voté contre « le rapport qui est sorti après 6 mois d auditions et dont les conclusions semblaient écrites par avance ».. 29 juin.. - Le rapport de la Mission parlementaire : incohérences, approximations et mauvaise foi !.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 29 juin 2011.. **.. La Mission d information examine le rapport de Mme Françoise Branget, corapporteure pour l Assemblée nationale, et de M.. Gilbert Barbier, corapporteur pour le Sénat.. Rapport provisoire d information sur les toxicomanie (Mission d information Assemblée Nationale/Sénat), Juin 2011.. Contribution des députés du groupe SRC et de sénateurs du groupe socialiste membres de la mission bicamérale sur les toxicomanies, 4 juillet 2011.. 28 juin.. - Salles de shoot : la polémique relancée.. La fin de non-recevoir opposée par un récent rapport parlementaire à la dépénalisation du cannabis et aux salles d injection supervisées scandalise les partisans d un débat sur ces sujets controversés, qui y voient un document à charge , dans la ligne du gouvernement.. 27 juin.. - Un pré-rapport parlementaire contre la dépénalisation et les salles de consommation.. La dépénalisation de l usage du cannabis constitue une impasse éthique et juridique et les salles de consommation de drogue sont une option hasardeuse , selon un pré-rapport d information parlementaire sur les toxicomanies dont l AFP a obtenu des extraits lundi.. - Nice : piquée par une seringue usagée en allant à la plage.. Pour Stéphane Akoka, le responsable d « Entractes », cet accident illustre la nécessité de salles de consommation.. « Notre local n est pas un lieu de consommation.. Un des effets pervers c est que les usagers, qui souvent n ont pas de maison, consomment à proximité.. Et même si on les sensibilise et qu on leur explique comment jeter le matériel pour limiter les risques, il y a parfois des problèmes ».. 18 juin.. - Piquerie supervisée dans St-Roch : le conseil de quartier mis en demeure.. Le projet de piquerie supervisée dans la Basse-Ville continue de faire des vagues.. La firme Leblond Associés a mis en demeure le Conseil de quartier Saint-Roch de cesser «toute démarche» relative à un éventuel centre d injection.. Un avis qui n a toutefois pas empêché le C.. A.. du conseil de quartier de se prononcer en faveur d un tel service pour les toxicomanes.. 16 juin.. - Les salles de shoot en attente.. Autre sujet récemment relancé à Paris, l expérimentation d une salle de shoot dans la capitale semble pour le moment très difficile à mettre en uvre.. Les salles de consommation de drogue à moindre risque sont des lieux spécifiquement destinés au consommateur de drogues dures, dont l objectif est de les sortir de la spirale de la précarisation.. 15 juin.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 15 juin 2011.. - Cactus Montréal : l attente.. « Attends, je vais me laver les mains », me dit Jean-François Mary en m accueillant chez Cactus Montréal, le Centre d action communautaire auprès des toxicomanes utilisateurs de seringues.. Comme tous les matins, il vient de terminer sa corvée de ramassage de seringues derrière la ruelle, et veut éviter tout risque de contamination.. 09 juin.. - Livre Blanc de l Addictologie : 100 propositions pour réduire les dommages des addictions en France.. Proposition 49.. : Soutenir des dispositifs innovants en direction de populations particulières (notamment des centres de consommations supervisées), les actions dans les lieux festifs et auprès des publics précaires.. - TRIBUNE - Le Président de la.. préfère la philosophie à la santé des Français !.. Dans un communique de presse daté du 8/06/2011, Nora BERRA, Secrétaire d Etat chargée de la Santé, se prononce contre la légalisation et la dépénalisation du cannabis :.. Je considère que les interrogations philosophiques s arrêtent tout simplement là où commence la santé des Français et de leurs enfants !.. Rappelons que sur le débat des salles de consommation à moindre risque, Etienne APAIRE, Président de la.. , déclarait « ces centres sont discutables sur un plan philosophique.. » (Le Monde, 10/08/2010).. APAIRE semble, sans surprise, donner peu de place à la santé des Français.. Le débat philosophique l intéresse plus que les preuves scientifiques !!!!.. - Toulouse : L association de riverains et commerçants Bayard Avenir contre l installation d une « salle de shoot ».. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 8 juin 2011.. 07 juin.. - Project Primer: Safe injecting rooms.. Victorian Premier Ted Baillieu recently blocked plans by the Yarra Council to open a supervised injecting centre in the inner-city suburb of Richmond.. Meanwhile, Sydney s Medically Supervised Injecting Centre in Kings Cross has just celebrated its tenth anniversary amid massive controversy over its effectiveness.. So what are the major arguments for and against safe injecting rooms? The 7PM Project is here to help with an equally-ill-informed summary of both sides of the debate.. 03 juin.. - Centre d injection supervisée: Cactus repousse son projet au centre-ville.. Les appuis se multiplient en faveur des centres d injection supervisée.. Il y a un mois, une étude scientifique a conclu qu ils aident à sauver des vies.. Puis, dans un rapport publié hier, plusieurs personnalités déclarent que les gouvernements devraient les soutenir plutôt que de poursuivre la traditionnelle « guerre contre la  ...   du Vieux-Limoilou où le projet pourrait également voir le jour, a appris Le Soleil.. 25 avril.. - Les libéraux en faveur des centres d injection.. Ottawa.. - Michael Ignatieff souhaite l ouverture de centres d injection supervisés à travers le Canada.. Le chef libéral fédéral explique qu il a constaté les bienfaits du centre d injection Insite à Vancouver.. «Je pense que le centre fait un travail très utile et que cela sauve des vies », a déclaré M.. Ignatieff en point de presse, lundi.. 22 avril.. - Les élus UMP de Paris réitèrent leur opposition aux salles de shoot.. Considérant qu en matière de toxicomanie le seul objectif médical possible est le sevrage , les élus UMP de Paris réaffirment leur opposition aux salles de shoot , terme qui désigne familièrement les centres de consommation supervisés.. 20 avril.. - Sites d injection supervisée Question d éthique.. Avis à tous ces incrédules juchés aux balcons politiques et qui lèvent encore le nez sur les sites d injection supervisée: une percutante étude tout juste publiée par The Lancet tisse un lien solide entre la pertinence de ces lieux controversés et 35 % de vies sauvées de plus.. Que faut-il de plus ?.. - Les salles de consommation sont utiles et souhaitables.. 