www.archive-fr-2012.com » FR » D » DANTOU

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 21 . Archive date: 2012-12.

  • Title: Le libéralisme pour les nuls
    Descriptive info: .. Le libéralisme.. pour.. les débutants.. par Daniel Tourre.. dernière mise à jour : 05 mai 2012.. En plus :.. un document spécial "crise financière".. **.. Et pour aller plus loin, mon livre aux éditions Tulys.. "Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants".. En vente sur le site des.. éditions Tulys.. ou amazon.. fr.. Des commentaires, des critiques, des questions :.. ziberal@gmail.. com.. Pour devenir mon Kamarade politique sur Facebook :.. Daniel Ziberal.. P.. our devenir mon Kamarade politique sur Twitter :.. Twitter Daniel Tourre.. Tous droits réservés - Daniel Tourre - 2012.. Magritte - La condition Humaine.. Ce site soutient le Collectif Antigone.. Les principes -.. page 1.. Libéralisme, le mal aimé.. Être libéral en France en 2011, c est un peu comme être un astro-zombie mutant.. C est mal vu dans les soirées entre amis ou dans les dîners entre gens biens.. C est assez injuste.. Les astro-zombies mutants ne sont pas à l origine de la Déclaration des Droits de l Homme.. Les astro-zombies mutants n ont pas contribué aux théories économiques qui ont permis un recul de la misère sans précédent dans l histoire de l humanité.. Le libéralisme oui.. La domination culturelle et médiatique de la gauche socialiste depuis les années soixante a en effet petit à petit institué des tabous politiques que l on se doit de respecter dans beaucoup de milieux intelligents, humanistes et un chouia conformistes.. "Mon ami, je crois que tout peut s'arranger.. Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois.. L'avenir dépend des révolutionnaires.. Mais se moque bien des petits révoltés.. ".. Jacques Brel - La bastille.. Les principes.. -.. page 2.. Être Libéral en France, une école du stoïcisme.. Le libéral français se contente alors en général d un silence désabusé lorsque le néo-socialiste illustre sa supériorité morale par des propos sans concession contre la souffrance et le monde l argent.. Puis il rêvasse poliment lorsque le conservateur lutte courageusement contre le politiquement correct à grand coup de poncifs d avant guerre.. Ami socialiste, Ami conservateur, tu es peut être libéral sans le savoir.. Ce texte est fait pour toi.. Il te permettra de mieux connaître cette famille de philosophie politique née au siècle des Lumières.. Ami socialiste, Ami conservateur, tu es peut être anti libéral pour de mauvaises raisons.. Ce texte est fait pour toi, il te permettra de t opposer plus efficacement à cette hydre malfaisante qui conduit le monde à sa perte.. J ai défendu quarante ans le même principe : liberté en tout, en religion, en littérature, en philosophie, en industrie, en politique, et par liberté j entends le triomphe de l individualité tant sur l autorité qui voudrait gouverner par le despotisme que sur les masses qui réclament le droit d asservir la minorité à la majorité.. Le despotisme n'a aucun droit.. La majorité a celui de contraindre la minorité à respecter l'ordre : mais tout ce qui ne trouble pas l'odre, tout ce qui n'est qu'interieur, comme l'opinion; tout ce qui, dans la manifestation de l'opinion ne nuit pas à autrui, soit en provoquant des violences matérielles soit en s'opposant à une manifestation contraire; tout ce qui, en fait d'industrie, laisse l'industrie rivale s'exercer librement, est individuel, et ne saurait être légitimement soumis au pouvoir social.. Benjamin Constant 1767 - 1830.. Les principes.. page 3.. La propriété de soi.. Le libéralisme c est une philosophie politique née au siècle des lumières et affirmant la propriété de soi.. C'est-à-dire le droit à la vie et à la sûreté, le droit à la liberté, le droit à la propriété.. Droit à la vie et à la sécurité.. Vous êtes l unique propriétaire de votre vie.. Personne n a le droit de vous tuer, même si vous êtes très pénible.. Personne ne peut vous interdire de vous tuer doucement (alcool, joint, charcuterie) ou rapidement (suicide, euthanasie, scooter) même si vous êtes très sympathique.. Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la vie et la sécurité des autres personnes.. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme.. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.. Article 2 Déclaration des Droits de l Homme de 1789.. "Les déclarations des droits de l'homme en leurs lignes générales (sont) la charte même du libéralisme (.. ).. Le libéralisme intelligent consiste donc, non pas à affaiblir le pouvoir autant qu'on le peut et sur tous les points -cela aussi est stupide- mais à tracer fermement la limite en deçà de laquelle le pouvoir central doit être très puissant, au-delà de la quelle il doit n'être rien du tout.. Emile Faguet - Libéralisme en 1903 (cité par Alain Laurent) Libéralisme.. Le requin n est pas un libéral convaincu.. Il ne reconnaît pas l existence d un droit à la vie et à la sécurité aux petits poissons.. page 4.. Droit à la liberté.. Donc du temps que vous passez dans ce monde.. Personne ne peut disposer de votre temps sans votre consentement, cela s appelle de l esclavage.. Personne ne peut limiter arbitrairement les usages potentiels que vous faites de ce temps, cela s appelle la coercition.. Vous avez donc un droit à la liberté.. Il ne s agit pas de la liberté métaphysique (liberté par rapport à Dieu ou par rapport à la nature humaine), ni d un droit d être ou d avoir ce que l on rêve d'être ou d avoir (liberté d être célèbre lorsqu on a envie d être célèbre, liberté d avoir des vacances à la plage au moment où on a envie de vacances à la plage etc.. Il s agit de la seule liberté qui puisse être garantie par une loi humaine sans nuire à la liberté des autres : la liberté d agir ou de penser sans limites autres que la jouissance des même libertés par les autres personnes.. Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la liberté des autres personnes.. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits.. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.. Article 4 de la déclaration des Droits de l Homme de 1789.. "Dans l'ordre moral, le libéralisme est la liberté de penser, reconnue et exercée.. C'est le libéralisme primordial, comme la liberté de penser est elle-même la première et la plus noble des libertés.. L'homme ne serait être libre à aucun degré, dans aucune sphère d'action, s'il n'était un être pensant et doué de conscience.. La liberté des cultes, la liberté d'enseignement et la liberté de presse sont celles qui dérivent le plus directement de la liberté de penser.. Dans l'ordre économique, le libéralisme est la reconnaissance de la liberté de travail, et toutes les libertés qui s'y rattachent, y compris le droit de propriété, extension légitime de la personnalité humaine.. Dans l'ordre politique, le libéralisme est avant tout, la recherche des garanties de la liberté.. Il n'admet pas que les hommes, en s'associant et en créant la société politique, soient tenus de sacrifier une portion quelconque de leur individu.. ".. La liberté est belle.. En 1830, elle est surtout occupée à prendre des barricades contre des conservateurs de tous poils (nostalgiques de l Ancien Régime, nouveaux grands bourgeois mélangeant intérêt privé et intêret public).. Plus tard les socialistes lui expliqueront qu elle n est que formelle et qu ils lui en préfèrent une autre, la liberté réelle.. Cette rivale produisant surtout des goulags, ils reviendront vers elle 150 ans plus tard sans même s excuser, les rustres !.. Mais elle, elle s en moque, elle sait qu elle a des vrais amoureux, fidèles, attentionnés et obstinés dans sa défense : les libéraux.. page 5.. Droit à la propriété.. Dans ce monde matériel, l usage libre de votre temps implique que vous puissiez échanger ou produire des biens matériels.. Si quelqu un vous prend ces biens matériels sans votre consentement, cela signifie qu il a disposé du temps que vous avez mis à les produire ou à les échanger.. Et ça, c est contraire à votre droit à la liberté.. Le droit à la propriété est donc une conséquence du droit à la liberté.. Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme (ou une gentillefemme) est le devoir de respecter la propriété des autres personnes.. Le droit à la propriété est antérieur à la loi.. Ce n est pas la loi qui a donné lieu à la propriété mais au contraire, la propriété qui a donné lieu à la loi.. Cette observation est importante, car il est assez commun, surtout parmi les juristes, de faire reposer la propriété sur la loi, d où la dangereuse conséquence que le législateur peut tout bouleverser en conscience.. Frédéric Bastiat Le libre échange.. "En d'autres termes, l'homme est libre s'il peut posséder les choses; l'esclave, n'étant même pas propriétaire de sa personne, ne pouvait rien posséder.. Cependant le bonheur de la propriété n'est pas la possession des biens, mais la liberté qu'elle donne.. Alain.. l.. Arsène Lupin n est pas un gentleman libéral.. Il ne respecte pas la propriété d autrui.. Il a tort, on peut très bien vivre des aventures trépidantes, séduire avec nonchalance de belles femmes mystérieuses tout en respectant les droits naturels des autres.. page 6.. Libéralisme de droite ou de gauche ?.. Plutôt que la césure droite-gauche, on peut classer les philosophies politiques en trois grandes familles : Le socialisme (socialisme, communisme, sociale démocratie), le conservatisme (nationalisme, gaullisme, royalisme) et le libéralisme (classique, contemporain).. Ces trois forces ne sont naturellement pas présentes, notamment en France à l état pur , ni représentées par un seul parti politique, elles se retrouvent dans des proportions diverses dans chaque parti.. Chaque parti politique a une proportion plus ou moins grande de socialisme, conservatisme ou libéralisme dans son idéologie, dans son programme, dans ses postures.. La droite adhère parfois au libéralisme dans le domaine économique, tandis que la gauche adhère en général au libéralisme dans le domaine des mœurs.. Pour un libéral, il n y a qu un seul libéralisme, la liberté ne pouvant se saucissonner en bonnes ou en mauvaises libertés, au gré des préjugés ou de l éthique du parti accédant au pouvoir.. Les socialistes, les conservateurs et les libéraux sont tous d'accord sur un point : ils ne veulent pas d'une société chaotique ou atomisée.. Ils considèrent tous qu'un ordre doit sous tendre la société, mais ils ne sont pas d'accord sur l'origine de cet ordre, ni donc sur la manière d'organiser le pouvoir politique pour qu'il favorise cet ordre.. Les conservateurs considèrent que l'ordre qui doit sous tenir la société est un ordre naturel.. Les socialistes croient en l'efficacité d'un ordre construit gràce à la raison.. Les libéraux considèrent que l'ordre s'auto-organise pour peu que des droits et devoirs des personnes soient clairement définis.. page 7.. Les socialistes.. Pour les socialistes, la société s organise par la raison.. Le rôle de l Etat (contrôlé démocratiquement ou par une minorité lucide pour la gauche révolutionnaire) est donc d analyser scientifiquement la société et puis de la construire (en la détruisant préalablement pour la gauche révolutionnaire) afin de garantir une égalité de fait.. Les droits de la personne peuvent donc être limités par des objectifs définis par la raison collective.. Aujourd hui naturellement, le recours à une révolution violente pour construire une société parfaite n est plus d actualité.. Par contre, construire par décrets et réglements une société idéale en s'appuyant sur un Etat qui.. commande.. et.. controle.. les actions de millions de citoyens.. infantilisés se lit en filigrane des programmes de plusieurs partis politiques.. Pour les libéraux, ces objectifs peuvent être louables, le moyen pour y parvenir (la force de  ...   qui permettent à chacun de savoir ce qu il peut faire ou ne pas faire, et par une justice efficace et incorruptible pour appliquer ces lois.. Cela n exclut nullement que des personnes puissent s associer pour un projet culturel, économique ou humanitaire ou pour mutualiser les risques.. Cela signifie simplement qu il n y a pas de pouvoir central chargé de planifier puis d imposer un ordre collectif.. Une société auto organisée présente plusieurs avantages par rapport à une société planifiée :.. En matière intellectuelle, culturelle, ou scientifique, aucun individu -ou petit groupe d individus- ne peut posséder, ni analyser les connaissances cumulées par des centaines de millions de personnes.. D abord parce que ces connaissances sont trop nombreuses, ensuite parce qu une partie de ces connaissances ne sont ni formulées, ni formulables, elles sont portées par des centaines de millions de personnes qui agissent en s appuyant sur leurs expériences mais sans forcement être capable de les expliquer.. Laisser faire les personnes selon l analyse qu elles ont de leur environnement avec leurs grilles de lecture, tout en leur garantissant un environnement juridique lisible, c est s appuyer sur les connaissances de millions de personnes en lieu et place des connaissances parcellaires de constructivistes chargés de planifier l ordre de la société.. L'hypothèse essentielle, là comme ailleurs, est que les talents et les aptitudes des gens sont infiniment variables, et que par conséquent chacun ignore la plus grande part de ce que savent tous les autres membres de la société pris ensemble.. En d'autres termes, que la Raison humaine, avec un grand R, n'existe pas au singulier, comme a l'air de le croire l'approche rationaliste.. Friedrich von Hayek (1899-1992).. Francois Schuiten - Kafka.. Difficile d'être un constructiviste sérieux.. Il faut recueillir, analyser l'intégralité des connaissances réparties dans le corps social.. Puis être assez puissant et autoritaire, pour construire la société.. Heureusement pour leur vie de famille et leur santé mentale, les constructivistes ne sont pas sérieux.. Ils tentent de reconstruire un petit pan visible de la société en feignant d'ignorer toutes les conséquences imprévues de leur reconstruction.. page 13.. Pourquoi l ordre spontané a-t-il mauvaise réputation ?.. "Au village, sans prétention,.. J'ai mauvaise réputation.. Qu'je m'démène ou qu'je reste coi.. Je pass' pour un je-ne-sais-quoi!.. Je ne fais pourtant de tort à personne.. En suivant mon chemin de petit bonhomme.. Mais les brav's gens n'aiment pas que.. L'on suive une autre route qu'eux.. Georges Brassens.. Les réussites de la physique ont inspiré des utopistes socialistes voulant obtenir pour la société ce que la physique avait obtenu pour les machines : un contrôle parfait.. Les premiers socialistes en France de Saint Simon à Auguste Comte sont d abord des positivistes.. C'est-à-dire des ingénieurs ayant une foi inébranlable dans la science et souhaitant appliquer cette méthodologie à la société tout entière.. Rien ne peut -ou ne doit- rester hors du contrôle de la raison.. Aujourd hui encore, dans notre imaginaire, un ordre qui émerge sans avoir été planifié et exécuté suivant cette planification est forcement dysfonctionnel ou