19 avril.. - Le député et candidat aux primaires PS Manuel Valls favorable aux salles de consommation.. Valls dévoile son programme sur la sécurité.. - Les salles de shoot protègent de l overdose.. Alors qu en France, le gouvernement a mis un terme au débat sur l existence des centres de consommation de drogue supervisés, une étude canadienne montre que leur proximité permet de réduire le taux de décès par overdose.. - Centre d injection supervisé : une étude fait état de résultats spectaculaires à Vancouver.. - Alors que le débat sur l arrivée éventuelle d un centre d injection supervisé dans le centre-ville de Québec défraie de plus en plus les manchettes, une étude réalisée sur la piquerie supervisée de Vancouver démontre une chute de 35 % du nombre de surdoses mortelles survenues dans les environs de cet établissement.. - Post Politik - Radio LE MOUV.. Interview de Bernard BERTRAND sur les salles de consommation.. - Cactus Montréal reporte l ouverture de son site d injection supervisée.. Malgré une nouvelle étude favorable aux sites d injection supervisée qui établit que le centre Insite de Vancouver réduit de 35 % la mortalité des utilisateurs de drogues injectables, Cactus Montréal reporte l ouverture de son site initialement prévue pour cet été.. - Insite : l idéologie ou la science ?.. Co-auteur d une étude sur l efficacité du centre d injection supervisé Insite à Vancouver, le Dr Thomas Kerr affirme que les électeurs devraient s inquiéter d un gouvernement fédéral qui prend des décisions basées sur l idéologie et non la science.. - Baisse des décès par overdoses près des salles de shoot.. Le taux de décès par overdose a été réduit de plus d un tiers aux alentours de la première salle de consommation de drogue d Amérique du nord mise en place il y a huit ans à Vancouver (Colombie britannique, ouest du canada), selon un article publié lundi dans the Lancet.. 15 avril.. - Drogues : « Le gouvernement veut contrôler les chiffres ».. Favorable aux salles de shoot, Jean-Michel Costes, ex-directeur de l.. OFDT.. récemment évincé, dit avoir résisté à des pressions.. 14 avril.. - Eviction du directeur de l.. : Etienne Apaire fait l unanimité.. contre lui.. 13 avril.. - Questionnaire Election fédérale 2011 : Les réponses.. Vous trouverez, ci-joint, les réponses au questionnaire que vous nous avez fait parvenir dans le cadre des élections fédérales 2011.. Nous espérons que les réponses fournies vous permettront de mieux comprendre notre action politique.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 13 avril 2011.. 08 avril.. - Harm Reduction 2011 Beirut - Intervention du.. Collectif du 19 mai.. en séance plénière.. France : a mock Supervised Injection Facility as a step forward for harm reduction.. - L Ordre des médecins défavorable aux centres d injections supervisés.. Dans un avis rendu public sur son site internet, le conseil national de l Ordre des médecins (Cnom) prend position contre la création de centres d injections supervisés.. Le Cnom a parfaitement conscience de la nécessité de prendre en charge les patients toxicomanes.. Mais ces structures, où les usagers de drogues peuvent venir s injecter des drogues qu ils apportent sous la supervision de personnel qualifié (lire le rapport de l Inserm), lui paraissent dangereuses à plusieurs titres.. « On lève un interdit, on accepte l injection d un produit illicite et on brouille le message pour les jeunes générations, sans réduire pour autant le trafic de drogues », argumente le Dr Patrick Romestaing, président de la section santé publique et démographie médicale du Cnom Le Cnom soulève aussi la question de la responsabilité des praticiens.. « Le médecin peut-il être à la fois témoin, et quelque part, complice d un patient qui s injecte devant ses yeux une drogue illicite ? Et que se passera-t-il, si malgré son intervention, l usager décède par overdose ? », s interroge le Dr Romestaing.. Il existe, certes, des centres d injection en Hollande, en Allemagne, en Suisse, en Espagne et en Australie.. Mais l Ordre rappelle que la.. Mildt.. a évalué leur fonctionnement à un million d euros par an.. Pour l Ordre, il serait préférable de s appuyer sur les centaines de structures qui existent déjà sur le territoire (centres d accompagnement et d aide à la réduction des risques des usagers des drogues, centre des soins, d accompagnement et de prévention à l addiction) et de favoriser l approche sociale en prévoyant des lieux d hébergement pour ces patients.. Avec cet avis défavorable, le Cnom rejoint la position de l Académie de Médecine et celle du Pr.. Etienne Apaire, président de la.. 07 avril.. - Réponse à la SDC de Qc - S informer.. pour se rassurer sur l injection supervisée.. Le mardi 5 avril 2011, on apprenait dans les pages du journal Le Soleil qu une association de commerçants du centre-ville de Québec s opposait « fermement » à l instauration d un Service d Injection Supervisée (SIS) dans le quartier St-Roch.. (1) Ce que l article ne dit pas, c est que cette position, adoptée à l unanimité mardi dernier par une quarantaine des membres de la Société de Développement Commercial (SDC), est basée sur des craintes non fondées et des préjugés plutôt que sur des faits.. - Layton still supports injection site.. Courtenay, B.. - Jack Layton says the NDP will continue to stand behind a controversial safe injection site in Vancouver, which the federal government is fighting to shut down in Canada s top court.. 06 avril.. - Observatoire des drogues: le directeur se dit évincé.. Paris.. Le directeur de l Observatoire des drogues et de la toxicomanie Jean-Michel Costes ne sera pas reconduit dans ses fonctions, a-t-il annoncé mercredi à l AFP, jugeant faire les frais de ses désaccords avec le président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue (.. - Conseil National du Sida - L impact des politiques relatives aux drogues illicites sur la réduction des risques infectieux.. A l occasion de son audition devant la mission commune d information de l Assemblée nationale et du Sénat sur les toxicomanies, le Conseil national du sida rend public une Note valant avis sur l impact des politiques relatives aux drogues illicites sur la réduction des risques infectieux.. 05 avril.. - Piquerie supervisée dans St-Roch: ferme opposition des commerçants.. - Les commerçants de St-Roch s opposent fermement à l implantation d une piquerie supervisée dans leur quartier.. - St-Roch : Les résidents seront consultés sur un projet de site d injection supervisé.. À Québec, l arrivée possible d un site d injection supervisé en Basse-Ville fera l objet d une consultation publique le 14 mai au Centre Saint-Roch.. 03 avril.. - Bulletin ENCOD 74.. Question : En 2009 la France n a pas soutenu l introduction du terme réduction des risques parmi les objectifs des politiques des drogues de l ONU, êtes-vous toujours du même avis ?.. François Poinsot, représentant du gouvernement français à Vienne : La France pense que la réduction des risques est un élément capital des politiques des drogues.. Mais nous ne voulons pas faciliter l usage, donc nous ne permettront pas l installation de salles de consommation supervisées.. 02 avril.. - Montreal campaigns for safe injection sites.. A local health advocacy group is stepping up its campaign for a safe injection site in Montreal.. On March 21, members and allies of the group l Association pour la Défense des Droits et l Inclusion des personnes qui Consomment des drogues du Québec (ADDICQ) marched through eastern downtown and Old Montreal, demanding that the city government and police respect the rights and dignity of drug addicts in the streets.. 30 mars.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 30 mars 2011.. - Philippe Goujon : Non aux salles de shoot en France.. Aux yeux de leurs opposants, les salles de consommation de drogues apparaissent comme une entreprise visant à encourager la consommation de stupéfiants, à affaiblir l efficacité de la politique française de réduction des risques et sont un foyer potentiel de désordre à l échelle des quartiers où elles sont implantées.. 29 mars.. - Quai 9 : une salle d injection au c ur de Genève.. *Le Quai 9 à Genève, géré par l association Première Ligne, est une des premières expériences de mise en service d un lieu d injection et de consommation de drogues dans une grande ville d Europe.. En dix ans d existence, elle témoigne de l insertion réussie d un lieu d accueil d usagers de drogues dans l espace urbain.. - Appui aux piqueries supervisées.. - Les organismes québécois d aide aux toxicomanes qui souhaitent mettre sur pied des piqueries supervisées ont reçu un appui indirect du Procureur général du Québec, a appris Le Soleil.. 23 mars.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 23 mars 2011.. 21 mars.. - L A.. N.. P.. A.. est favorable à l ouverture des salles de consommation à moindre risque.. Explications d Alain Rigaud, Président de l Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie.. 17 mars.. - Les services d injection supervisée (SIS) : un besoin de la communauté !.. Mario Gagnon, le directeur général de l organisme Point de repères, propose de mettre sur pied une «piquerie assistée» à Québec.. Il explique pourquoi il considère qu il ne s agirait pas là d un nouveau problème, mais d une solution.. 16 mars.. - Les salles de consommation de drogues : entre santé et sécurité publiques.. Faut-il ouvrir des salles où consommer de la drogue sous surveillance médicale ? Ces salles diminuent-elles les risques liées aux toxicomanies ? Et où les implanter : en c ur de ville ? Marie Jauffret-Roustide revient ici sur les enjeux de ce débat en soulignant la dimension spatiale de la prévention sanitaire.. 11 mars.. - Baisse régulière du taux d infection au VIH en C.. -B.. Précurseur en matière de lutte contre le SIDA, le Dr Julio Montaner, reconnu mondialement pour ses travaux sur la maladie, est un fervent défenseur du centre d injection Insite, ouvert en 2003 dans le Downtown Eastside à Vancouver.. En dépit de la menace de fermeture brandie par le gouvernement fédéral, le coordinateur du programme de recherche sur le SIDA à l hôpital Saint-Paul de Vancouver a prouvé avec ses équipes l efficacité de la trithérapie sur les toxicomanes atteints du virus, faisant de la Colombie-Britannique un exemple en la matière.. 09 mars.. - Crack en Ile-De-France : l échec du tout répressif.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 9 mars 2011.. 02 mars.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 2 mars 2011.. 1er mars.. - Site d injection supervisé : En attendant le ciel bleu.. 25 février.. - Harm-reduction groups enter legal fray over safe-injection site.. The Supreme Court of Canada has allowed a group of health care, civil liberties and harm-reduction agencies to intervene on behalf of Vancouver s safe-injection site.. - Lutte contre les addictions : Pour l expérimentation de salles de consommation supervisée.. Soutenue par des acteurs de premier plan, la mise en place en France à titre expérimental de salles de consommation supervisée, où les usagers de drogue peuvent consommer sous contrôle médical, est battue en brèche par le gouvernement.. Cette note montre qu un tel dispositif s inscrit pourtant dans la droite ligne de la politique de réduction des risques qui a porté ses fruits en France depuis les années 1980.. Il offre une réponse efficace aux problématiques de santé et de sécurité publiques liées à la consommation de drogue, comme l attestent les expériences menées dans d autres pays.. Malgré les arguments scientifiques en faveur d une telle démarche pragmatique de réduction des dommages, le gouvernement se cramponne à la chimère d une société sans drogue.. 16 février.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 16 février 2011.. - Colloque : Les salles de consommations à moindres risques : Si nous dépassionnions le débat ?.. 9h 00 à 17h 30 au Parlement Européen (Strasbourg).. Ces dernières années ont été marquées par de réels progrès en matière de réduction des risques dans le champ des addictions : accès facilité au matériel de prévention, nette diminution de la prévalence du VIH et développement d une politique de santé publique contre les contaminations par les virus de l hépatite B et de l hépatite C.. Toutefois, force est de constater l existence d un noyau dur des pratiques d injection de substances psychoactives.. En effet, la persistance de l injection pose aujourd hui un problème difficile à l ensemble des acteurs de soins dans le champ des addictions.. Elle génère le maintien du risque d extension des infections afférentes à ces pratiques, ainsi que de la dépendance durable aux substances injectées.. Avec l ouverture de salles de consommation à moindres risques, l expérience internationale a montré qu elles permettaient d accueillir des groupes d usagers de drogues injecteurs, d assurer leur sécurité sur le plan sanitaire, de diminuer la morbidité et la mortalité dues aux overdoses, de réduire les risques de contaminations infectieuses, en favorisant l accès aux dispositifs de soins.. Ces salles de consommation à moindres risques bénéficient à la communauté en diminuant les risques sociaux liés à ces pratiques.. L ouverture de salles de consommation à moindres risques en France ne saurait nullement être une incitation à la consommation des drogues.. Elles sont bien plutôt le volet manquant aux soins coordonnés actuellement mis en place dans le champ des addictions.. 09 février.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 9 février 2011.. 02 février.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 2 février 2011.. 26 janvier.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 26 janvier 2011.. - Les conventions internationales sur les stupéfiants n interdisent pas les Salles d injection supervisée (SIS) !.. Communiqué de presse du.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 19 janvier 2011.. 12 janvier.. - Compte rendu de la mission d information commune Assemblée nationale/Sénat sur les toxicomanies du 12 janvier 2011..