forcement perfectible grâce à une méthodologie constructiviste.. Cet ordre spontané est angoissant puisqu il souligne les limites de notre connaissance ou de notre capacité d agir sur notre environnement.. Le bon usage de la raison est justement de connaître et d accepter les limites de la raison sur des phénomènes complexes.. D autre part, l ordre spontané est mal vu parce qu il permet l existence de comportements ou de créations qui sont manifestement des absurdités voire même du mauvais goût.. En laissant les personnes agir, on multiplie le nombre d essais possibles.. Beaucoup d essais conduiront à des erreurs mais lorsque l essai mené par une personne débouche sur une expérience positive/ mode de vie plus agréable/ mode de production plus efficace/vision du monde différente, il sera probablement imité par beaucoup d autres personnes.. Les systèmes de valeurs plus cohérents ou plus humains, les modes de vie plus agréables, les modes de production plus efficaces, les créations intellectuelles, scientifiques, artistiques, technologiques ou culturelles plus sophistiquées finissent donc probablement par émerger spontanément et deviennent éventuellement des nouvelles normes ou en tous cas des nouveaux choix potentiels.. A contrario, dans une société constructiviste socialiste, des groupes d experts sont mandatés pour organiser la société.. Les nouveaux modes de vie/modes de production/visions du monde sont limités par les connaissances, l imagination, les capacités d analyse restreintes du groupe d experts chargé de construire cet ordre.. De plus, si par miracle, le groupe d experts trouvait une solution supérieure à celles qui pourraient émerger spontanément, il sera peut être influencé ou contraint par des groupes de pression conservateurs, voire par ses propres intérêts, à ne pas la mettre en œuvre.. Secondement, les libéraux ne dédaignent pas les aspirations intellectuelles et spirituelles de l'homme.. Au contraire.. / Mais ils ne partagent pas l'opinion naïve de ceux qui croient qu'un quelconque système d'organisation sociale puisse, de soi, réussir à encourager la pensée philosophique ou scientifique, à produire des chefs-d'œuvre d'art et de littérature, ni à rendre les multitudes plus éclairées.. Ils comprennent que tout ce que la société peut effectuer dans ces domaines est de fournir un milieu qui ne dresse pas des obstacles insurmontables sur les voies du génie, et qui libère suffisamment l'homme ordinaire des soucis matériels pour qu'il porte intérêt à autre chose qu'à gagner son pain quotidien.. Ludwig von Mises.. "Le constructivisme repose sur un formidable orgueil intellectuel : pour vouloir modeler la société à sa guise, il faut évidemment supposer à la fois que l'on connaît les objectifs de ses membres - comme si l'infinie diversité de ces objectifs individuels pouvait faire l'objet d'un processus réducteur de synthèse globale - mais aussi que l'on connaît les meilleurs moyens d'y arriver, c'est-à-dire que l'on a une connaissance parfaite des processus d'interactions complexes qui composent une société.. Pascal Salin.. Commission Culturelle.. 'Contruction de l'avenir culturel ensemble'.. Mme BonneVolonté :.. Le rapport 2045-Bis, qui fixe comme objectif le Rn B comme musique populaire dans 5 ans chez les jeunes est il adopté ?.. Mr Copinage :.. Non, désolé, la corporation des joueurs de petit triangle y est opposée, et elle est très puissante dans ma circonscription.. Mr OrdreJuste :.. De toutes manières, cela ne passera jamais la commission antidiscrimination, parité et bonheur égalitaire : il y a déjà trop de Noirs de talent dans la musique avec le Jazz et le Blues, il vaut mieux rester sur le VII eme plan quinquennal de création musicale : favoriser le biniou japonais joué par des blondes à forte poitrine dont les revenus sont entre 2000 et 2250,30 euros.. A ce propos, ce groupe Les beatles, vous êtes sûr qu il entre dans cette définition ?.. Mr OrdreJuste :.. Non vous avez raison, ils ont triché sur le formulaire 67g4, ils gagnent 2250,90 euros.. Ils ont omis de cocher la petite case de la page 46.. L inspecteur Clientélisme est sur l affaire, il les a vu, il m a dit qu il s agissait d un malentendu et que les subventions pouvaient tout de même être versées.. Mme OrdreJuste :.. Parfait, nous dépenserons assez cette année pour renouveler le budget de l année prochaine.. Heureusement que cette commission est là pour organiser la culture sans quoi le public pourrait choisir n importe quoi.. Mr BonneVolonté :.. Ca, c est sûr qu après avoir payé notre taxe sur la culture ajoutée pour financer nos subventions, ils ne pourront plus choisir grand chose.. page 14.. Suite du monde merveilleux du libéralisme.. Chapitre 2 - L'histoire.. Où l'on apprend que les libéraux du Moyen-Age parlaient espagnol et que les zibéraux du XIX ème ont defendu les lois autorisant les syndicats.. Un zibéral qui surgit hors de la nuit.. Chapitre 3 - Les bases de l'économie libérale.. Où l'on apprend que Hayek a beaucoup fait pour le libéralisme.. Les libéraux défendent la transparence.. Chapitre 4 - Les prix.. Où l'on apprend que le petit Prince est un économiste de l'Ecole Autrichienne.. Dessine-moi un libéral.. Chapitre 5 - L'échange.. Où l'on apprend que les Dalton votent conservateur ou socialiste mais pas libéral.. Tagada, tagada voilà les protectionnistes.. Chapitre 6 - La concurrence.. Où l'on apprend que la guerre économique n'est pas celle que l'on croit.. Etre pacifiste libéral malgré les monopolistes publics guerriers.. Chapitre 7 - L'information économique.. Où l'on apprend que la diffusion d'information économique, ça se passe mieux avec la liberté.. No liberté, No information, No prospérité.. Chapitre 8 - Les externalités.. Où l'on apprend que la liberté et la propriété, c'est la solution pour sauver la Terre.. Droit civil propriété, pour que l'eau soit pure.. Chapitre 9 - La monnaie et les banques.. Où l'on apprend que la monnaie et les banques actuelles ne sont pas du tout, du tout, du tout libérales.. Le trombonne, une monnaie saine.. Chapitre 10 - Le capital et les taux d'intérêts.. Où l'on apprend que le capital est pris en otage avec son compère taux d'intérêt par les banques privées et centrales.. Bienvenu dans la demeure des théories du capital.. Hin hin hin hin !.. Chapitre 11 - La crise et la théorie.. autrichienne.. des cycles.. Où l'on apprend que c'est justement parceque nous ne vivons pas dans un régime de capitalisme libéral que des crises générales se produissent.. La petite bulle qui monte, qui monte, qui monte.. Chapitre 12 - Le Droit Naturel.. Où l'on apprend que le libéralisme est l'aboutissement moderne de 2500 ans de reflexions sur la Justice.. Le document fondateur de la république.. serait donc libéral ?.. Qui suis-je ?.. Où l'on apprend que l'auteur de ces lignes à déjà fait 0,63% à une élection -mais aussi c'était sans aucun membre de sa famille dans la circonscription alors ça ne compte pas vraiment-.. La bibliothèque libérale.. Où l'on apprend que des livres sans image, écrit en petit, sur du papier en vrai, permettent de transmettre des idées.. Frédéric Bastiat, a french superstar.. Les videos.. Chapitre 1 : Le libéralisme sauvage n'existe pas :.. Et les chapitres suivant ici :.. Divers.. Du bon usage de la sarkophobie maladive.. Les jains.. Les rajpuths.. Les huitres chaudes au camembert fondu.. Martine.. Oeuvres Libérales en lignes intéressantes :.. Bastiat Fréderic :.. Un économiste/député/journaliste du XIX éme siécle.. Clair, pédaguogue, mordant, jamais ennuyeux et bien sur libéral.. http://bastiat.. org/.. Gustave de Molinari :.. Un économiste du XIX éme siecle.. Les soirées de la gare Saint Lazare sont un débat fictif entre un conservateur, un socialiste et un libéral.. Une lecture facile et instructive.. http://herve.. dequengo.. free.. fr/Molinari/SRSL/SRSL_0.. htm.. Ludwig Von Mises :.. Un économiste Autrichien du XX eme siécle.. "Action Humaine" est assez complexe (et long) , mais c'est un texte fondateur.. fr/Mises/AH/AH.. Sites libéraux qui valent le détour :.. Le Wikiberal :.. Comme son nom l'indique, une encyclopédie en ligne sur le libéralisme.. Un travail colossal et beaucoup d'articles de qualité.. www.. wikiberal.. Le forum libéral :.. Le rendez vous de tous les libéraux, les classiques, les libertaires, les minarchistes, les anarcaps, les libéraux-conservateurs, les libertaires, les divers, les variés.. Contrepoints :.. La magazine d'actualité en ligne des libéraux Français :.. Le site du Parti libéral démocrate.. Entre les étatistes de l'UMP, et les étatistes du PS, il fallait un parti qui défende des idées libérales.. Nous l'avons créé.. Et tous les libéraux débutants -ou pas débutants- sont les bienvenus.. Parti Libéral Démocrate parisien :.. http://www.. paris-liberal.. fr/blog/.. Le quebecois libre :.. Beaucoup de textes de très bonne qualité.. (In French, of course).. quebecoislibre.. et le blog qui va avec :.. leblogueduql.. Le Mises Institute :.. (seulement en anglais malheureusement), une grande source d'information sur l'Ecole Autrichienne avec une immense bibliothèque d'ouvrages majeurs de l'école autrichienne en format pdf (ainsi que de nombreux cours en mp3).. http://mises.. Les autres bons blogs libéraux francophones.. Objectif Liberté :.. Un excellent blog libéral orienté sur l'économie avec des billets toujours bien documentés :.. objectifliberte.. fr/.. H16.. http://h16.. fr/wordpress/.. Le champ Libre.. http://lechamplibre.. perso.. neuf.. fr/index..

    Original link path: /
    Open archive

  • Title: Diapositive 1
    Original link path: /crisefinanciere5.htm
    (No additional info available in detailed archive for this subpage)

  • Title: Histoire du libéralisme
    Descriptive info: CHAPITRE 2.. HISTOIRE.. Retour à la page d'accueil.. "Libéralisme pour les débutants".. Tous les textes présents sur la page "Le libéralisme pour les débutants" sont couverts par le droit d'auteur.. L histoire du libéralisme.. Le libéralisme n existe en tant que famille philosophique que depuis le XVIIIème siècle.. Mais il n est pas apparu miraculeusement le 1er janvier 1700 après deux mille ans de ténèbres.. Les briques conceptuelles qui le constituent sont pour la plupart apparues aux siècles précédents -voire aux millénaires précédents-.. Elles se sont affinées peu à peu avant de devenir le centre d intérêt de toute une famille de penseurs en Europe, aux Etats-Unis d Amérique naissants, au siècle des Lumières.. Les briques principales du libéralisme sont :.. - Des Droits naturels inaliénables de la personne : liberté, sûreté, propriété.. - Un Etat dont la finalité est de protéger ces Droits.. - Des pouvoirs séparés et la démocratie, meilleur garant -ou pire garant à l exception de tous les autres-, que l Etat ne viole pas les droits qu il est justement chargé de protéger.. - L existence d un ordre social spontané -fruit de l interaction entre des personnes libres- plus harmonieux, plus stable, plus prospère que les ordres construits.. - L économie de marché, conséquence des droits naturels de la personne, et dont le bon fonctionnement est l une des facettes de cet ordre spontané.. L histoire du libéralisme commence donc comme toutes les histoires de la philosophie en Occident, du côté de la mer Egée, il y a 2500 ans.. Le but du libéralisme est une constitution politique qui assure le fonctionnement sans heurts de la coopération sociale et l'intensification progressive des relations sociales mutuelles.. Son objectif principal est d'éviter les conflits violents, les guerres et les révolutions qui doivent nécessairement disloquer la collaboration sociale des hommes et replonger les gens dans l'état primitif de barbarie où toutes les tribus et corps politiques se combattaient perpétuellement.. Ludwig von Mises - Action Humaine.. "Le concept central du libéralisme est que, par l'application de règles universelles de juste conduite, qui protégent un domaine privé individuel reconnaissable, un ordre spontané apparaitra de lui-même dans les affaires humaines, d'une complexité plus grande qu'aucun arrangement délibéré n'en aurait pu produire, et que, par conséquent, les actions coercitives de l'Etat doivent être cantonnées à l'application de telles règles.. /".. Friedrich von Hayek (1899-1992) - Les principes d'un ordre social libéral.. 2000 avant JC, Egypte, XII eme dynastie, Kéthi recommande à son fils de devenir scribe :.. Vois, le fabriquant de flèches.. Il est très misérable lorsqu il doit aller dans le désert chercher des pointes, Vois le blanchisseur travailler sur le rivage à proximité du crocodile.. Vois, il n y a pas de profession sans chef sauf celui de scribe.. Vois, le scribe ne manque de rien, nourriture, vie, santé, dans la demeure du roi.. Des gens sont nourris à rien faire à part penser.. Les vrais ennuis vont bientôt commencer.. L'Histoire.. page 15.. L antiquo libéralisme.. 600 avant JC, cernés par des barbares tout juste bons à être esclaves, les Grecs ne font rien comme tout le monde : ils réfléchissent à la politique.. Avant eux, la politique c est simple : des dieux, un monarque qui décide de tout, un peuple qui obéi.. Après eux, tout sera plus compliqué.. Ils posent deux questions qui 2500 ans plus tard, servent encore de matrice à toutes les questions politiques.. Quelle est la structure qui doit détenir le pouvoir politique ?.. 1) Un chef, un representant de Dieu.. 2) Une élite, une aristocratie.. 