    Original link path: /2011/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2010
    Descriptive info: Actualité 2010.. Suite à un problème technique, la page est en reconstruction.. 19 octobre.. - S il y avait eu des salles de shoot à mon époque, il y aurait eu moins d overdoses.. Le Conseil Municipal de Parisa voté ce mardi 19 octobre l ouverture d une salle de consommation de drogue.. En juin, l Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) s était dit favorable à l essai.. En France on parle de réduction des risques plutôt que des méfaits, ce qui sous-entend une politique centrée autour de l usager, mais pas forcément pour l accompagner vers l abstinence.. octobre.. - A propos des salles de consommation.. Cet été, les médias se sont fait l écho d un débat concernant le choix du gouvernement de poursuivre sa politique volontariste de lutte contre les drogues et les toxicomanies sans qu il soit nécessaire d installer des salles de consommation supervisée, structures où les usagers de drogues peuvent venir s injecter des drogues qu ils apportent, sous la supervision d un personnel qualifié.. La politique de réduction des risques, dédiée aux usagers de drogues dépendants étant au centre de ce débat, il nous est apparu nécessaire d apporter quelques précisions.. PAGE RETIREE EN SEPTEMBRE 2012.. - Le syndicat France Police POUR les.. Communiqué de presse oui à l ouverture de salles de shoot.. - Christophe Mani : « Le Quai 9 résout plus de problèmes qu il n en pose ».. Pour lui, les vrais chiffres de la toxicomanie croisent d abord ceux des professionnels de l urgence médicale.. « En 2009, nous avons dû faire appel à l ambulance à 54 reprises, contre moins de 40 fois les années précédentes », déclare Christophe Mani, le directeur de Première ligne, association qui gère le Quai 9.. La vie d un usager du local d injection à sauver.. Commentaire  ...   traitement de substitution ) a montré son efficacité en diminuant les taux d infection par le VIH et le nombre d overdoses chez les usagers de drogues, elle ne peut éviter la persistance de consommation dans les lieux publics par des usagers de drogues très précarisés.. Sans résoudre ce problème, la répression qui s abat sur ces usagers les plus exposés qui sont aussi les plus touchés par les maladies infectieuses (VIH, hépatite C ) amplifie les prises de risque en les éloignant des dispositifs sociosanitaires et en les enfermant encore un peu plus dans leur statut d exclus.. Sans parler de l insupportable gêne que ces comportements représentent au quotidien pour les habitants de ces quartiers, notamment à Paris.. C est pour tenter de répondre à ces situations que la politique française doit s appuyer sur celles de nos voisins européens et expérimenter des salles de consommation de drogues à moindres risques : une vraie réponse d accompagnement sanitaire, social et éducatif, et non des lieux de perdition comme certains s évertuent à le redouter.. 15 janvier.. - Insite reste ouvert.. La Cour d appel de la Colombie-Britannique a rejeté l appel du gouvernement fédéral, ce qui signifie qu Insite, le site d injection supervisée de Vancouver qui a été le premier du genre au Canada, restera ouvert.. - Salles de consommation à moindre risque : Lettre ouverte à M.. Jean-François LAMOUR, Député et Chef de fil de l UMP Paris au Conseil de Paris.. par Christophe Mani, directeur de Première ligne à Genève (Suisse).. Espaces d accueil et d injection, salle de consommation supervisées sont les termes bien plus appropriés que salle de shoot ou drogatoriums pour désigner les lieux qui n existent certes pas en France, mais qui ont largement fait leurs preuves dans d autres pays comme la Suisse.. Voir également le courrier de réponse de J-F.. LAMOUR..

    Original link path: /2010/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2009
    Descriptive info: Actualité 2009.. 26 décembre.. - Pétition de la Fédération nationale des associations de prévention toxicomanie contre les salles de consommation à moindre risque.. Les arguments exposés par cette fédération (qui fédère 11 associations) sont FAUX.. Il devrait avant de communiquer, faire l effort de lire les études scientifiques, mais surtout, il devrait ne pas se tromper de guerre ! Faire la guerre à la drogue et arrêter de faire la guerre aux drogués.. 22 décembre.. - Lettre ouverte à M.. APAIRE, Président de la.. Depuis le vote par le Conseil de Paris puis par le Conseil Régional d Ile de France d une subvention pour une étude de faisabilité de Structure d accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque (.. ), nous pouvons lire et entendre quelques propos, toutefois très minoritaires mais édifiants.. Dire d abord que les.. entretiennent et favorisent la consommation de drogues (propos tenu par M.. Apaire, Président de la.. ) car c est bien de cela qu il s agit, c est remettre en cause la politique de Réduction des risques alors que les résultats plus que positif ne sont plus à démontrer.. font partie intégrante de cette politique, pragmatique qui vise à minimiser les dommages sanitaires et sociaux, alors même que les personnes sont encore dans une phase de consommation.. En d autres termes, il s agit de maintenir et de préserver l état de santé et l intégration sociale des personnes consommatrices.. 21 décembre.. - Salles de shoot de la Mairie de Paris : le raisonnement par l absurde, par Jean-François Lamour (député et chef de fil de l UMP Paris au Conseil de Paris).. Salles de conso , piqueries , drogatoriums ou encore salles de shoot , les mots ne manquent pas pour désigner des lieux qui pourtant n existent pas encore en France : des endroits où les toxicomanes pourraient consommer crack, héroïne, cocaïne, dans une relative sécurité et un accompagnement compassionnel De quoi s agit-il en réalité ? De cacher les toxicomanes dans des centres, sous couvert de prise en charge médicale ? D imposer, au nom d une soi-disant réduction des risques, l implantation de lieux permettant aux accros de venir se piquer dans un espace réservé, financé par la collectivité et géré par des travailleurs sociaux ?.. 18 décembre.. - Après le Conseil de Paris, le Conseil régional d Ile de France vote une subvention pour la réalisation d une étude sur les salles de consommation à moindre risque.. Après le Conseil de Paris qui s est positionné pour les salles de consommation le 14 décembre dernier, c est la Région Ile de France qui a pris le relais le 18 décembre, en votant un amendement au budget 2010 de 20 000 euros, qui vient compléter l étude de la mairie de Paris, lancée par l association Elus, Santé Publique et Territoires présidée par M.. El Ghozi.. Jean-Paul Huchon, président PS de la Région, a déclaré que cette étude n était pas pour faire l autruche , mais qu une fois que les salles de consommation auront un statut légal, le conseil régional délibérera pour les financer.. 