3) Une assemblée elue.. Quelle que soit la structure qui détient le pouvoir politique (1,2 ou 3), quelle doit être l'étendue de son pouvoir sur chaque individu ?.. a) Total.. Absolu.. b) Au bon vouloir de (1,2 ou 3).. c) Limité, même si (1,2 ou 3) affirme le contraire.. Les différents philosophes grecs ont exploré toutes les réponses possibles de ces deux questions.. Certaines ne sont franchement pas politiquement correctes et mériteraient des excuses officielles du gouvernement grec actuel ainsi qu une loi française les condamnant.. D autres sont de précieuses pépites politiques que l on retrouvera plus tard : la démocratie, le règne de la loi plutôt que d un seul homme, la Cité, le Droit naturel.. L immense mérite de ces premiers penseurs est d avoir initié la tradition critique occidentale.. C'est-à-dire d avoir admis la possibilité de critiquer une pensée établie, d accepter que plusieurs théories concurrentes puissent cohabiter jusqu à ce que des arguments permettent à l une d entre elles de s imposer.. Ce passage d une société fermée la récitation d une pensée dogmatique transmise par les anciens- à une société ouverte -la pluralité et la concurrence entre les systèmes de pensée- est une révolution qui sera à l origine de toutes les suivantes.. De leur côté les romains construisent petit à petit sur mille ans le droit romain (non sans blague ?) ou l égalité devant la loi n est pas franchement le point fort, mais qui developpe une jurisprudence si riche que mille cinq cents plus tard, on l utilise encore.. "Il est clair que la transition de la société close à la société ouverte peut être décrite comme l une des révolutions les plus importantes qu ait connu l humanité.. ] Quand nous disons que la civilisation occidentale descend des Grecs, nous devons réaliser ce que cela signifie : que les Grecs ont commencé pour nous cette grande révolution qui n en est, il semblerait, qu à son début le passage de la société close à la société ouverte".. Karl Popper.. Sophocle écrit une pièce autour d une idée qui va faire du chemin.. Antigone, refuse d obéir aux lois du roi Créon, au nom de lois immuables supérieures aux lois de ce despote.. (Elle veut enterrer son frère dignement, ce que le roi Créon ne veut pas).. L idée qu il existe un droit naturel inaliénable qui peut être opposé aux lois d un despote va traverser les siècles, les théologies, les polémiques, les codes juridiques, jusqu à un très lointain descendant : une Déclaration des Droits inaliénables de l Homme en 1789.. Antigone versant une libation sur la tombe de Polynice - WH Rinehart.. Créon :.. Et ainsi, tu as osé violer [mes] lois ?.. Antigone :.. C'est que Zeus ne les a point faites, ni la Justice qui siège auprès des Dieux souterrains.. Et je n'ai pas cru que tes édits pussent l'emporter sur les lois non écrites et immuables des Dieux, puisque tu n'es qu'un mortel.. Ce n'est point d'aujourd'hui, ni d'hier, qu'elles sont immuables; mais elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées.. Je n'ai pas dû, par crainte des ordres d'un seul homme, mériter d'être châtiée par les Dieux.. L'Histoire.. page 16.. Le médievalo libéralisme.. Au temps des châteaux forts, la vie est parfois dure.. Par exemple, la population est obligée de porter des chaussures pointues tellement antisexy que plus personne n osera les porter à nouveau avant les femmes du début du XXI éme siècle.. Certains théologiens chrétiens cogitent beaucoup.. Et c est en leur sein que se développent et s affirment certains concepts que l on retrouvera quelques siècles plus tard dans la théorie libérale.. Chaque personne est égale au regard de Dieu (et si on est égal au regard de Dieu, pourquoi ne le serait-on pas au regard de la loi ?).. Chaque personne est responsable de son salut (et pour être responsable, il faut être libre, y compris de commettre des péchés).. Ces idées chrétiennes pré-libérales parviennent à maturité avec l école de Salamanque, congrégation catholique du XVIème siècle.. Ces théologiens s appuyant sur la doctrine de Thomas d Aquin développeront une théorie élaborée du droit de la personne (y compris pour les incroyants, Indiens d Amérique, Juifs, mauvais sujets en tout genres) : liberté de conscience, de mouvement, droit à la propriété (Le commandement Tu ne voleras point protège la propriété donc celle-ci est voulue par Dieu).. Ils remarquent aussi que certains phénomènes dans les sociétés humaines (les prix, le langage etc.. ) ne sont clairement pas naturels, mais qu'ils ne sont pas non plus voulus par la raison.. Chaque jour au marché, un prix différent pour les œufs apparaît.. Personne en particulier n a décidé du prix des œufs, mais indiscutablement d un bout à l autre de la place, les œufs ont un prix homogène accepté par tous.. Ces phénomènes existent par la contribution de chacun, sans pour autant avoir été voulu par quiconque.. Comme ils sont croyants, ces théologiens réfléchissent d abord à la possibilité de la main de Dieu, mais bon, ils ne sont pas très sûrs que Dieu s intéresse à fixer le prix des œufs tous les matins sur tous les marchés d Europe.. Ils évoquent donc la possibilité d un ordre spontané ou auto-organisé.. Cet ordre spontané sera ensuite conceptualisé et nommé quelques siècles plus tard par les philosophes libéraux.. "La loi humaine est portée par la multitude des hommes, et la plupart d'entre eux ne sont pas parfaits en vertu.. C'est pourquoi la loi humaine n'interdit pas tous les vices dont les hommes vertueux s'abstiennent, mais seulement les plus graves, dont il est possible à la majeure partie des gens de s'abstenir ; et surtout ceux qui nuisent à autrui".. Thomas d'Aquin.. "La liberté est nôtre, si incontestablement nôtre qu'avec l'aide des dons de Dieu elle repose sur notre capacité d'éviter tout péché mortel et d'atteindre la vie éternelle.. Luis de Molina Théologien Ecole de Salamanque (1535-1600).. Si un prince légitime gouverne tyranniquement, et qu il n existe aucun autre moyen de se préserver que l expulsion et la déposition du roi, alors le peuple, agissant comme un tout, peut le déposer.. Francisco Suarez Théologien Ecole de Salamanque (1548- 1617).. Francisco Suarez explique avec du latin et des concepts théologiques compliqués que les Indiens ont des droits naturels inaliénables et qu en Europe, le peuple souverain ne fait que prêter le pouvoir politique au roi.. Et que le peuple peut reprendre ce pouvoir si le roi ne fait pas l affaire.. Révolutionnaire 250 ans avant l heure.. page 17.. Le lumiero libéralisme:.. John Locke.. En sortant de la Renaissance, les penseurs libéraux poussent partout en Europe comme les champignons après la pluie.. Avant les tempêtes révolutionnaires aux USA puis en France.. Un premier beau cèpe s appelle John Locke.. Il pousse sous la pluie de Bristol puis d Oxford.. Selon lui, chaque homme dispose d un domaine propre , qui va plus loin que sa seule intégrité physique.. Il s agit aussi bien de ses idées, de sa liberté de mouvement, que de sa conscience et de sa propriété.. Ce domaine propre, comme son nom l indique, lui appartient en propre, et il a le droit de le défendre contre les méchants souverains, ou les méchants d une autre religion, les méchants voleurs, les méchants tueurs, les méchants en général.. Dans l état de nature (c'est-à-dire avant l apparition de l Etat), c est possible de défendre son domaine propre mais c est tout de même compliqué.. Il ne faut pas dormir la nuit, il faut avoir des armes, il faut tuer ou être tué dans d atroces souffrances.. Pour éviter tous ces embêtements qui peuvent empoisonner la vie quotidienne d un homme préhistorique, les hommes libres acceptent de prêter leur droit à utiliser la violence physique pour le confier à un arbitre neutre : l Etat.. Il s agit bien seulement d un prêt.. Si l Etat décide d utiliser la violence pour empiéter plus que de raison sur le domaine propre de chaque personne (atteinte à la conscience religieuse ou à la propriété par exemple) cette personne peut reprendre son droit à la violence physique pour se défendre.. John Locke meurt en 1704 ce qui lui permet d appartenir au club chic des penseurs du siècle des Lumières, mais de justesse.. Ces idées se retrouveront partout, à Paris ou dans une petite colonie insignifiante de l autre côté de l Atlantique.. Mais on jouit d'une véritable liberté, quand on peut disposer librement, et comme on veut, de sa personne, de ses actions, de ses possessions, de tout son bien propre, suivant les lois sous lesquelles on vit, et qui font qu'on n'est point sujet à la volonté arbitraire des autres, mais qu'on peut librement suivre la sienne propre.. John Locke - Traité de gouvernement civil.. "Si l'homme, dans l'état de nature, est aussi libre que j'ai dit, s'il est le seigneur absolu de sa personne et de ses possessions, égal au plus grand et sujet à personne; pourquoi se dépouille-t-il de sa liberté et de cet empire, pourquoi se soumet-il à la domination et à l'inspection de quelque autre pouvoir? Il est aisé de répondre, qu'encore que, dans l'état de nature, l'homme ait un droit, tel que nous avons posé, la jouissance de ce droit est pourtant fort incertaine et exposée sans cesse à l'invasion d'autrui.. Car, tous les hommes étant Rois, tous étant égaux et la plupart peu exacts observateurs de l'équité et de la justice, la jouissance d'un bien propre, dans cet état, est mal assurée, et ne peut guère être tranquille.. page 18.. Le lumiero libéralisme :.. Richard Cantillon.. 1727, un petit Ecossais est enlevé par des gitans.. Cela ne dure pas longtemps, mais ça va lui porter chance : sans beaucoup d'idées originales, Adam Smith est considéré comme le papa de la science économique moderne.. 1734 (ou peut être pas), un vieux financier francophone à la réputation sulfureuse est (peut être) assassiné dans l'incendie (suspect) de sa maison de Londres.. Ca dure longtemps et ça va lui porter malchance.. Richard Cantillon aurait du être considéré comme le papa de la science économique moderne.. Comme du bon vin, l'oeuvre de Cantillon a trés bien vieilli.. Rédigé en 1730 en Français, "Essai sur la nature du commerce en général" pose des concepts fondamentaux de l'économie théorique moderne.. De la définition de la valeur à la théorie monétaire, ses idées seront parfois re-utilisées, voir plagiées.. Pas assez malheureusement.. certains concepts ne seront re-découverts que 150 ans plus tard, trop tard pour empécher le developpement d'une science économique marxiste dont les succès font encore rigoler les habitants de certains pays de l'Est.. Comme du mauvais Whisky, l'oeuvre de Smith a un effet euphorique sur le moment -"La richesse des nations" popularise en effet l'économie libre et la division du travail- dans un monde imprégné de mercantilisme (les alter de l'époque), mais elle donne de méchantes gueules de bois le lendemain (à contrario de Cantillon, A.. Smith pave le chemin du concept marxiste de valeur-travail à l'origine de bien des impasses futures.. Allez pour l'euphorie, deux verres de Whisky Smithien :.. - Le marché permet de réguler les méthodes de production au mieux de l intérêt général.. Pire : même en étant égoïstes, les hommes qui produisent et commercent entre eux contribuent à la richesse générale puisqu ils sont obligés de se mettre au service de leur client.. - La production est en général plus efficace lorsque les personnes sont spécialisées dans une tâche précise (souvent répétitive donc.. Cette dernière partie n est pas très glamour pour les abonnés du travail à la chaîne qu il soit manuel ou intellectuel, mais cela va permettre de ne pas mourir de faim (stupéfiant pour l époque) et aujourd hui de vivre dans un confort certain.. /.. Smith est loin d'être le fondateur de la science économique, une science qui existait déjà depuis les scholastiques médièvaux et, dans sa forme moderne, depuis Richard Cantillon.. [Mais] le problème n'est pas seulement que Adam Smith n'est pas le fondateur de la science économique, le problème est qu'il n'est à l'origine d'aucune idée exacte, et que le peu dont il est à l'origine est inexact.. Ainsi non seulement Smith n'a pas seulement contribué à la pensée économique, mais ses ouvrages sont une grave détérioration par rapport à ses prédecesseurs : De Cantillon à Turgot, de son professeur Hutcheson à l'école Scholastique.. M.. Rothbard - An austrian perspective on the history of economic thought.. Une main invisible semble les forcer à concourir à la même distribution des choses nécessaires à la vie qui aurait eu lieu si la terre eût été donnée en égale portion à chacun de ses habitants; et ainsi sans en avoir l intention, sans même le savoir, le riche sert l intérêt social et la multiplication de l espèce humaine.. Adam Smith - "La richesse des nations".. Adam Smith, c est un peu le Corto Maltese des penseurs libéraux : il a un lien avec les gitans.. Mais Corto Maltese a une vision très mercantile de la richesse : accumuler le plus d or possible en tuant des gens parfois.. A part cette petite habitude désagréable, Corto Maltese est parfaitement libéral.. Il fait usage de sa liberté pour voyager dans des contrées exotiques, vagabonder dans des mondes ésotériques.. C est son droit naturel et inaliénable.. D un point de vue libéral, c est aussi respectable que jeune cadre dynamique dans un fond de pension.. page 20.. Le lumiero libéralisme :.. L'abbé Sieyes.. L Abbé Sieyès n a pas vraiment la vocation, mais bon.. ses parents le veulent alors il devient ecclésiastique.. Il se vengera en devenant l un des plus brillants porte-parole du Tiers Etat.. Il sera ainsi l un des papas de la Déclaration des Droits de l Homme de 1789.. Il a de quoi être fier.. Sobre, précise et juste, elle reste inégalée.. Les suivantes, au XX eme siècle, seront altérées sous la pression soviétique par l'ajout d'une série de droits créances (droit au travail, au logement etc.. Le travail, le logement sont des besoins légitimes (quoique le travail.. ), mais pour les garantir, il faut limiter les droits fondamentaux justement à l origine de cette déclaration : liberté, propriété.. Pour garantir un travail, il faut obliger une autre personne à payer pour un travail dont elle ne veut pas ou il faut obliger d'autres personnes à acheter un produit dont elles n'ont pas envie.. Pour garantir ce droit il faut donc limiter la liberté d'autres personnes.. Ca tombait bien, limiter la liberté était justement la spécialité des Soviétiques.. Le travail et un logement décent sont très importants  ...   - Les ouvriers anglais peuvent acheter du pain beaucoup moins cher, et donc le manger.. - Les aristocrates, grands propriétaires terriens et profiteurs du protectionnisme, perdent du pouvoir économique puis politique.. - Le prix des transports baisse, les bateaux exportant de la houille revenant désormais chargés de blé.. En 1860, les Français signent un accord de libre-échange avec les Britanniques.. Saint Gobain baisse le lendemain ses prix de 32 % en continuant de faire des bénéfices.. Ciel, un fleuron de l'industrie française aurait surfacturé ses services à sa patrie ? Le protectionnisme n'est-il pas au service de tous ?.. Je suppose qu il vienne à l idée de quelques spéculateurs parisiens de se livrer à la production des oranges.. Ils savent que les oranges de Portugal peuvent se vendre à Paris 10 centimes, tandis qu eux à raison des caisses, des serres qui leur seront nécessaires, à cause du froid qui contrariera souvent leur culture, ne pourrant pas exiger moins d un franc comme prix rémunérateur.. Ils demandent que les oranges du Portugal soient frappées d un droit de 90 centimes.. Moyennant ce droit, les conditions de production, disent ils, seront égalisés et la Chambre, cédant, comme toujours à ce raisonnement, inscrit sur le tarif un droit de 90 centimes par orange étrangère.. Eh bien ! Je dis que les conditions de production ne sont nullement changées.. La loi n a rien ôtée à la chaleur du soleil de Lisbonne, ni à la fréquence ou à l intensité des gelées de Paris.. La maturité des oranges continuera à se faire naturellement sur les rives du Tage et artificiellement sur les rives de la Seine, c'est-à-dire qu elle exigera beaucoup plus de travail humain dans un pays que dans l autre.. Ce qui sera égalisé, ce sont les conditions de la vente.. Les portugais devront nous vendre leurs oranges à 1 franc, donc 90 centimes pour acquitter la taxe.. Elle sera évidement payée par le consommateur français.. Frédéric Bastiat.. page 25.. Les droits des ouvriers.. Pour les socialistes et les conservateurs bourgeois, ce qui est vraiment important, c est la classe sociale.. Certains bourgeois conservateurs développent des théories de darwinisme social justifiant leurs privilèges, les socialistes bâtissent eux des systèmes d'analyse de la société beaucoup plus sophistiqués à travers le prisme de la lutte des classes.. Pour les libéraux, toutes ces théories sont souvent fausses et tout le temps hors sujet.. La seule échelle importante pour les Droits, c'est la personne.. Jamais une classe, une race, une religion.. Pas besoin donc de pondre des encyclopédies fumeuses pour détailler une zoologie des classes sociales et de leur destin afin de justifier des droits spécifiques pour les ouvriers par exemple.. Pas besoin de droits spécifiques, il suffit de respecter une déclaration simple et universelle.. La Déclaration universelle des Droits de l Homme de 1789.. Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit de se faire une petite bouffe pour s associer, parler affaires, ou signer des contrats, 3000 ouvriers ont aussi le droit de se réunir pour s associer, signer des contrats ou parler affaires.. Les trois patrons et les 3000 ouvriers sont des personnes égales en dignité et en droits.. Ces 3003 personnes ont donc le même droit inaliénable à se réunir librement, s exprimer librement ou s associer librement.. Point à la ligne.. Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit de s associer pour mutualiser les risques qui les menacent (un bateau qui coule, une usine qui brûle) via une compagnie d assurance, trois mille ouvriers ont le droit de s associer pour mutualiser les risques qui les menacent (la maladie ou le chômage) via une mutuelle ou une caisse de chômage.. Ces 3003 personnes ont donc le même droit inaliénable à s associer librement pour mutualiser leurs risques.. La seule limite pour ces 3003 personnes étant que personne ne doit être obligé d appartenir à cette association ou de passer par l association pour contractualiser avec qui que ce soit.. (C'est-à-dire pas de cartels, de monopoles ou de protectionnisme pour les trois patrons, pas de corporations modèle Ancien Régime, pour les ouvriers).. Ca a l air simple comme ça.. Les mêmes droits pour tous.. POUR TOUS.. He ben non, c'est trop simple.. Bourgeois conservateurs et socialistes vont passer le XIX siècle à batailler contre les libéraux pour faire compliqué et violent.. "Je suis en face d'un patron, nous débattons le prix; celui qu'il m'offre ne me convient pas; je ne commets aucune violence; je me retire, et vous dites que c'est moi qui porte atteinte à la liberté du travail parce que je nuis à son industrie!.. Ne voyez vous pas au contraire que c'est le patron qui viole la mienne? S'il fait intervenir la loi pour que sa volonté me soit imposée, ou est la liberté, ou est l'égalité? !.. Ce que vous proclamez là, c'est l'esclavage, car qu'est-ce qu'un esclave si ce n'est l'homme forcé par la loi de travailler à des conditions qu'il repousse.. Frederic Bastiat, Député Libéral.. Journaliste (1801 1850).. Il n'est pas besoin d'entrer ici dans une critique des concepts de classe sociale et de race tels qu'employés par ces doctrines.. Il n'est pas nécessaire de demander aux marxistes quand et comment un prolétaire qui parvient à rejoindre les rangs de la bourgeoisie change son esprit prolétarien en un esprit bourgeois.. Il est superflu de demander aux racistes d'expliquer quelle sorte de logique est propre aux gens qui ne sont pas de race pure.. Des objections beaucoup plus sérieuses doivent être soulevées.. Luging Von Mises Philosophe Économiste (1881 1973).. page 26.. Les syndicats.. Pour les libéraux, la meilleure protection pour les salariés, c'est la prospérité économique.. La meilleure protection contre un patron abusif, c'est d'avoir le pouvoir de claquer la porte parce que l'on est sûr de retrouver du travail facilement.. Les salariés ont tout de même intérêt à se regrouper pour parer à l asymétrie du rapport de force.. Une personne seule ne dispose pas des compétences juridiques dont dispose une entreprise.. De plus, une personne seule a besoin de son salaire tous les mois, tandis qu une entreprise de 1000 salariés peut se passer d un salarié du jour au lendemain.. Pour les libéraux, un contrat est la base juridique d une société libre.. Les syndicats permettent de négocier les termes des contrats et d en contrôler le bon respect.. Lorsqu ils ont ce rôle, les syndicats sont donc souhaitables : davantage de contrats satisfaisants pour les deux parties, davantage de prospérité générale.. Pour beaucoup de socialistes et d anarchistes, les syndicats sont un bélier politique préparant la grande révolution.. Ils vont donc noyauter les coalitions ouvrières parce que les ouvriers, laissés tout seuls, pourraient se détourner de leur destinée grandiose prédite par Marx.. Ces hédonistes incultes pourraient se satisfaire d une bête amélioration de leurs conditions de travail au lieu de tout sacrifier pour une société construite s des plans parfaits.. Les bourgeois conservateurs s opposeront aux syndicats parce qu ils préfèrent dicter les termes des contrats et n avoir personne pour en contrôler le bon respect.. C est sûr qu'à court terme c est plus sympa de faire des affaires avec un vis-à-vis bâillonné.. Coincé entre la politique répressive des bourgeois conservateurs et l instrumentalisation socialiste des syndicats, les libéraux seront souvent seuls pour défendre les syndicats, les vrais.. 1849 : A l'Assemblée, Frédéric Bastiat, député libéral, soutient un autre député libéral, Morin, sur un amendement autorisant les coalitions ouvrières à condition que celles-ci ne fassent pas usage de la violence.. Sans succès.. 1864 : Une première loi reconnaissant le droit de grève est adoptée grâce au gouvernement du libéral Emile Ollivier, premier ministre et ministre de la justice.. 1876 Le député libéral Edouard Lockro dépose une loi autorisant les syndicats et les conventions collectives.. Mais elle est combattue pendant 8 ans par les socialistes et les bourgeois conservateurs.. 1884 Les syndicats sont autorisés sur proposition du ministre libéral Waldeck-Rousseau.. 1906 Le député libéral Gaston Doumergue dépose un projet de loi autorisant la création de conventions collectives.. Cette loi est combattue par la CGT.. " Les salaires de l ouvrier se règlent contradictoirement par une convention faite entre l ouvrier et le chef d industrie : le premier cherche à recevoir le plus, l autre à donner le moins qu il est possible, mais dans cette espèce de débat, il y a du côté du maître un avantage indépendant de ceux qu il tient déjà de la nature de ses fonctions.. Le maître et l ouvrier ont bien également besoin l un de l autre, puisque l un ne peut faire aucun profit sans le secours de l autre, mais le besoin du maître est moins immédiat, moins pressant.. Il en est peu qui ne puissent vivre plusieurs mois, plusieurs années même, sans faire travailler un seul ouvrier, tandis qu il est peu d ouvriers qui puissent, sans être réduits aux dernières extrémités, passer plusieurs semaines sans ouvrage.. Il est bien difficile que cette différence de position n influe pas sur le règlement des salaires ".. Jean Baptiste Say Économiste Libéral.. (1767 - 1832).. [le syndicat] prépare l émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l expropriation capitaliste ; il préconise comme moyen d action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd hui groupement de résistance, sera, dans l avenir, le groupement de production et de répartition, base de réorganisation sociale.. Statuts constitutifs de la CGT.. page 27.. Le colonialisme.. Les socialistes aiment bien l idée d utiliser l Etat pour construire une société meilleure et guider un peuple ignorant.. Même si le peuple en question vit en Afrique ou en Asie.. Ca tombe bien, les bourgeois conservateurs veulent faire des affaires en ayant l exclusivité de zones géographiques et des clients captifs.. Et certains conservateurs aiment bien faire la guerre surtout si ils sont sûrs de gagner.. Le colonialisme c est que du bonheur pour tout le monde.. Sauf pour beaucoup de libéraux, pour qui il s agit d une vaste entreprise étatique et protectionniste, mettant l armée de la nation au service de quelques intérêts particuliers.. Mais bon, ces libéraux sont tellement vulgaires avec leur liberté d échanger des marchandises tandis que les colonialistes parlent civilisation, culture, grandeur de la nation et entreprises patriotiques.. Lorsque les indigènes eux aussi sans doute un peu vulgaires- voudront reprendre leur liberté, plus personne ne se rappellera que beaucoup de libéraux ont eu raison avant tout le monde.. Les vraies colonies d'un peuple commerçant, ce sont les peuples indépendants de toutes les parties du monde.. Tout peuple commerçant doit désirer qu'ils soient tous indépendants, pour qu'ils deviennent tous plus industrieux et plus riches; car plus ils sont nombreux et productifs, et plus ils présentent d'occasions et de facilités pour les échanges.. Ces peuples alors deviennent pour vous des amis utiles, et qui ne vous obligent pas de leur accorder des monopoles onéreux, ni d'entretenir à grands frais des administrations, une marine et des établissements militaires aux bornes du monde.. Un temps viendra où l'on sera honteux de tant de sottises, et où les colonies n'auront plus d'autres défenseurs que ceux à qui elles offrent des places lucratives à donner et à recevoir, le tout au dépens des peuples.. Avec le libre-échange et une juridiction assurant la sécurité des contrats, il est à peu près indifférent qu'une terre appartienne à tel ou tel groupe ethnique parlant telle ou telle langue.. Aux procédés d'extermination, il faut substituer le croisement et la fusion, enseigner la douceur, l'urbanité, la politesse, apporter la sécurité de cette chose après laquelle, depuis que l'homme est un animal social, il ne cesse de clamer : la justice.. Une justice qui est existence d'un cadre permettant l'exercice de la liberté individuelle, de la liberté d'échanger et de produire et des droits de propriété.. Yves Guyot Économiste Libéral (1843 - 1928).. page 28.. Les romantico-libéraux.. Avant les choses étaient simples, la personne n existait pas, elle était une sous-partie d une famille, d une corporation et son rôle était de s effacer afin de suivre au mieux les usages et les conventions.. En balayant l Ancien Régime, le libéralisme déclare que les droits et les rapports sociaux doivent désormais se régler au niveau de la sous-partie.. Une créature nouvelle vient de naître : la personne, l individu.. Et très vite, au XIX eme siècle, on comprend que la liberté acquise par la personne est un cadeau certes, mais un cadeau parfois explosif, douloureux ou laissant libre cours à la vulgarité.. En psychologie, surprise, la liberté ne rend pas forcément heureux ! La personne au contraire a du vague à l âme devant les infinis, sa finitude, et n'a plus rien pour se raccrocher ou donner un sens à son existence sauf sa propre vision : plus de Dieu obligatoire, plus de rang.. Le libéral romantique se coiffe comme Chateaubriand pour méditer devant une mer de nuages.. Il écoute son propre coeur, les mouvements de son âme et tout ça le plonge parfois dans une grande mélancolie.. Et ça c est pour ceux qui réfléchissent parce que re surprise, en jouissant de la liberté, beaucoup de personnes ne deviennent pas forcement des esthètes aventuriers ou des rebelles philosophes.. La liberté créé aussi des petits bourgeois mesquins, vindicatifs, cavalant derrière des honneurs factices ou des populos grossiers, obtus et sans curiosité.. Face à ce nouvel univers, des artistes (Victor Hugo, Chateaubriand, Constant, Madame de Stael) revendiquent et construisent une nouvelle façon de concevoir l art littéraire.. Avec le romantisme, cette liberté se manifeste par l émancipation du moi.. L artiste ne doit plus s effacer devant des conventions, le classicisme antique, mais au contraire n admettre qu une autorité : lui-même.. Dans le même temps.. , ces artistes p.. rennent acte des conséquences de la liberté sur la population avec un mélange d enthousiasme pour une nouvelle civilisation et la crainte d une dictature future des masses promis par les socialistes ou d une vulgarité généralisée pressentie dans le comportement de certains bourgeois.. La liberté individuelle vient de naître, et son apprentissage commence.. Il est dur, 200 ans plus tard, il est loin d être terminé.. Le romantisme, tant de fois mal défini, n'est, à tout prendre, et c'est là sa définition réelle, que le libéralisme en littérature.. Cette vérité est déjà comprise à peu près de tous les bons esprits, et le nombre en est grand ; et bientôt, car l'oeuvre est déjà bien avancée, le libéralisme littéraire ne sera pas moins populaire que le libéralisme politique.. La liberté dans l'art, la liberté dans la société, voilà le double but auquel doivent tendre d'un même pas tous les esprits conséquents et logiques ; voilà la double bannière qui rallie, à bien peu d'intelligences près (lesquelles s'éclaireront), toute la jeunesse si forte et si patiente d'aujourd'hui.. Victor Hugo Écrivain Romantique (1802 1885).. Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme.. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et, s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.. Au-dessus de ceux-là s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort.. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux.. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir.. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre?.. Alexis de Tocqueville Écrivain Libéral (1805 1859).. XIX eme siècle, les conservateurs ricanent.. "Ces Droits de l'Homme ne sont qu'un gadget pour intellectuels athées.. Le peuple s'en moque, il veut un monde fictif et un sens à son existence même misérable.. Quant aux petits bourgeois qui grenouillent partout avec leurs pensées mesquines, c'est pas dégoûtant ça ? Non rien ne vaut une bonne charge héroïque, un bel uniforme et épaule contre épaule, sabre au clair, parcourir une vaste plaine sans sourciller face à la mort.. Ca a tout de même une autre gueule qu'un petit représentant de commerce en train de faire du porte à porte non ?".. Deux guerres mondiales plus tard, le petit représentant de commerce est sacrément sympathique.. De leur côté les socialistes sont un peu embêtés, les masses ne peuvent pas se tromper : c'est donc le système et la logique capitaliste qui entraînent tout le monde vers la vulgarité et l'égoïsme.. Un autre monde, un homme nouveau, et hop des bons camarades cultivés, fiers et généreux.. 50 ans plus tard, les autres mondes socialistes pulvériseront les limites de la vulgarité et de la mesquinerie.. Pour les libéraux, en premier lieu, le commerce et la production ne sont pas synonymes de vulgarité.. Il y a une noblesse à bien faire son travail voire à y exceller sans dépendre de personne.. Ensuite la prospérité matérielle et une productivité forte permettent justement de libérer du temps pour des activités plus nobles.. Quant à la vulgarité, elle est inhérente à la liberté.. Des théologiens très coincés ont compris il y a 500 ans ce que des sociologues marxisants ne veulent pas admettre.. Etre libre, c'est être responsable de sa vulgarité et de sa méchanceté.. Ce n'est pas la faute de la liberté économique et de sa société marchande.. Le voyageur contemplant une mer de nuages - Caspar David Friedrich.. page 29..