15 décembre.. - « Un point de repère et de contact pour les usagers ».. Christophe Mani gère le Quai 9, à Genève, qui accueille les toxicomanes dans une «salle de consommation», comme veut en doter la France le député PS Jean-Marie Le Guen.. - Salle de consommation : une nouvelle avancée !.. - Alain Lhostis Conseiller de Paris (Président délégué du conseil d administration de l AP/HP de 2001 à 2008) est à nouveau intervenu dans le débat au Conseil de Paris du 14 décembre sur l expérimentation de salles de consommation de drogues à moindre risque.. Il a rappelé que si personne ne conteste vraiment aujourd hui la pertinence des actions concrètes pour la réduction des risques d infection par le virus VIH, comme la distribution de seringues par des dispositifs appropriés présents en plusieurs endroits de la ville, les études les plus récentes qui montrent une recrudescence des infections par le virus de l hépatite C (VHC) sont moins connues et font l objet d une méconnaissance, par les personnes atteintes, de leur état et des risques de transmission qu ils ont acquis.. A l occasion de la journée mondiale des hépatites du 19mai 2008, un ensemble d associations avait décidé d installer une salle de consommation à moindre risque à Paris.. En juin de cette année, un v u en ce sens a été adopté au Conseil de Paris (voir document).. La majorité de gauche au Conseil de Paris a décidé de confier une mission d évaluation de la faisabilité et de l intérêt de l implantation de telles structures dans la capitale.. Alain Lhostis a soutenu fortement cette démarche qui s inscrit pleinement dans la politique qu il a mise en place, en tant qu adjoint en charge de la santé, à partir de 2002 au travers de la création de la mission « prévention des toxicomanies ».. Mais il a tout autant interpellé la ministre de la santé pour qu elle crée les conditions juridiques à la mise en uvre l expérimentation.. Les élus communistes, socialistes, verts, centre droit, et 2 élus UMP ont voté pour la mission.. Tous les autres élus UMP ont voté contre.. 14 décembre.. - Paris vote une subvention d étude pour des salles de consommation de drogues à moindre risque -.. La Ville de Paris a voté lundi 14 décembre une subvention à une association qui sera chargée de réaliser une expertise sur les salles de consommation des drogues pour toxicomanes, une mesure inédite défendue par le député PS de Paris, Jean-Marie Le Guen.. Ce vote (de subvention) va être un événement important car on va s engager dans une étude avec la volonté de déboucher sur quelque chose, les élus (de Paris) sont intéressés par cette question , a déclaré à l AFP le président du conseil d administration de l AP-HP (Hôpitaux de Paris), avant la séance de vote au Conseil de Paris.. - L Institut national de la Santé publique (INSP) veut que Québec permette aux toxicomanes de consommer dans des sites supervisés.. Envisagés depuis plusieurs années, les services d injection supervisée (SIS) ont été formellement inscrits au Programme national de santé publique du Québec (PNSP) en 2008.. Bien que plusieurs autres objectifs soient visés par la mise en place de cette mesure, elle s ajoute plus spécifiquement à celles proposées pour lutter contre les épidémies de VIH et de VHC chez les personnes faisant usage de drogues par injection (UDI).. Certaines questions ayant été soulevées entourant les résultats des études portant sur les effets des SIS, l INSPQ a pris l initiative de procéder à une analyse critique des recherches effectuées.. Le groupe de travail a bénéficié de la collaboration de membres du Service de lutte aux infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), des directions de santé publique de Montréal et de la Capitale-Nationale.. 06 novembre.. - La Ministre de la santé dit OUI à l expérimentation de salle de consommation de drogues à moindre risque si.. A l occasion du projet de loi de finance 2010, la commission des finances et la commission des affaires sociales de l Assemblée Nationale étaient réunie en commission élargie, le 4 octobre 2009, pour poser des questions et entendre Roselyne Bachelot-Narquin sur les crédits de la mission « santé ».. Lors de cette séance, Michel Heinrich, député UMP et maire d Epinal a posé une question à la Ministre de la santé sur l expérimentation de salles de consommation à moindre risque.. 26 octobre.. - Le Quai 9 s agrandit sous l aile de Christophe Mani.. Derrière la gare, le local de consommation de drogues est en plein agrandissement.. Les travaux devraient être terminés pour la fin octobre.. Pour veiller à ce tournant dans l existence du Quai 9, Christophe Mani est aux commandes.. Directeur de Première Ligne, l association qui chapeaute les lieux, il est l un des fondateurs et l actuel responsable de cet espace d accueil destiné aux toxicomanes, où près de 100 injections se pratiquent chaque jour.. 23 octobre.. - Crack : Mon fumoir au Canada ?.. Les résultats d une étude sur  ...   injection supervisée pour venir en aide aux 23 000 usagers de drogues injectables de la métropole.. La rédaction de l avis sur la question qui a été demandé à l Institut national de santé publique (INSP) par le ministre de la Santé, Yves Bolduc, est pratiquement terminée et cet avis devrait lui être remis incessamment.. - Drogue : Revoilà les irresponsables.. ] Les paroles de Benoît XVI à propos de la distribution des préservatifs valent ici de la même manière.. Je le paraphrase à peine : on ne peut pas surmonter ce problème de la drogue ainsi, on ne peut pas résoudre ce fléau par la diffusion de seringues propres, de stéribox, de distributeurs ad hoc et autres «lieux» hygiéniques, au contraire cela augmente le problème.. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une responsabilisation personnelle et communautaire, c est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l un envers l autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui se droguent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, à être proches de ceux qui souffrent.. La commission des affaires culturelles, familiales et sociales sur le projet de loi de finances de 2007.. présenté par le député Michel HEINRICH, préconisait déjà dans un avis , d expérimenter la création de salles de consommation, dans le cadre d un cahier des charges précisément défini (cf.. 37).. - La mairie de Paris veut engager le débat sur les salles de consommations à moindre risques.. Les 8 et 9 juin dernier, le conseil de Paris a voté un voeu relatif à la politique de réduction des risques liés à l usage de drogue.. Ce voeu, qui demande l ouverture d un débat sur les salles de consommation, fait suite à l action « une salle de consommation à moindre risque à Paris ? », organisée par le collectif d associations « Asud, Anitea, Act Up Paris, Gaia, Safe, Sos Hépatites Paris, salledeconsommation.. fr » lors de la journée mondiale hépatites du 19 mai.. 14 juin.. - Injection à moindre risque les 11 et 12 juin à la Villette.. - L Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (.. ) publie une note de synthèse de la littérature internationale des.. La présente note reprend les principales conclusions du rapport européen du 2004 de l.. (Hedrich D, 2004).. Ce rapport présente les résultats de la littérature internationale sur les salles de consommation et leur capacité à répondre aux dommages d ordre sanitaire et public liés à l usage de drogues.. Depuis la parution de la revue de la littérature de l.. , de nouvelles études ont été conduites.. Wright N.. et Tompkins, C.. N.. ont publié en 2006 une revue de la littérature centrée sur l efficacité des interventions de prévention à l égard de l hépatite C auprès des usagers de drogues injecteurs.. - Effort to Bring Safe Injection Facility to New York City Getting Underway.. Last Friday, more than 150 people gathered at John Jay College of Criminal Justice in New York City for a daylong conference on the science, politics, and law of safe injection facilities (SIFs) as part of a budding movement to bring the effective but controversial harm reduction measure to the Big Apple.. Sponsored, among others, by the college, the Harm Reduction Coalition, and an amalgam of 17 different New York City needle exchange and harm reduction programs known as the Injection Drug User Health Alliance (IDUHA), the conference targeted not only harm reductionists but public health advocates and officials, law enforcement, service providers, and the general public.. 27 mai.. - Suite de l opération une salle de consommation à Paris.. Une salle de consommation à moindre risque sera installée pendant les journées de l Anitea, les 11 et 12 juin, au parc de la Vilette, cité des sciences et de l industrie.. 20 mai.. - Une salle de consommation à moindre risque à Paris.. L opération « Une salle de consommation à moindre risque à Paris ? » a été un succès : elle a attiré l attention de nombreux médias et interpellé les hommes et femmes politiques sur l épidémie hépatites C.. Plusieurs élus, municipaux, régionaux et nationaux ont manifesté leur intérêt pour de telles salles.. Cette opération a également permis de discuter du projet avec de nombreux professionnels d Ile de France de la prévention, du soin et de la réduction des risques liés à l usage de drogues, qui nous ont témoigné leur enthousiasme sur l ouverture de telles structures.. - Ouverture d une salle de consommation à moindre risque à Paris ?.. À l occasion de la journée mondiale des Hépatites du 19 mai 2009, les associations Asud, Act Up -Paris, Anitea, Gaïa, Safe, Sos Hépatites Paris, installent une salle de consommation à moindre risque dans les locaux de l association Asud.. Une présentation sera faite à la presse le lundi 18 mai à 14h 30 avec le Dr Anne François, médecin à la salle d injection de Quai 9 à Genève, et sera suivie d une conférence de presse à 15h.. Le lendemain la salle sera ouverte aux professionnels d Ile De France.. - Rejoindre Friends of InSite sur Facebook.. With your help, InSite is now supported by a majority of Canadians, and other provinces are now developing plans for their own supervised injection facilities.. - La commission addiction rejète le plan Hépatites 2009-2012.. Lors de sa séance du 12 mai 2009, la commission addiction a adopté à l unanimité la motion suivante :.. La commission addiction émet un avis défavorable au plan hépatites.. qui lui a été présenté à la fois sur la méthode et sur les contenus.. Sur la méthode puisque la commission addiction n a pu donner sa position avant qu il ne soit publié officiellement.. Sur les contenus considérant qu il ne répond notamment pas aux urgences de santé publique dont celles relatives aux risques liés à l injection.. Enfin le plan ne s inscrit pas dans l élan donné par la loi en 2004 à la politique de réduction des risques.. Commission addiction.. - Communiqué de la Coalition Réduction des méfaits.. Dans le cadre de la Journée mondiale des Hépatites, un rassemblement pour souligner le dépôt de la pétition en faveur des services d injection supervisée aura lieu le mardi 19 mai à 10 heures au Carré Berri (Place Émilie-Gamelin).. Un point de presse débutera à 10 h 30.. Quant au dépôt de la pétition, il se fera à l Assemblée Nationale la journée même à 14 heures, par Martin Lemay, député du Parti Québécois.. Vous êtes invité(e)s à venir y participer en grand nombre avec vos propres bannières.. 21 avril.. - Plus de 500 000 seringues usagées rapportées à la ville d Ottawa en 2008.. La Ville d Ottawa a récupéré l an dernier plus d un demi-million de seringues usagées ayant été distribuées aux toxicomanes.. ].. Le conseiller Bédard s oppose à la construction potentielle d un centre d injection supervisée de drogues au centre-ville d Ottawa pouvant réduire considérablement le nombre de personnes qui se piquent en pleine rue.. On retrouve un seul centre de ce type au pays qui est situé à Vancouver, en Colombie-Britannique.. - Action-Surprise face à Harper et Verner (Octobre 2008).. - Le plan Hépatites 2009-2012 : Aucune innovation.. Si l on peut se réjouir de la continuité de certaines actions entreprises, on ne peut également qu être déçu de l absence de nouveautés alors que les intervenants en réduction des risques ont été force de proposition depuis 2 ans.. Par exemple, les besoins en matière de mise à disposition de matériel propre d injection en prison ou encore d une.. éducation réaliste aux risques liés à l injection.. n ont pas été entendu.. - Lausanne veut ouvrir un bistrot social pour les toxicomanes.. Après l échec en votation du local d injection, la Municipalité de Lausanne veut mettre sur pied un bistrot social pour les marginaux et les toxicomanes, des programmes d occupation ainsi que des actions de prévention à la place de la Riponne.. Un crédit spécial de 339 000 francs et des subventions annuelles de 275 000 francs seront nécessaires..