    Original link path: /histoire.htm
    Open archive
  •  

  • Title: L'économie libre
    Descriptive info: CHAPITRE 3.. L'économie libérale.. Le libéralisme est donc une philosophie politique basée sur la liberté individuelle.. Et il se trouve que les personnes libres passent une partie de leur temps éveillées à produire ou à échanger.. pour pleins de bonnes raisons.. Ou plus généralement à agir ou à choisir.. Naturellement les penseurs libéraux se sont beaucoup intéressés à l art de produire, d échanger et à ses conséquences.. Le libéralisme économique, c'est-à-dire la liberté de produire et d'échanger, est une des facettes du libéralisme au même titre que la liberté d'expression ou la liberté des moeurs.. L'économie existe depuis que les Hommes produisent et échangent mais la science économique est née sous la plume des premiers penseurs libéraux il y a moins de 250 ans.. Elle s'est ensuite diversifiée en de multiples écoles en suivant des méthodologies ou des concepts débouchant parfois sur des théories totalement opposées au libéralisme.. La science économique et la médecine ont un point commun : elles ont une histoire encombrée de théories contradictoires, de rituels magiques, de charlatanismes en tout genre ou de scientisme mal placé.. Malheureusement pour la prospérité économique, la comparaison s arrête là.. La médecine a largement réussi à se débarrasser de ses théories les plus loufoques, confinant la numérologie et l'astrologie aux dernières pages de Télé poche.. La science économique, elle, permet tous les jours en son nom, à des sorciers vaudous ou des mathématiciens fous de proposer des rituels collectifs saugrenus ou des prédictions bidons au beau milieu de journaux sérieux dans lesquels la vie des stars est à peine évoquée, c est dire s'ils sont sérieux.. Tous les patients des sciences économiques ne sont pas pourtant pas dans une misère noire, c est bien le signe que certains traitements ou concepts marchent mieux que d autres.. "L'activité économique nous fournit les moyens matériels de toutes nos fins.. Dans le même temps, la plupart de nos efforts individuels sont destinés à fournir à d'autres des moyens en vue de leurs fins afin qu'ils nous fournissent en retour les moyens en vue de nos fins.. C'est uniquement parceque nous sommes libres dans le choix de nos moyens que nous sommes aussi libres dans le choix de nos fins.. La liberté économique est par conséquent une condition indispensable de toute autre liberté, et la libre entreprise est à la fois une condition nécessaire et une conséquence de la liberté individuelle".. F.. A.. Hayek - "La composante morale de la libre entreprise".. "Ce que l'on nomme communément la révolution industrielle a été un rejeton de la révolution idéologique opérée par les doctrines des économistes.. Les économistes renversèrent les vieux axiomes : qu'il est déloyal et injuste de l'emporter sur un concurrent en produisant des biens meilleurs et moins chers ; que c'est porter atteinte à l'équité de s'écarter des méthodes traditionnelles de production ; que les machines sont un mal puisqu'elles entraînent le chômage ; que c'est l'une des tâches du gouvernement de la cité d'empêcher les hommes d'affaires efficaces de devenir riches, et de protéger les moins efficients contre la concurrence des plus efficients ; que restreindre la liberté des entrepreneurs par la contrainte gouvernementale ou par la coercition de la part d'autres pouvoirs sociaux est un moyen approprié de développer le bien-être d'une nation.. Ludwig Von Mises.. Lucky Luke- L'Elixir du Dr.. Doxey - Morris.. La science économique, comme d'autres sciences humaines, n'a pas encore de consensus sur sa méthodologie, ses concepts de base.. Cette absence de référentiel commun permet à des messieurs très sérieux d'affirmer des choses complètement contradictoires et de se lancer dans des pronostics aussi fiables qu'un horoscope de madame Soleil.. Ce flou généralisé permet aussi à des charlatans de vendre des potions magiques à des électeurs un peu déboussolés.. Les libéraux se reconnaissent souvent dans l'Ecole Autrichienne pour sa rigueur conceptuelle, l'humilité dans les objectifs et l'importance centrale donnée à l'individu libre.. Le grand sorcier va faire tomber du ciel de la prospérité pour tous grâce à la fameuse danse magique Non-aux-profits-capitalistes !.. Tous à la danse de la pluie Bastille-République !.. (Lucky Luke - Cayon Apache - Morris Goscinny).. L'économie.. page 30.. L'école autrichienne.. 1930.. Les années folles sont terminées.. Finie la rigolade libérale, le fox-trot, l'art déco, l'individualisme fêtard, la consommation de masse.. Place aux idéologies totalitaires, aux prolétaires, aux races pures et à leurs meneurs qui s'occupent des choses sérieuses.. Les fondations du libéralisme sont chancelantes sous les coups de boutoir des guerres, de la crise économique et des grandes idéologies totalitaires.. Sur le plan des idées, il n'y a plus grand monde sur les remparts pour défendre les droits de l'Homme, l'économie libre.. Des surréalistes aux staliniens, en passant par les nazis, il y a un consensus sur un point : le monde bourgeois doit disparaître, l'histoire est en marche vers un monde nouveau.. L'Autriche est aux premières loges de ce charmant spectacle.. Et c'est dans ce pays que certains spectateurs font commencer à faire la grimace.. Sur des strapontins des universités de Vienne (des profs non rémunérés par le gouvernement), le libéralisme économique va renaître de ses cendres.. sur le plan intellectuel.. avant de se disséminer notamment aux USA à l'arrivée des troupes allemandes.. L'Ecole Autrichienne considère que la science économique s'est fourvoyée sur la méthodologie, laissant un boulevard aux théories marxistes, planistes ou keynésiennes.. Il faut renouer les liens avec les grands anciens -Juan de Mariana de l'école scolastique, Cantillon, Turgot, Say, Hume, Constant, Bastiat- puis affiner les concepts, la méthodologie et reconstruire une théorie de l'échange : la catallaxie.. "La plupart des gens, économistes compris, pensent que la science économique est sortie toute faite de l'esprit de Adam Smith à la fin du 18 éme siècle.. Ceci est grossièrement incorrect.. La pensée économique moderne, c'est à dire une analyse centrée sur la comprehension de l'économie libre, a été fondée en France et non en Grande-Bretagne et cela 50 ans avant Adam Smith.. De plus, ces écrivains Français, malgré leur diversité, ne doivent pas être considérés comme des pre-ricardiens, mais comme des 'proto-autrichiens', c'est à dire des précurseurs de l'approche individualistique, déductive et subjective de la valeur qui a été établie en 1870 à Vienne.. "Les despotes et les majorités démocratiques sont enivrés par le pouvoir.. Ils doivent, à contrecœur, admettre qu'ils sont assujettis aux lois de la nature.. Mais ils repoussent l'idée même de loi économique.. Ne sont-ils pas les législateurs souverains ? N'ont-ils pas le pouvoir d'écraser quiconque s'oppose à eux ? Aucun seigneur de la guerre n'est enclin à reconnaître de limite autre que celle que lui impose une force armée supérieure.. Des écrivailleurs serviles sont toujours disponibles pour flatter cette vanité en exposant les doctrines appropriées.. Ils appellent économie historique leurs suppositions embrouillées.. En réalité, l'histoire économique est un long catalogue de politiques gouvernementales qui ont échoué pour avoir été conçues avec une téméraire méconnaissance des lois de l'économie.. Ludwig Von Mises - Action Humaine.. "Nous devons à nouveau rendre la création d'une société libre une aventure intellectuelle, un acte de courage.. Ce qui nous manque, c'est une utopie libérale, un programme qui ne semble être ni une simple défense des choses existantes, ni une forme diluée de socialisme, mais un véritable radicalisme libéral qui n'épargne pas les susceptibilités des puissants (y compris les syndicats), qui ne soit pas strictement pratique, et qui ne se confine pas à ce qui semble aujourd'hui politiquement possible.. Nous avons besoin de leaders intellectuels qui soient préparés à résister aux flatteries des gens puissants et influents, qui aient envie de travailler pour un idéal, aussi faibles soient les perspectives de sa prochaine réalisation.. Salma Hayek n'a aucun lien de parenté avec Friedrich von Hayek.. Elle est mexicano-libanaise, actrice à Hollywood.. Elle a notamment tourné dans 'Desperado' où une scène bien filmée nous fait partager la trajectoire courbe d'un éperon denté (et très chanceux).. Il est autrichien, élève de Mises et l'un des grands penseurs libéraux du XX eme siècle.. On lui doit notamment des apports importants sur l'ordre spontané et sur les limites de notre capacité à modeler une société via l'Etat.. Bizarrement lorsque l'on tape Hayek sur Google Image, il n'y a que des photos de Salma qui apparaissent.. Un complot des socialistes ?.. page 31.. L'économie théorique.. Certains humanistes (pas trop curieux) font une impasse totale sur l'économie pour une (fausse) raison :.. L'économie c'est chiant.. Certes prendre son petit déjeuner avec le taux d'inflation ou les cours de la bourse à la radio peut donner aux âmes sensibles l'envie de partir vivre nu de fruits, d'amour et d'eau fraîche sur une île paradisiaque.. Ce projet ensoleillé ne doit pas être pris pour des mauvaises raisons, en tout cas pas à cause de l'économie.. L'économie qu'un gentilhomme averti doit connaitre, ce n'est pas le chiffre d'affaires de la sidérurgie en Moldavie ou les estimations (fausses) de la croissance en Bretagne nord pour la prochaine année.. L'économie du gentilhomme éclairé ce ne sont pas non plus des équations mathématiques délirantes agrégeant tout et son contraire dans des petites boites aux définitions approximatives.. L'économie ce sont une poignée concepts clairs et compréhensibles, et les relations logiques qu'ils entretiennent les uns aux autres.. Faire l'impasse sur ces quelques connaissances accessibles, c'est se priver d'outils simples pour mieux comprendre son environnement immédiat et pour rendre le monde plus beau.. "Dans la sphère économique, un acte, une habitude, une institution, une loi n'engendrent pas seulement un effet, mais une série d'effets.. De ces effets, le premier seul est immédiat; il se manifeste simultanément avec sa cause, on  ...   (et sans bain de sang autant que faire se peut.. ).. L'économie libérale ne promet donc pas de faire disparaître la rareté, c'est impossible.. L'économie libérale ne promet pas le bonheur général, l'amour, la plénitude ou la fraternité.. Il s'agit de catégories très respectables mais qui ne sont pas rares (ni abondantes d'ailleurs) et qui sont en tous cas hors de son périmètre.. L'économie libérale permet modestement d'allouer les ressources matérielles et le temps de travail le moins mal possible compte tenu de la complexité de notre société, tout en respectant les Droits de chaque personne (liberté, sûreté, propriété).. "Dans la doctrine de Marx et de ses disciples, la rareté est une catégorie historique seulement.. Elle est la caractéristique de l'histoire primitive de l'humanité, qui sera pour toujours liquidée par l'abolition de la propriété privée.. Lorsque l'humanité aura effectué le saut du domaine de la nécessité dans le domaine de la liberté et ainsi atteint la phase supérieure de la société communiste , il y aura abondance et conséquemment il sera faisable de donner à chacun selon ses besoins.. Il n'y a dans la vaste marée des écrits marxistes pas la moindre allusion à la possibilité qu'une société communiste dans sa plus haute phase se trouve confrontée à une rareté des facteurs naturels de production.. Le fait de l'indésirabilité du travail est évaporé par l'assertion que travailler sous le communisme, bien entendu, ne sera plus désormais un désagrément mais un plaisir, la nécessité primordiale de la vie Ludwig Von Mises - Action Humaine.. La corne d'abondance pourrait permettre de résoudre beaucoup de problèmes économiques d'un coup.. Plus de rareté, plus d'économie, plus de problèmes.. Malheureusement, personne ne sait ou elle est cachée et sa propriétaire initiale la glorieuse chèvre Amalthée, (elle eut l'immense privilège d'allaiter Zeus bébé) qui broute quelque part dans l'Olympe, n'a pas l'intention de redescendre tout de suite.. De toutes manières, si les textes anciens sont formels sur l'abondance en fruits et en fleurs sortant de cet objet enchanté, ils ne parlent pas de lecteurs mp3 et de m2 en centre ville.. Bref rien pour épater les copains de cours d'école de 14 ans ou 40 ans.. Pas trop de regrets à avoir donc.. page 34.. L'arbitrage.. A cause de la rareté, nous allons donc être obligés d'arbitrer, c'est à dire choisir entre différentes options.. Choisir quel bien matériel nous voulons acquérir en priorité.. Acheter un roman de Houellebecq, acheter un roman de Jules Vernes ou ni l'un ni l'autre.. Choisir à quoi utiliser notre temps.. Lire un roman de Houellebecq, lire un roman de Jules Verne ou ne pas lire.. Ces choix sont subjectifs.. Chaque personne selon ce qu'elle attend d'un roman, et selon ce qu'elle pense trouver dans ces deux ouvrages, choisira l'un ou l'autre ou ni l'un ni l'autre.. Ces choix sont hasardeux.. La personne peut se tromper sur l'attente qu'elle avait réellement de l'ouvrage, ou sans s'être trompée sur son attente, s'être trompée sur la teneur exacte de l'ouvrage.. Ces choix peuvent être conflictuels.. Une autre personne peut vouloir lire le même roman alors qu'il ne reste qu'un seul exemplaire dans la librairie.. Ces choix peuvent être difficiles à trancher.. L'hésitation peut être forte entre les deux romans ou aucun roman, mais une des trois options finit par l'emporter.. Choisir entre différentes options, 'arbitrer' est la conséquence de la rareté.. L'économie libérale permet d'arbitrer en fonction de ses propres goûts, valeurs, besoins et en fonction du prix qui transportent une information sur tous les arbitrages faits en amont par les milliers de personnes ayant contribué à proposer ce bien ou ce service.. "La gradation des moyens est, comme celle des fins, un processus de préférer a à b.. C'est préférer et écarter.. C'est manifester le jugement que a est désiré plus intensément que ne l'est b.. ] Si quelqu'un m'offre le choix entre trois billets donnant droit à assister aux représentations d'Aïda, de Falstaff et de La Traviata ; et, si je n'en puis prendre qu'un, que je prenne Aïda ; et si je puis en prendre encore un, aussi Falstaff, j'ai fait un choix.. Cela signifie : dans des conditions déterminées, je préfère Aïda et Falstaff à La Traviata ; si je ne pouvais choisir que l'un de ces opéras, je préférerais Aïda et je renoncerais à Falstaff.. Si j'appelle le fauteuil pour Aïda a, celui pour Falstaff b et celui pour La Traviata c, je puis dire : je préfère a à b et b à c.. Dali - La Madone de Raphaël à la vitesse maximum.. Pour s'attaquer à l'économie libérale, des collectivistes s'attaquent parfois à l'irrationalité de certains arbitrages individuels :.. Les choix individuels sont parfois irrationnels, hasardeux, difficiles, le marché ne peut pas donc fonctionner parfaitement.. Juger de la rationalité d'un choix personnel est assez présomptueux, mais c'est vrai que le marché ne fonctionne pas parfaitement.. Le problème c'est que les choix collectifs sont autant hasardeux, irrationnels et difficiles que les choix individuels, mais en plus ils sont collectifs, c'est-à-dire qu'ils sont souvent moins efficaces et qu'ils ne tiennent pas compte de la liberté, des valeurs ou des goûts différents de chaque personne.. Le choix n'est donc pas entre marché imparfait et décisions collectives étatiques parfaites.. Mais entre marché imparfait et décisions étatiques encore plus imparfaites.. Il y a des choix collectifs à faire mais chaque fois que cela est possible, il vaut mieux laisser les personnes choisir elles-mêmes.. page 35.. Le coût d'opportunité.. Mlle Cléa décide finalement de se plonger dans un voyage extraordinaire de Jules Verne, renonçant à lire un Houellebecq.. Elle dépense donc 5 euros et 3 heures de son temps.. En dépensant ces 5 euros et 3 heures de lecture, elle n'a pas seulement dépensé du temps et de l'argent.. Elle a aussi perdu ce qu'elle aurait pu avoir en utilisant le temps et l'argent ailleurs.. Le coût d'opportunité de la lecture de Jules Verne, ce sont les choses auxquelles elle a réellement renoncé pour pouvoir lire Jules Verne.. En l'occurrence les pages désabusées bien écrites et parfois complaisantes de Houellebecq (ainsi que quelques scènes de cul habilement réparties tous les trois chapitres.. Le coût d'opportunité, c'est la meilleure autre utilisation qu'elle aurait pu faire de son temps et de son argent, si elle n'avait pas arbitré en faveur de son premier choix.. Lorsque l'on évalue la justesse d'un choix, on ne doit pas seulement tenir compte des dépenses directes, mais aussi des gains que l'on ne pourra pas faire par ailleurs à cause de ce choix.. Ce n'est pas très intuitif : les dépenses directes se voient, mais le coût d'opportunité ne se voit pas, car par définition il tient compte de ce qui ne va pas exister.. C'est un concept important parce que ce coût d'opportunité est souvent mal évalué dans les arbitrages personnels ou dans les choix collectifs.. "Avez-vous jamais été témoin de la fureur du bon bourgeois Jacques Bonhomme, quand son fils terrible est parvenu à casser un carreau de vitre ? Si vous avez assisté à ce spectacle, à coup sûr vous aurez aussi constaté que tous les assistants, fussent-ils trente, semblent s'être donné le mot pour offrir au propriétaire infortuné cette consolation uniforme: A quelque chose malheur est bon.. De tels accidents font aller l'industrie.. Il faut que tout le monde vive.. Que deviendraient les vitriers, si l'on ne cassait jamais de vitres ?.. On ne voit pas que, puisque notre bourgeois a dépensé six francs à une chose, il ne pourra plus les dépenser à une autre.. On ne voit pas que s'il n'eût pas eu de vitre à remplacer, il eût remplacé, par exemple, ses souliers éculés ou mis un livre de plus dans sa bibliothèque.. Bref, il aurait fait de ces six francs un emploi quelconque qu'il ne fera pas.. Frederic Bastiat.. "Ce qu'on voit, ce qu'on ne voit pas.. "Quand un fonctionnaire dépense à son profit cent sous de plus, cela implique qu'un contribuable dépense à son profit cent sous de moins.. Mais la dépense du fonctionnaire se voit, parce qu'elle se fait; tandis que celle du contribuable ne se voit pas, parce que, hélas ! on l'empêche de se faire.. Cléa est secretaire, elle veut refaire une année d'étude supplémentaire en renonçant à une année de salaire.. Elle calcule 2000 de frais de scolarité.. 6 000 de logement et nourriture.. Elle estime donc le coût de son année à 8 000.. Ce sont en fait les dépenses directes.. Le coût d'opportunité doit intégrer le salaire qu'elle ne va pas gagner pendant cette année : 20 000 mais il ne doit pas intégrer le coût du logement et de la nourriture qu'elle aurait de toutes manières du dépenser pour vivre.. Le coût d'opportunité d'une année d'étude est donc de 22 000.. Les coûts d'opportunité des choix collectifs sont plus difficiles à évaluer car ils sont répartis de manière invisible sur les contribuables.. Le président d'une région sauve devant les caméras 10 emplois dans une entreprise en difficulté en l'exonérant de certaines charges.. Il a courageusement résisté à l'ultralibéralisme sauvage.. La dépense directe pour la région pour sauver ces dix emplois est de 100 000 euros.. Le coût d'opportunité est peut être beaucoup plus élevé que la dépense directe : Ces 100 000 euros seront payés par les autres entreprises plus productives.. Ces entreprises renonceront à embaucher un nouvel employé à cause de cette surcharge.. Le coût d'opportunité pour ces 10 emplois 'sauvés' est peut être de 12 emplois perdus de manière invisible dans les autres entreprises.. page 36..