    Original link path: /2009/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2008
    Descriptive info: Actualité 2008.. 03 décembre.. - Les médecins appuient fortement les efforts de réduction des préjudices et les centres d injection supervisée pour les toxicomanes.. Un sondage interne mené par l Association médicale canadienne (AMC) démontre le large appui que les médecins canadiens accordent aux politiques de réduction des méfaits en matière d usage de drogues, incluant les sites d injection supervisés, tels qu Insite à Vancouver.. Le 12 novembre 2008, l Association médicale canadienne (AMC) mettait en ligne les résultats d un sondage effectué auprès de ses membres au sujet des politiques de réduction des méfaits liés à l usage de drogues.. Il s est avéré que 78% des 540 médecins répondants au sondage ont appuyé l énoncé selon lequel « les mesures de réduction des préjudices, y compris les centres d injection sécuritaire, devraient s inscrire dans une stratégie publique de traitement de la toxicomanie ».. L AMC soutient donc officiellement les efforts en matière de réduction des méfaits.. « À son avis, dans le cadre d une approche multidimensionnelle qui prévoit des activités de suivi et d évaluation rigoureuses, les centres d injection supervisée peuvent contribuer à réduire les préjudices liés à l utilisation de drogues illicites.. 24 novembre.. - L ordre des infirmières et infirmiers du Québec prend position en faveur de l implantation de sites d injection supervisés.. Sollicité par certains de ces membres, le Bureau de l OIIQ, qui appuie depuis 1999, l approche de réduction des méfaits liés à l usage de drogues, vient de prendre position en faveur de l implantation de sites d injection supervisés.. L OIIQ demande aux gouvernements de s appuyer sur les consensus d experts et les débats éthiques pour prendre une décision éclairée dans le dossier de l implantation des sites d injection supervisés au Québec.. OIIQ.. - Une nouvelle étude démontre l efficience du site d injection supervisé de Vancouver.. Selon Radio-Canada, une étude publiée le 18 novembre dernier dans la revue de l Association médicale canadienne démontre qu Insite, le site d injection supervisé de Vancouver permettrait, à long terme, de réaliser des économies en matière de traitement des dépendances.. 04 novembre.. - La Ministre de la Santé annonce un « programme d éducation aux risques liés à l injection ».. C est dans le cadre des Journées nationales de la réduction des risques que Roselyne Bachelot, ministre française de la Santé, se démarquant des positions habituelles de son gouvernement, a lancé un programme d éducation à l injection.. 18 octobre.. - ERLI.. Promouvoir l Éducation aux Risques Liés à l Injection (ERLI) en milieu urbain, dans le cadre du.. , pour réduire les conséquences négatives liées à la consommation de drogues par voie intraveineuse : un projet de Sida Paroles (.. sidaparoles.. 1901.. org/.. L argumentaire.. Le protocole.. L avis des usagers de drogues.. 20 septembre.. - L implantation des centres d injection supervisée : une urgence !.. Cette page de Cybersolidaires comprend plusieurs clips vidéos tournés par Homeless Nation lors de la conférence de presse tenue à Montréal le jeudi 28 août.. Vous pouvez entendre : Michel Morin, COCQ-Sida ; Jean-Sébastien Fallu, GRIP-Montréal ; Luc Morin, Dopamine ; Sandhia Vadlamudy, Plein Milieu ; Martin Lemay, député du PQ de Sainte-Marie-Saint-Jacques ; Thomas Mulcair, député du NPD d Outremont.. août.. - Éducation aux risques liés à l injection.. Repousser les limites.. Compte tenu de la diffusion du VHC, un récent colloque a exploré les pistes envisageables pour aller plus loin dans la réduction des risques.. Si les salles de consommation se heurtent à un refus politique en France, d autres formes d accompagnement des usagers dans leur consommation sont à l étude.. 30  ...   Ottawa Alors que Tony Clement, le ministre fédéral de la Santé, s attire les foudres du milieu médical et politique pour ses positions tranchées au sujet des sites supervisés d injection de drogue et des «drogués» en général, il se trouve un allié inattendu du côté de Québec.. Son nouveau vis-à-vis, le Dr Yves Bolduc, a renoncé à ouvrir de tels sites dans la province.. 15 août.. - Le local d injection de Genève gardera sa place derrière la gare.. Le Quai 9 a obtenu l autorisation de rester encore cinq ans rue de la Pépinière.. L équipe du local d injection pensait devoir déménager.. Mais le Quai 9 pourra rester encore quelques années sur son petit îlot situé derrière la gare.. La Ville, qui possède le terrain en question, vient de lui octroyer une autorisation pour y demeurer cinq ans de plus.. - Journée thématique du 6 juin 2008, organisée par l.. : l éducation aux risques liés à l injection en France.. En écho aux différents programmes de lieux de consommation mis en place chez certains de nos voisins européens, pour les usagers de drogues par voie intraveineuse, le débat s est engagé en France depuis plusieurs années sur l opportunité de mettre en uvre de tels projets, en important le concept tel qu il est défini dans ces programmes.. Voir également les cahiers thématiques de l.. , n°4 et 5.. 10 juin.. - Sursis pour Insite.. La décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique concernant Insite, la piquerie supervisée du Downtown Eastside de Vancouver, forcera le gouvernement du Canada à agir dans ce dossier.. - Bientôt des salles d injection supervisée au Québec.. La radio de Radio-Canada a appris que le gouvernement du Québec a l intention d ouvrir des salles d injection supervisée où les toxicomanes pourront s injecter leur drogue en toute sécurité.. Ce faisant, Québec entend s inspirer du projet controversé du centre-ville de Vancouver qu Ottawa veut suspendre.. - Carte postale : SAUVEZ INSITE.. Version imprimable recto-verso de trois cartes postales pré-adressées à la députée de Vancouver-Est, Libby Davies, porte-parole adjointe en matière de politiques sur les drogues et en matière de sollicitation à la Chambre des communes.. Ces cartes étaient destinées à appuyer la continuation des activités d InSite et autres initiatives de réduction des méfaits liés aux drogues à l automne 2007, mais puisque le sursis accordé termine ce 30 juin 2008, elles sont toujours pertinentes.. En anglais.. 05 mai.. - Insite a des effets positifs sur la criminalité.. Insite, un site d injection supervisée de Vancouver, a produit un déclin modéré de la consommation de drogue en public selon un criminologue qui s est attardé sur la question.. 05 février.. - Amérique du Nord : La stratégie de réduction des méfaits de Vancouver prise en exemple.. Dans le cadre d une consultation internationale des organisations non gouvernementales, organisée par le comité de Vienne, une représentante d une O.. G.. des États-Unis affirme que des villes telles que San Francisco et New York envisagent de suivre l exemple positif de Vancouver dans la lutte contre les méfaits reliés à l usage de drogues par voie intraveineuse.. - La capitale et Esch planchent sur leur salle d injection.. À Esch-sur-Alzette, un consensus a déjà été trouvé entre la Ville et le ministère de la Santé pour avoir, à terme, une salle d injection ouverte la nuit dans le foyer de nuit qui devrait voir le jour d ici un an et demi à deux ans, au croisement de la rue de la Fontaine et du Quartier.. «À condition d avoir tout le personnel qualifié», explique l échevine Vera Spautz..