    Original link path: /Economie.html
    Open archive

  • Title: Les prix
    Descriptive info: CHAPITRE 4.. Les prix.. Le juste prix.. Le problème du juste prix a beaucoup occupé les théologiens, les philosophes puis les économistes pendant des siècles.. Les prix sont-ils justes ?.. Apparemment non.. Dix grammes d or valent plus qu un litre d eau.. alors que manifestement, pour vivre un être humain a davantage besoin d eau que d or.. C est absurde.. Une heure de travail pénible en plein soleil est payée parfois moins qu une heure de travail dans la fraîcheur d un bureau.. Alors que manifestement le travail en plein soleil devrait être mieux payé que le travail à l ombre.. C est injuste.. Un système absurde et injuste mérite bien une petite remise à plat après des siècles et des siècles d hésitations.. Il suffit de déterminer la valeur objective des biens et de bâtir une belle organisation fixant les prix de manière scientifique et planifiée.. Et pouf, pouf, les prix deviendront rationnels et justes.. Bien avant que ce tour de magie socialiste ne fasse sortir de son chapeau des files d attente devant des magasins justes, rationnels et vides, des économistes au XIX eme siècle puis au début du XX eme ont compris que le problème de la valeur et des prix avait été mal posé.. "Nous connaissons maintenant la substance de la valeur : c'est le travail.. Nous connaissons la mesure de sa quantité : c'est la durée du travail.. Karl Marx.. "Les économistes bourgeois, soucieux de masquer la vraie source de l'enrichissement des capitalistes, affirment fréquemment que ce surplus provient de la circulation des marchandises.. Affirmation gratuite ! En effet, si l'on fait l'échange de marchandises et d'argent d'égale valeur, c'est-à-dire d'équivalents, aucun des possesseurs de marchandises ne peut tirer de la circulation une valeur plus grande que celle qui est incorporée dans sa marchandise.. Manuel d'économie politique.. Académie des sciences de l'U.. R.. S.. Edition de 1955.. Superdupond peut chercher longtemps, il ne trouvera pas le juste prix dans la composition du camembert.. Une première grande famille de pensée (à laquelle appartient Karl Marx, mais pas seulement) considère que la valeur est un attribut objectif incorporé dans le bien.. Un camembert a donc en plus de sa forme et de sa couleur, une caractéristique invisible qui apparaît dans son prix : la valeur.. Ainsi pour les biens reproductibles et interchangeables comme un camembert anonyme, cette valeur provient du travail humain qui a été incorporé dedans.. Plus il y a de travail, plus la valeur du camembert est importante.. Oui, mais si quelqu un s amusait à fabriquer un camembert en versant le lait avec une petite cuillère au lieu d une louche, le travail incorporé dans ce camembert serait beaucoup plus important.. Sans pour autant que le prix de ce camembert ne change le moins du monde.. Pour les biens non reproductibles comme une œuvre d art, toujours selon cette famille de pensée économique, la valeur provient de sa rareté.. Un camembert touché par Marcel Duchamp par exemple, devient un camembert rare, donc très cher.. Oui mais un camembert touché par Jean Dupond, votre voisin de palier, est aussi un camembert rare (Jean Dupond est aussi unique que Marchel Duchamp) et pourtant elle n a aucune valeur à Sotheby s.. Ces deux objections, pourtant connues dès la fin du XIX eme siècle, n empêcheront pas les socialistes de bâtir toute leur organisation économique sur une valeur "objective" des biens, avec le succès phénoménal que l on connaît.. page 37.. La valeur.. Pour les économistes de l Ecole Autrichienne (entre autres), la valeur d un objet ou d un service est subjective.. Le valeur ne dépend donc pas d une caractéristique intrinsèque de l objet ou du service ni de la peine nécessaire pour produire cet objet, mais du regard que chaque personne porte sur cet objet ou service.. Le vendeur estime sa valeur subjective de l objet en fonction du temps ou des autres objets ou services auxquels il a du renoncer pour produire cet objet et de son attachement sentimental pour lui.. L acheteur évalue sa valeur subjective de l objet en fonction du temps ou des autres objets auxquels il va renoncer pour se procurer cet objet ainsi que du bien être que devrait lui procurer cet objet.. Pour que l échange se fasse, il ne faut donc pas que les valeurs subjectives de l acheteur ou du vendeur coïncident, au contraire il faut que chacun considère que la valeur subjective qu il gagne est supérieure à la valeur subjective qu il perd.. "L'évaluation telle que peut la pratiquer un acteur isolé (Robinson Crusoé ou un état-major socialiste de direction pour la production) ne peut jamais aboutir à dégager quelque chose comme une cotation de valeur.. Une évaluation peut seulement ranger les biens par ordre de préférence.. Elle ne peut jamais attacher à un bien ce qu'on pourrait appeler une quantité ou une grandeur de valeur.. Il serait absurde de parler d'une somme d'évaluations ou de valeurs".. "Mais c'est s'illusionner ou tromper autrui que d'appeler de tels souhaits et jugements arbitraires de valeur, la voix de la vérité objective.. Dans l'agir des hommes, rien d'autre ne compte que les désirs des divers individus de parvenir à certaines fins.. En ce qui concerne le choix de ces fins, il n'est pas question de vérité, ce qui compte seulement c'est la valeur.. Les jugements de valeur sont toujours subjectifs, qu'ils soient formulés par un seul homme ou par un grand nombre d'hommes, par un cancre ou un professeur, ou un homme d'État.. Pour un amateur de bon vin, la valeur d une gorgée d un bon vin n est pas quantitative.. Elle ne peut pas s'exprimer sous forme de chiffres.. Il s agit d un plaisir gustatif, de la tranquillité d un rituel connu, de la convivialité attachée à la dégustation d un verre entre amis, de la satisfaction d un connaisseur.. Rien que des bonnes choses directement rattachées à la bouteille, mais qui sont strictement personnelles et subjectives.. Il n'y a donc pas de valeur objective du grand cru lié :.. - à l utilité de la bouteille,.. Un amateur de bière n a aucun goût pour un bordeaux.. - Au temps ou à l effort du vigneron.. Si ce temps est mal employé, si ce vigneron n a pas de savoir-faire ou les mauvaises méthodes de travail, la bouteille n aura pas de succès dusse t-il se tuer au travail.. - Ni même à une qualité gustative du grand cru.. Un amateur pas éclairé peut acheter une bouteille de grand cru parce qu'un critique américain lui a dit que c était bon alors que c est même pas vrai : il sent trop le chêne ce pinard.. Ce grand cru lui procurera tout de même du bien-être en lui donnant la sensation (fausse) d appartenir à un club de connaisseurs.. L acheteur n achète pas un grand cru, il achète le bien-être que le grand cru devrait lui procurer.. La valeur n est pas dans les choses, mais dans le regard que porte chaque personne sur les choses.. Il ne peut pas y avoir de juste prix attaché intrinsèquement à une chose, en fonction par exemple de la peine ou des matériaux qu on a mis dedans, puisque c est le regard de chaque personne qui donne de la valeur à cet objet, et un accord entre deux personnes à un moment donné qui fixe le prix.. page 38.. Le prix.. Le prix est l un des montants numéraires possibles pour que l échange se fasse, c'est-à-dire l un des montants numéraires qui fait que les deux personnes sur le point de faire l échange considèrent que leur situation sera plus souhaitable après l échange qu avant l échange.. Le prix n apparaît donc qu à l occasion d un échange entre deux personnes.. Sans échange, pas de prix.. Robinson Crusoé ne connaît le montant numéraire d aucun des objets qui l entoure.. Pour fixer le prix d un objet, il faut être deux.. : un acheteur et un vendeur.. Sans échange libre, pas de prix juste.. De même un match de foot est juste, quelque soit le vainqueur si l'arbitrage a été juste, pour les libéraux, un prix est juste lorsque des principes permettant l'échange ont été respecté (pas de coercition, contrats libres, Etat de Droit) quelque soit le prix fixé finalement par les personnes libres.. "Si, sans fraude, monopole ou autres irrégularités, une chose s'est trouvée être communément vendue dans une certaine région ou localité à un certain prix, ce prix doit être considéré comme mesure et règle pour estimer le prix juste de cette région.. Le prix est dit "naturel" parce qu'il résulte de la chose même sans égard aux lois et décrets, et qu'il dépend de maintes circonstances qui le modifient, telles que les sentiments des gens, leur estimation des différents usages, souvent même selon les humeurs et plaisirs.. Luis de Molina - (1535-1600) Théologien - Ecole de Salamanque.. toujours quelques siécles d'avance.. -.. "Mais si le gouvernement fixe les prix à un niveau autre que celui qu'aurait fixé le marché laissé à lui-même, cet équilibre  ...   on le croit très fort.. (applaudissements).. Les marabouts africains font la même chose en sacrifiant des poulets depuis la nuit des temps pour le plus grand bénéfice des plus faibles en amour et ça marche.. page 41.. Le prix plafond.. Si les personnes libres allaient de toute manière faire cet échange à ce prix, l'intervention de l'Etat ne sert à rien.. Si l'une des parties ne comptait pas faire l'échange en dessous de ce prix minimum, l'Etat la force soit :.. - à renoncer purement et simplement à cet échange.. Pour le plus grand dommage des deux parties qui auraient fait l'échange en son absence.. - à payer ce prix, mais en prélèvant des ressources sur d'autres postes de dépenses (qui ne profiteront donc pas à d'autres personnes aussi honorables que celles favorisées par le prix minimum.. - à réaliser tout de même la transaction mais en passant par le marché noir.. Aider les plus faibles revenus est possible, le faire en fixant un salaire minimum est une absurdité économique.. Absurdité dont même les étatistes ont bien conscience puisqu'ils multiplient les passe-droits (stages, emplois aidés en tout genre).. "Son erreur intellectuelle [du salaire minimum] ne consiste pas seulement à confondre une interdiction de travailler avec une garantie de revenu.. Elle procède aussi d'un raisonnement mécanique qui nie la réalité des hommes et des emplois en niant leur diversité, ainsi que leur amélioration avec le temps.. L'approche statisticienne des technocrates parle de "travail non qualifié" comme s'il s'agissait d'un matériau indifférencié.. Construction intellectuelle triplement choquante qui, en niant trois fois la réalité des personnes, pousse inexorablement l'esprit à accepter leur exclusion de la société des hommes :.. a) Elle nie leur existence morale en acceptant cette notion absurde d'une.. absence de qualification.. qui leur dénie logiquement toute capacité productive, les rayant par implication de l'espèce humaine.. b) Elle bafoue leur dignité et sape les fondements du Droit en évoquant une.. rémunération minimum.. pour cette prétendue.. c) Enfin, elle nie une troisième fois leur être par cette seule notion d'un travail indifférencié.. Etre, c'est toujours être quelque chose.. Savoir, c'est toujours savoir une chose et pas une autre.. Pascal Salin -.. Le SMIC la machine à exclure.. Suite du discours.. Hic ! Cette mesure empèchera les débutants de progresser puisqu'ils n'auront pas de premières expériences.. Heureusement l'Etat n'est pas borné.. Ce qui est interdit peut devenir obligatoire.. Les jeunes seront donc forcés d'accepter des relations en dessous des critères obligatoires.. Ca s'appelle un stage et c'est pour leur bien.. Hic ! Cette mesure ne créera pas une seule relation de qualité supplémentaire, l'Etat est incapable de les créer.. Seules les personnes libres peuvent nouer de telles relations.. Mais l'Etat, en empêchant l'existence de relations de mauvaise qualité a fait la moitié du travail.. Hic ! Si les personnes libres.. (sifflets).. ne sont pas ensuite à la hauteur pour s'entre proposer des relations au niveau des justes critères de l'Etaaaâaat.. , est-ce la faute de l'Etaaââât ? Hic !.. (non ! Non ! Non !).. Hic ! Les personnes rendues célibataires par cette mesure n'ont qu'à s'en prendre aux autres personnes libres.. incapables de leur offrir des relations répondant aux justes critères de l'Etat.. (applaudissements.. Vivats.. Hic ! Cette mesure fera croire aux personnes qui vivent des relations amoureuses égales ou au-dessus des critères minimums, qu'elles le doivent à l'Etat.. ('ouiiiii').. Tant mieux.. Les personnes doivent tout à l'Etat, même lorsque l'Etat n'y est pour rien.. standing ovation !!).. page 42.. Le prix plafond 2.. Fixer un prix plafond (sur le logement par exemple) sur une ressource rare n'abolit pas la rareté de la ressource.. Quoiqu'en disent les hommes politiques, ils n'ont pas un chapeau magique d où sortent des lapins à volonté permettant de faire baisser le prix de ces derniers.. Pour faire baisser le prix des lapins fixés entre personnes libres, il ne suffit pas de déclamer une formule magique 'Lapin, soit moins rare !-' même avec le vocabulaire ronflant, technique et incompréhensible d'une mesure administrative.. Lorsqu'un bien ou un service est rare, il y a trois manières de le partager :.. - La violence, le plus gros tape sur le plus petit et prend le bien rare.. (Méthode longtemps utilisée alors même qu'elle fait très mal.. Mais c'était avant le libéralisme et la reconnaissance du Droit à la propriété.. - La queue.. Spécialité soviétique ou des HLM : le premier arrivé, premier servi.. J'y suis, j'y reste.. (enfin "premier arrivé, premier servi" c'est seulement pour les plus faibles ou les plus honnêtes.. Les passe-droits, les petites enveloppes ou les coups médiatiques permettent aux plus forts ou aux plus grandes gueules de s'épargner ce genre de désagrément.. - Les prix.. Chacun en fonction de son envie subjective, de ses moyens, de ce qu'il est prêt à échanger et des envies subjectives des autres, accepte ou non de faire la transaction.. Lorsque beaucoup de personnes veulent des lapins ou des logements plus grands, d'autres personnes libres changent d'activité pour leur fournir davantage de lapins ou de logements.. Dans une organisation humaine, il n'existe pas de quatrième méthode magique, juste, omnisciente et bonne permettant d'affecter des biens rares.. En fixant un prix plafond, l'Etat n'abolit en aucune façon la rareté du bien visé.. Il ne repartit pas non plus les biens selon une quatrième méthode.. Il se contente de changer le mode d'attribution du bien en faveur d'une méthode d'attribution en tous points inférieure à celle des prix : la violence ou la queue et ses passe-droits.. Et il empêche le seul processus capable de faire réellement diminuer la rareté de ce bien : faire en sorte que davantage de personnes libres, attirées par l'augmentation du prix, consacrent leur travail, leur intelligence et leur imagination à la production de davantage de lapins euh de biens.. "L Histoire est un long répertoire de prix-plafonds et de lois contre l usure.. A de nombreuses reprises des empereurs, des rois, des dictateurs révolutionnaires ont tenté de s immiscer dans les phénomènes de marché.. Des punitions sévères ont été infligées aux réfractaires, négociants et cultivateurs.. Bien des gens ont été victimes de poursuites rigoureuses qui soulevaient l approbation enthousiaste des foules.. Rien n y fit, toutes ces entreprises ont échoué.. L explication que les écrits des juristes, des théologiens et des philosophes offraient de cette faillite s accordait pleinement avec les opinions des dirigeants et des masses.. L homme, disaient-ils, est intrinsèquement égoïste et pécheur, et les autorités étaient malheureusement trop indulgentes en faisant appliquer la loi.. Il ne fallait que davantage de fermeté et de ton péremptoire de la part des gens au pouvoir.. 1793 Les assignats perdent leur valeur.. Les sans culottes et les enragés veulent une vraie politique de gauche présocialiste.. Ils vont l'avoir.. La convention vote la loi maximale qui fixe les salaires et le prix de certaines denrées.. "Article premier Les objets que la Convention nationale a jugés de première nécessité, et dont elle a cru devoir fixer le maximum ou le plus haut prix, sont : le pain, la viande, le vin, les grains, farines, légumes, fruits, le beurre, le vinaigre, le cidre, l eau-de-vie, le charbon, le suif, le bois, l huile, la soude, le savon, le sel, les viandes et poissons secs, fumés, salés ou marinés, le miel, le sucre, le papier, le chanvre, les laines ouvrées, les cuirs, le fer et l acier, le cuivre, les draps, la toile, et généralement toutes les étoffes, ainsi que les matières premières qui servent à leur fabrication, les soieries exceptées.. Art.. 2 Parmi les objets ci-dessus énoncés, le maximum du prix du bois à brûler, de première qualité ; celui du charbon de bois et du charbon de terre est le même qu en 1790, plus le vingtième de ce prix ".. Le résultat ne se fait pas attendre.. Les magasins sont vides, la crise économique décuple d'intensité, le marché noir explose.. Heureusement, Saint Just, en plus d'être un humaniste réputé est un grand économiste.. Si les prix fixés ne marchent pas, c'est à cause des spéculateurs, des riches en tout genre.. Les prix fixés ne sont pas appliqués avec assez de rigueur.. Et coup de chance, Saint Just connait la politique économique volontaire et rigoureuse pour réguler le marché et protéger les travailleurs des spéculateurs fous : la guillotine.. Il n'y a point de prospérité à espérer tant que le dernier ennemi de la liberté respirera.. Vous avez à punir non seulement les traitres, mais les indifférents mêmes : vous avez à punir quiconque est passif dans la République et ne fait rien pour elle.. (Saint-Just - 10 octobre 1793).. Qu il soit formé à l instant une armée révolutionnaire qui parcourt toutes les campagnes ; que chaque rayon de cette armée traîne à sa suite l instrument fatal des vengeances du peuple, et que tous les accapareurs, les fermiers riches qui se refuseraient de nous fournir des subsistances tombent sous ses coups.. (.. Chaumette - 4 septembre 1793).. La Terreur peut commencer.. Et la violation des prix fixés et autres luttes contre la spéculation seront l'une des principales causes de ce charmant empilement de têtes coupées.. page 43..