    Original link path: /2008/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2007
    Descriptive info: Actualité 2007.. 1er décembre.. ANGLETERRE.. - Scotland urged to be brave and introduce drug consumption rooms.. THE UK s former deputy drugs tsar Mike Trace has said Scotland needs to be more brave and creative and introduce controversial drug consumption rooms (DCRs) as part of its drug strategy.. 29 octobre.. MONDE.. - Un réseau international de salles de consommation encadrée a été créé à Bilbao.. Il aura beaucoup été question de politique de réduction des risques au 8e colloque international Toxicomanies, Hépatites, Sida , achevé hier à Biarritz, ayant réuni 650 professionnels des secteurs de la Santé.. En particulier par la présentation de l expérience à Bilbao d une salle de consommation encadrée , et par la question des types d intervention sanitaires dans les milieux festifs, notamment par le testing.. - Lausanne : un nouvelle espace pour marginaux se prépare.. A la suite du refus populaire du local d injection, la Ville pense déjà à un autre projet d accueil de marginaux.. - Les seringues non stérilisées tuent 1,3 million de personnes par an.. Près de la moitié des injections administrées dans les pays en développement sont faites avec des seringues non-stérilisées, qui tuent chaque année 1,3 million de personnes à la surface du globe, a dénoncé mardi l Organisation mondiale de la santé (OMS).. 22 octobre.. - San Francisco étudie les salles d injection supervisées.. On October 18, the Drug Policy Alliance, along with the San Francisco Department of Public Health, the Harm Reduction Coalition, and the San Francisco AIDS Foundation, cosponsored a full-day symposium that examined the needs, feasibility, support, and various options for a legal Safe Injection Facility for homeless and marginally housed injection drug users (IDUs) in San Francisco, and for the community impacted by them.. - S.. F.. injection center idea draws, support and doubt.. About 150 people gathered Thursday in the Mission District to discuss an idea that some say is crazy even for San Francisco: opening a city-funded, legal center where intravenous drug users can congregate, get free needles and inject themselves in a safe environment.. - Le Ministère de la Santé canadien prolonge de 6 mois le mandat d INSTE.. Un centre d injection supervisée de Vancouver dont la pertinence est appuyée par des dizaines d études médicales vient d obtenir un nouveau sursis de six mois du gouvernement fédéral.. Le centre Insite restera  ...   à la poursuite des activités d InSite, le site d injection supervisé de Vancouver, seul modèle du genre en Amérique du Nord.. juin.. - Lausanne - Espace de consommation à moindre risque : référendum le 8 juillet 2007.. (Dossier complet).. Dans sa séance du 15 mai 2007, le Conseil communal de Lausanne a approuvé par 57 oui, 30 non et 1 abstention les conclusions du Lien interne rapport-préavis 2006/66 sur le dispositif communal en matière de toxicomanie.. Le pouvoir délibérant a également pris l initiative, à l unanimité des membres présents moins une abstention, de soumettre les décisions prises à référendum.. - Site d injection supervisé de Vancouver : une nouvelle étude démontre que le projet Insite facilite l accès au soin en toxicomanie.. Une nouvelle étude, menée par le B.. Centre for Excellence in HIV/AIDS, démontre que les personnes fréquentant Insite, le site d injection supervisé de Vancouver, sont plus nombreuses à avoir recours à une désintoxication et à s engager dans une démarche à long terme de traitement de la dépendance.. Il semblerait par ailleurs que le fait de fréquenter Insite conduise les personnes à réduire leur usage de drogue.. - Nouvelle attaque contre INSITE.. Deux articles publiés respectivement les 3 et 4 mai 2007 sur le site Internet du journal The Province et sur le site bodyandhealth.. canada.. com nous décrivent les vives réactions qu a soulevé, chez les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique, la publication, par le docteur Colin Mangham, directeur de la recherche au Drug Prevention Network of Canada, d un rapport présentant un sombre portrait du site d injection supervisé de Vancouver.. 27 mars.. - INSITE de plus en plus menacé.. Dans un article publié le 26 mars 2007, le National Post nous apprenait que le gouvernement conservateur de Stephen Harper, premier ministre du Canada, juge moins préjudiciable de fermer le site d injection supervisé de Vancouver, seul dispositif du genre actuellement en opération en Amérique du Nord, que de le garder ouvert.. Actes : 1ères Rencontres nationales de la Réduction des risques.. Plénière 1.. Salles de consommation, difficultés d une mise en oeuvre.. ,.. 39 à 48.. Animation.. : Serge HEFEZ, psychiatre, responsable d ESPAS,.. avec.. Jean-Marie LEGALL, représentant AIDES, Alain MOREL, représentant l ANIT, Bernard BERTRAND de LUDIC, Pascal PEREZ de la Mission Rave de Médecins du Monde.. Pour les commander,.. cliquer sur l image..

    Original link path: /2007/index.html
    Open archive

  • Title: Salles de consommation à moindre risque - Toute l'actualité 2006
    Descriptive info: Actualité 2006.. 23 mai.. - Drug consumption rooms should be piloted in the UK, concludes an independent group of experts.. Drug consumption rooms offer a unique and promising way to help lessen fatal overdoses as well as take drug use off the streets and reduce numbers of discarded needles in public places.. These are the findings of an Independent Working Group set up and funded by the Joseph Rowntree Foundation..

    Original link path: /2006/index.html
    Open archive

  • Title: Contributions - Salles de consommation à moindre risque de drogues
    Descriptive info: Actuellement, 8 articles :.. - Bertrand B.. , Retour sur la 21ème Conférence internationale de Réduction des risques (Liverpool).. , Salle de consommation et Droit internationale.. , Quand les consommateurs de drogues dirigent une salle de consommation : l expérience du 327 Carall Street à Vancouver (Canada).. , Entretien  ...   Entretien avec Jean-Luc Roméro, Président-Fondateur des Elus contre le Sida, Conseillé régional d Île-de-France et Vice président du Crips Île-de-France.. , Gassenzimmer à Bâle.. et Richaud H.. , Visite du Dispositivo Asistencial de VEnopuncion (D.. VE) à Madrid.. , La maison d accueil d ASUD.. Envoyer vos contributions au débat..

    Original link path: /contributions/index.html
    Open archive

  • Title: Pétition : Salles de Consommation à Moindre Risque - SCMR
    Descriptive info: Envoyez votre soutien..

    Original link path: /soutien19-05-091/index.html
    Open archive



  •  


    Archived pages: 251