    Original link path: /LesPrix.html
    Open archive

  • Title: Les échanges libres
    Descriptive info: CHAPITRE 5.. L'échange.. La marge.. Valeur subjective ou pas, il n en demeure pas moins que le diamant vaut très cher alors qu il ne sert pas à grand-chose tandis que l eau ne coûte pratiquement rien alors que cela permet aux acheteurs et aux vendeurs de diamants de rester en vie.. Les prix du marché libres sont peut être justes mais ils sont surtout absurdes.. Cette absurdité apparente a beaucoup compliqué la vie des économistes du XIX eme siècle jusqu à ce que trois d entre eux (Menger, Jevons, Walras) fassent séparément la même découverte.. Une découverte révolutionnaire et qui pourtant parait évidente : Personne, dans la vie réelle, n a le choix entre entre les diamants en général et l eau en général.. Les choix s effectuent entre des unités de diamants (des carats) ou des unités d eau (des litres) prises une à une.. Ce n'est que tardivement que les économistes découvrirent que le paradoxe apparent découlait d'une formulation fautive du problème impliqué.. Les évaluations et choix qui se traduisent par les termes de l'échange sur le marché ne décident pas entre le fer et l'or.. En agissant, l'homme n'est pas dans la situation où il aurait à choisir entre tout l'or et tout le fer.. Il choisit en un temps et un lieu définis, dans des conditions définies, entre une quantité strictement limitée d'or et une quantité strictement limitée de fer.. La décision en choisissant entre l00 onces d'or et l00 t de fer ne dépend en rien de la décision qu'il prendrait dans la situation hautement improbable où il aurait à choisir entre tout l'or et tout le fer.. Obélix peut occuper ses heures entre chasser un sanglier ou tailler un menhir pour collectionner.. Le premier sanglier est indispensable pour Obélix.. Il faut bien se nourrir.. Sa première heure sera de toute manière consacrée à la chasse.. Comme Obélix est gourmand, il préfère encore chasser un deuxième sanglier plutôt que fabriquer un premier menhir.. La valeur totale de son stock de sangliers a augmenté, mais le deuxième sanglier a tout de même moins de valeur que le premier.. Sa valeur marginale a diminuée.. Pour sa troisième heure, Obélix hésite entre un troisième sanglier ou un premier menhir.. Il finira par choisir de fabriquer le menhir.. Pour Obélix, la valeur marginale du premier menhir est supérieure à la valeur marginale du troisième sanglier mais inférieure à la valeur marginale du deuxième sanglier.. Pour Obélix (comme pour tout les gaulois rationnels), comparer les sangliers et les menhirs dans l absolu n a pas de sens.. Ce qu il faut comparer c est la dernière unité de sanglier ou la dernière unité de menhir.. Ce qui compte c est l évaluation à la marge des sangliers et des menhirs.. page 44.. Le calcul marginal.. Le calcul à la marge est donc la méthode que nous utilisons assez intuitivement à l échelle individuelle à chaque arbitrage implicant des biens ou des services segmentables en sous unités.. Ainsi au lieu de comparer la totalité des gains avec la totalité des dépenses, nous évaluons l'unité supplementaire de gains générée par rapport une unité supplémentaire de dépense.. (Le profit marginal donc).. Ce profit "marginal" est important à évaluer parce que même si le profit total augmente, le profit marginal de la dernière unité peut être très faible, voir négatif.. Par exemple, un loueur de parasol hésite à rester ouvert en septembre.. Il a raison : ses dépenses sont fixes que l on soit en juillet ou en septembre : le salaire de son employé.. Par contre le gain des dernières unités de la saison (les semaines en septembre) va en diminuant nettement.. Même si son gain marginal est positif (il loue encore quelques parasols) son profit marginal diminue jusqu à devenir négatif.. Le profit total c est important, mais les personnes, les entreprises ou l Etat ont intérêt pour chaque décision d évaluer aussi le profit marginal.. "Plaisir et douleur sont sans aucun doute les objets ultimes du calcul économique.. Satisfaire au mieux nos envies avec le moindre effort - se procurer la plus grande quantité de ce qui est désirable en échange de la plus petite quantité de ce qui est indésirable- en d'autres mots, maximiser notre bien-être est LE problème économique.. SW.. Jevons - Théorie de politique économique.. Nous calculons à la marge assez intuitivement -à l'échelle individuelle du moins- un peu comme nous pouvons respirer sans connaitre le fonctionnement des poumons.. Malheureusement ce n'est plus le cas pour les arbitrages collectifs, les lobbies de la dépense publique veulent nous faire croire que l'on doit respirer sous l'eau si l'on est vraiment attaché à la culture, l'éducation, l'agriculture et la santé.. et nous buvons la tasse collectivement.. Pour les décisions collectives, des âmes bien intentionnées claironnent en permanence des raisonnements en profit total plutôt qu en profit marginal.. Oui certes, en augmentant les dépenses totales de santé, le profit total (= la santé de la population) devrait s améliorer, mais quelle est l amélioration de la santé marginale pour une unité dépense supplémentaire sur ce poste ? (sachant que cette unité de dépense supplémentaire ne pourra pas par définition être dépensé sur un autre poste).. En matière de projets collectifs, ceux qui profitent des dépenses préfèrent que l on parle de profit total plutôt que du profit marginal de chaque unité de dépense supplémentaire.. Pour les évaluations collectives, il vaut mieux aussi appliquer la méthode que nous utilisons intuitivement pour nos évaluations individuelles : le calcul à la marge.. Sinon les décisions individuelles auront une raison supplémentaire d être plus efficaces que les décisions collectives et on dira que c est la faute du méchant individualisme.. page 45.. Les personnes libres ont tendance à échanger des idées, des sentiments ou des biens.. Pour les conservateurs comme pour les socialistes cette détestable habitude peut nuire considérablement à l'intérêt des personnes de la société, ou pire de leur pouvoir.. En matière d'idées ou de mœurs, ces grands protecteurs bienveillants sont plutôt démotivés, laissant les personnes sans défense libres d'aimer, de divorcer lorsqu'elles le veulent, libres de lire des livres politiques -même déplaisants pour la majorité idéologique- ou de feuilleter des BD de Manara (même plaisantes pour la majorité).. Ils concentrent désormais leurs forces sur l'abomination des abominations : l'échange libre de biens ou de services.. Pour justifier leur dirigisme, ils claironnent sur tous les tons une grosse bêtise :.. GROSSE BETISE : "Dans un échange libre, les personnes (ou les pays) étant inégaux, il y a forcement un qui perd et un qui gagne.. Il faut donc limiter ou interdire les échanges entre personnes inégales ou entre personnes vivant dans des pays inégaux.. Et ces grands protecteurs bienveillants limitent notre liberté d'échanger dans notre intérêt (nous sommes tous faibles ou amis des faibles.. Pour les libéraux, les prémisses de ces politiques sont fausses, le raisonnement est bancal, la méthode est liberticide, le résultat est appauvrissant pour tous, pour les faibles comme pour les autres.. L'échange est un droit naturel comme la propriété.. Tout citoyen, qui a créé ou acquis un produit, doit avoir l'option ou de l'appliquer immédiatement à son usage, ou de le céder à quiconque, sur la surface du globe, consent à lui donner en échange l'objet de ses désirs.. Le priver de cette faculté, quand il n'en fait aucun usage contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs, et uniquement pour satisfaire la convenance d'un autre citoyen, c'est légitimer une spoliation, c'est blesser la loi de la justice.. Frederic Bastiat -.. Propriété et Loi.. La seule liberté qui est encore victime des Zorglub despotiques et ses militants passionnés, c'est la liberté d'échanger des biens et des services.. C'est pas juste : les Zorglub pourraient faire les mêmes reproches à la liberté d'échanger des idées et à la liberté d'échanger des sentiments qu'à la liberté d'échanger des biens ou des services:.. En amour aussi, la liberté d'échanger des sentiments crée des souffrances, des amertumes, des chagrins, des échecs, des remises en cause.. En amour aussi, nous sommes inégaux.. Nous sommes inégaux en chance, en finesse émotionnelle ou sensuelle, en expérience, en héritage familial ou en aspect physique.. En amour aussi, on pourrait définir un groupe de faibles et exiger la limitation des échanges avec les forts en prétendant défendre leur intérêt.. Ben non, on ne le fait pas.. Pas de marxisme amoureux, ni d'interventionnisme étatique bureaucratique charger de nous protéger des billets doux non déclarés.. Parce que la liberté d'échanger des sentiments est d'abord une liberté, donc un droit fondamental.. Et parce qu'au final cette liberté d'échanger est source de davantage de bien-être -ou moins de mal être- que les contraintes diverses de mariages forcés, procès en mauvaises moeurs, et autres lapidations au nom d'un projet collectif.. Parce qu'en toute modestie, en matière d'échange amoureux, l'Etat est incapable de décider de l'intérêt des personnes à leur place, ni de créer la justice amoureuse à partir d'agrégats.. Comme pour la liberté d'échanger des idées.. Comme pour la liberté d'échanger des biens et des services.. page 46.. L'avantage comparatif.. Dans un échange libre, le faible comme le fort gagnent, à condition que les deux se consacrent à ce qu'ils savent faire le mieux.. Imaginons une île avec deux habitants : SuperFort et MiniFaible.. SuperFort supplante MiniFaible dans les deux domaines importants de la survie : la cueillette des baies et la pêche.. Pour vivre sur cette île, ils ont le choix entre deux solutions :.. Soit la méthode alter-mondialiste, chacun pour soi, ils pêchent, cueillent et consomment chacun dans leur coin en ignorant l'autre.. SuperFort.. 6 kg de poisson/jour.. 5 kg de baies/jour.. MiniFaible.. 2 kg de poisson/jour.. 4 kg de baies/jour.. Production sur 3 jours avec.. 2 jours de pêche.. et.. 1 jour de cueillette.. 12 kg de poisson.. 5 kg de baies.. 4 kg de poisson.. 4 kg de baies.. Production totale de l'ile.. 16 kg de poisson.. 9 kg de baies.. Soit, le contraire du chacun pour soi, c'est-à-dire la coopération libre, le libéralisme, ils se spécialisent sur leur domaine et échangent :.. Production sur 3 jours.. en se concentrant sur le point fort.. 18 kg de poisson.. 12 kg de baies.. Echange de 5 kg de poissons.. contre.. 7 kg de baies.. 13 kg de poissons.. 5 kg de poisson.. 5 kg de baies.. Cette constatation, faite initalement par Ricardo en 1817, permet de tirer des conclusions ennuyeuses pour les mercantilistes d'hier et les altermondialistes d'aujourd'hui :.. Même si le fort est plus productif dans tous les domaines, il aura intérêt à se spécialiser dans son point fort et à échanger avec le faible.. Même si le faible est moins productif dans tous les domaines, il aura intérêt à spécialiser dans son point fort et à échanger avec le fort.. Les deux gagnent dans l échange.. (même si l'un des deux peut gagner plus que l'autre.. "Que l'on considère les relations d'homme à homme, de famille à famille, de province à province, de nation à nation, d'hémisphère à hémisphère, de capitaliste à ouvrier, de propriétaire à prolétaire, il est évident, ce me semble, qu'on ne peut ni résoudre ni même aborder le problème social, à aucun de ses points de vue, avant d'avoir choisi entre ces deux maximes:.. Le profit de l'un est le dommage de l'autre.. Le profit de l'un est le profit de l'autre.. Car, si la nature a arrangé les choses de telle façon que l'antagonisme soit la loi des transactions libres, notre seule ressource est de vaincre la nature et d'étouffer la Liberté.. Si, au contraire, ces transactions libres sont harmoniques, c'est-à-dire si elles tendent à améliorer et à égaliser les conditions, nos efforts doivent se borner à laisser agir la nature et à maintenir les droits de la liberté humaine.. Frédéric Bastiat.. Un autre monde est possible.. Un monde de carton platre ou les altermondialistes pourraient forcer les autres à se comporter de telle manière que de leur point de vue, la société apparaisse sans les zones qu'ils ne comprennent pas ou qu'ils n'approuvent pas.. Chaque personne peut tenter d'améliorer le monde en n'acceptant excluivement les échanges remplissant certains critères.. L'échange libre par définition n'est pas obligatoire.. Une personne peut parfaitement (et doit) décider de ne pas échanger si certains critères sur la nature de l'échange ou des critères sur les intervenants de l'échange ne sont pas remplis.. Par contre, un amélioreur de monde ne peut en aucun cas contraindre deux autres personnes libres -qui ne lui ont rien demandé- à ne pas échanger.. Les altermondialistes peuvent parfaitement lutter contre la mondialisation en respectant la liberté d'échanger des autres.. Mais bon, c'est vrai que le gros du plaisir, à savoir contraindre les autres en prétendant parler en leur nom, disparaîtrait.. page 47.. La division du travail.. Un avocat a intérêt à payer une secrétaire pour taper son courrier, même s'il est meilleur que sa secrétaire pour utiliser le traitement de texte.. Il a intérêt à se spécialiser dans ce qu il sait le mieux faire pour l échanger contre des travaux eux-mêmes exécutés par des gens faisant ce qu ils savent le mieux faire.. Dans cette configuration, la production générale du tandem (avocat, secrétaire) est maximale.. Cela vaut pour l économie entière d un pays.. Les impôts et taxes quelqu ils soient peuvent dénaturer l échange.. Un certain nombre de  ...   et davantage de montres (des suisses en plus, la classe.. Tout en étant une incontestable source d'enrichissement pour l'Humanité, faibles comme forts, l'échange libre a plusieurs adversaires (et même pas des ennemis proclamés de l'Humanité !).. On trouve pèle mêle des producteurs indélicats, des conservateurs nationalistes, des alter-neomarxistes, des bien intentionnés manipulés et naturellement des politiques démaguos pour exploiter toutes ces voix.. "Partisans de l'affranchissement du commerce, si le sentiment de justice entre pour quelque chose dans vos convictions, levez courageusement le drapeau du Libre-Échange.. Ne cherchez pas de détours; n'essayez pas de surprendre nos adversaires.. Ne cherchez point un succès partiel et éphémère par d'inconséquentes transactions.. Ne vous privez pas de tout ce qu'il y de force dans un principe, qui trouvera tôt ou tard le chemin des intelligences et des cœurs".. Voici les quatre Dalton du protectionniste, Joe le producteur indélicat, Jack le néo marxiste, William le conservateur patriote et Averell le naïf manipulé.. Ils sont en général plus bêtes que méchants, mais ils attaquent votre liberté, nuisent à la prospérité générale et au bien-être de tous y compris des plus faibles.. En France, nous avons un Lucky Luke de la liberté d'échanger : Frédéric Bastiat.. C'est d'abord un vrai économiste.. C'est-à-dire un économiste qui ne s'appuie pas sur des équations bidons pour plaquer un vernis scientifique sur des agrégats de choux et de carottes, ni sur du jargon inutile pour expliquer simplement ce qui doit l'être.. Son œuvre date de 150 ans, mais elle n'a pas pris une ride.. Elle a été redécouverte par les économistes de l'Ecole Autrichienne qui y ont vu un de leurs précurseurs.. Aujourd'hui les Dalton du protectionnisme se pavanent en permanence sur les plateaux télé, sans héros solitaire et loin de son foyer digne de ce nom pour leur faire face.. Faites une bonne action pour l'intérêt général, le vôtre, celui des plus pauvres : Aidez à couvrir les Dalton de goudrons et de plumes.. Le goudron, c'est les statistiques nombreuses illustrant les avantages de l'échange libre, les plumes c'est l'oeuvre de Frédéric Bastiat.. page 51.. Les producteurs indélicats.. Nous sommes tous à la fois producteur et consommateur.. En tant que consommateur, nous avons intérêt à pouvoir échanger librement avec le plus grand nombre de gens possible.. En tant que producteur, nous avons tous intérêt à ce que les autres n'aient pas le droit d'échanger sauf avec nous.. Pour résoudre ce dilemme, des producteurs indélicats ont trouvé une solution : profiter des échanges libres lorsqu'ils sont consommateurs mais les interdire aux autres via l'Etat lorsqu'il s'agit de leur production à eux.. Pourtant si tout le monde devenait producteur indélicat, c'est-à-dire si tout le monde interdisait les échanges à tout le monde, on reviendrait vite à la misère noire des siècles précedents.. Pétition des fabricants de chandelles, bougies, lampes, chandeliers.. "Nous subissons l'intolérable concurrence d'un rival étranger placé, à ce qu'il paraît, dans des conditions tellement supérieures aux nôtres, pour la production de la lumière, qu'il en inonde notre marché national à un prix fabuleusement réduit; car, aussitôt qu'il se montre, notre vente cesse, tous les consommateurs s'adressent à lui, et une branche d'industrie française, dont les ramifications sont innombrables, est tout à coup frappée de la stagnation la plus complète.. Ce rival, n'est autre que le soleil.. Nous demandons qu'il vous plaise de faire une loi qui ordonne la fermeture de toutes fenêtres, lucarnes, abat-jour,.. Encore une fois, quand un produit, houille, fer, froment ou tissu, nous vient du dehors et que nous pouvons l'acquérir avec moins de travail que si nous le faisions nous-mêmes, la différence est un don gratuit qui nous est conféré.. Ce don est plus ou moins considérable, selon que la différence est plus ou moins grande.. Il est du quart, de moitié, des trois quarts de la valeur du produit, si l'étranger ne nous demande que les trois quarts, la moitié, le quart du paiement.. Il est aussi complet qu'il puisse l'être, quand le donateur, comme fait le soleil pour la lumière, ne nous demande rien.. Choisissez, mais soyez logiques; car, tant que vous repousserez, comme vous le faites, la houille, le fer, le froment, les tissus étrangers, [il est inconséquent] d'admettre la lumière du soleil, dont le prix est à zéro, pendant toute la journée.. Frederic Bastiat.. **** PUBLI-REPORTAGE ***.. Toi aussi, deviens producteur indélicat !.. Grâce à notre méthode simple, toi aussi tu peux instrumentaliser la force publique au service de tes intérêts.. Dans le livre exceptionnel.. "Toi aussi, deviens producteur indélicat !".. tu trouveras pleins d'arguments irrésistibles pour plumer les imbéciles.. N'aie pas peur, plus c'est gros, plus ça marche :.. "Si vous forcez les pauvres à acheter mes produits plus chers, vous aidez les pauvres.. "Je vous assure que nous sommes tous nuls par rapport aux étrangers (surtout nos ouvriers).. On pourra pas sauver tout le monde, alors autant me sauver moi !".. "C'est scientifique, il faut construire des ponts parce que c'est utile, puis les barrer administrativement parce que c'est utile.. "C'est politique : En sabordant ta liberté et celle des autres, tu luttes contre la mondialisation, et la mondialisation c'est mal parce que cela saborde ta liberté et celle des autres.. "C'est logique, si nous utilisons davantage de temps pour fabriquer nous-mêmes nos vêtements ou nos lecteurs mp3, nous aurons davantage de temps de travail disponible pour améliorer nos hôpitaux ou nos logements.. "Moi et l'Etat on sait mieux que toi ce qui est bien pour toi et en plus on est désintéressés.. Surtout moi.. Des milliers de clients satisfaits de la méthode.. J L.. Lobby agricole.. "Grâce à votre méthode, les RMIstes de banlieue paient une subvention aux riches fermiers de la Beauce.. Et en plus ils aiment ça ! Merci mille fois.. C.. Lobby du textile.. "Je n'arrivait pas à croire que ça passerait.. et pourtant c'est vrai.. Ils me paient trois plus cher leurs vêtements et en plus ils croient qu'ils sont moins pauvres ! Votre méthode est vraiment magique !".. Toi aussi deviens riche, en limitant la liberté et la prospérité des autres ! Toi aussi achète notre livre miracle pour que même les victimes en redemandent !.. page 52.. Les conservateurs nationalistes.. En matière économique, les conservateurs sont souvent restés à l'âge du mercantilisme : accumuler le plus d'or aux dépends des vilains étrangers.. Et ils partagent avec leurs camarades néo marxistes un goût immodéré pour l'Etat.. Tout ça nous permet de régulièrement les voir revenir triomphants des grands colloques internationaux pour nous expliquer qu'ils viennent de protéger l'agriculture ou l'industrie nationale.. Certains naïfs pensent que ces SuperHéros nationalistes parlent de protéger les industries des méchants étrangers.. En fait pas du tout.. Il s'agit de les protéger de leurs propres concitoyens libres qui pourraient choisir des produits étrangers.. On voit donc régulièrement ce spectacle surréaliste, où des nationalistes conservateurs expliquent à leurs concitoyens qu'ils viennent de limiter leur liberté au profit de quelques producteurs indélicats et lobbyistes efficaces.. Le tout avec un air de fermeté de dur à cuir et sous les applaudissements des néomarxistes.. Lorsqu'un dirigeant conservateur d'un pays A claironne qu'il s'est opposé à un dirigeant conservateur d'un pays B en défendant des droits de douane, c'est faux.. Au contraire, les deux dirigeants conservateurs sont tombés une nouvelle fois d'accord.. D'accord pour favoriser l'intérêt de leurs producteurs lobbyistes indélicats au détriment des honnêtes citoyens (que ces derniers soient pauvres ou riches).. Les conservateurs nationalistes, s'ils aimaient vraiment leurs pays, feraient mieux de prendre exemple sur la Hollande, Venise au XVeme siècle plutôt que sur l'île de Pâques pour assurer la puissance de leur patrie.. "Ce n'est pas le capitalisme qui produit [les conflits], mais précisément les mesures anticapitalistes conçues pour mettre en échec le fonctionnement du capitalisme.. Les conflits sont le résultat des diverses immixtions gouvernementales dans l'activité économique, des barrières au commerce et à la circulation des personnes, de la discrimination à l'encontre de la main-d'œuvre étrangère, des produits étrangers et du capital étranger.. Le nationalisme économique est incompatible avec une paix durable.. La philosophie protectionniste est une philosophie de guerre.. /.. La Société des Nations n'a pas échoué du fait que son organisation aurait été trop faible.. Elle a fait faillite parce qu'il lui manquait l'esprit du libéralisme authentique.. C'était une entente entre des gouvernements animés par l'esprit du nationalisme économique et entièrement voués aux principes de la guerre économique.. Pendant que les délégués se complaisaient à tenir des discours sur la bonne volonté entre peuples, les gouvernements qu'ils représentaient infligeaient des dommages abondants à toutes les autres nations.. Les deux décennies pendant lesquelles la Société des Nations a fonctionné ont été marqués par la guerre économique la plus résolue menée par chaque nation contre toutes les autres.. Le protectionnisme douanier des années antérieures à 1914 était modéré, en vérité, en comparaison de celui qui s'est développé dans les années vingt et trente à savoir les embargos, le contrôle quantitatif du commerce, le contrôle des changes, la dévaluation monétaire, etc.. Au Moyen Age, lorsqu'on assiégeait un château fort, c'était en général qu'on voulait du mal à ses occupants.. Aujourd'hui, les chevaliers belliqueux n'en reviendraient pas : les habitants de certains pays s'auto assiègent : ils empêchent des marchandises et de la nourriture de parvenir jusqu'à eux !.. Cette diablerie est l'œuvre d'un groupe de sorciers gredins.. Ils lèvent les ponts-levis en temps de paix, ensorcellent la population pour qu'elle s'imagine entourée de hordes de vilains puis vendent à prix d'or leurs propres marchandises.. Contre la magie noire protectionniste, une seule solution : l'eau bénite libérale et les livres saints économiques écrits en langue vulgaire (c'est-à-dire ni en latin, ni en mathématique marxiste) pour que le brave bougre ne se laisse plus envoûter et déposséder.. page 53.. Les altermondialistes.. Pour les neo-marxistes pur jus et autres altermondialistes jus approximatif, les objections contre les échanges libres tombent comme la neige en Sibérie ou les bananes au Venezuela.. D'abord par définition, quelque chose de libre, c'est quelque chose qui échappe à la construction par le haut des ingénieurs sociaux soumis à la délibération collective ou à des apparatchiks.. Et ça c'est mal.. Ensuite, comme les biens ont une et une seule valeur objective magique (la valeur-travail) il y a forcement un perdant et un gagnant dans un échange.. Comme ce sont les plus faibles qui perdent, pour protéger les plus faibles, il faut limiter les échanges libres.. Ces petites obsessions marxistes théoriques n'intéressent pas grand monde, alors les alters ont réchauffé une veille sauce permettant d'obtenir la même phobie anti-liberté d'échanger.. La concurrence entre producteurs est une mauvaise chose puisqu'elle dégrade les conditions de travail et la couverture sociale des employés, voire créée du chômage dans le pays ayant le plus haut niveau de vie.. Donc il faut limiter les échanges, ou les taxer.. Pour les libéraux, l'angoisse sur ses conditions de travail et sur l'avenir de son emploi sont parfaitement légitimes, mais l'analyse altermondialiste est basée sur des concepts économiques inexacts et sur une analyse biaisée.. Ses remèdes ne peuvent qu'aggraver les choses ou empêcher qu'elles s'embellissent davantage.. l'amélioration du niveau de vie de centaines de millions de gens, dont beaucoup vivaient dans la plus grande pauvreté, se devait d'apparaître non seulement comme un progrès, mais aussi comme une aubaine, ouvrant largement les portes à de nouvelles opportunités commerciales.. Mais loin de se rejouir de ce développement économique mondial, de plus en plus de responsables en Occident envisagent la croissance économique du tiers monde comme une menace.. Mais ce scénario est tout à fait trompeur.. Lorsque la productivité mondiale croit (comme c'est le cas lorsque les pays du tiers monde rattrapent la productivité de l'Occident), le niveau de vie moyen dans le monde doit progresser car, après tout , le supplément de production doit bien aller quelque part.. On en vient naturellement à penser que l'amélioration de la productivité dans le tiers monde se retrouvera dans une progression des salaires du tiers monde, pas dans une régression des revenus dans le premier.. Paul R.. Krugman.. La mondialisation n'est pas coupable.. as.. Certains messages de l'altermondialisme sont des petites lumières sympathiques : la réduction de la pauvreté, l'importance des choix des personnes même lorsqu'ils ne sont pas conformes aux goûts de la majorité, certaines critiques pertinentes sur le rôle et les actions des institutions internationales.. Le problème est que dès que l'on va au delà de cette jolie petite lumière, on découvre rapidement les vieilles dents décrépies du marxisme, la lutte des classes, un constructivisme mondial via des taxes ou des interdits, un étatisme omniprésent, le mépris des droits fondamentaux aux profits d'une liste de droits créances approximative et changeante.. Ces vieilles dents ont déjà fait des méchantes morsures à l'humanité, en la maintenant dans la misère ou en asservissant les personnes libres.. Cela étant, si les libéraux refusent l'autre monde neomarxiste, cela ne signifie pas qu'ils trouvent celui-ci satisfaisant.. Au contraire, sur le respect des droits fondamentaux - sûreté, liberté, propriété-, sur la démocratie, le protectionnisme, les distortions dues à la monnaie, la lutte contre la corruption, les mécanismes permettant de prendre en compte les dégâts environnementaux, le developpement de l'éducation.. pour les libéraux, les progrès à l'échelle mondiale à accomplir sont immenses.. Et pour que ces progrès deviennent réalité, il vaut mieux nager vers le haut plutôt que de suivre la petite lumière altermondialiste et ses méchantes dents marxisantes.. page 54..

    Original link path: /Echange.html
    Open archive

  • Title: La concurrence économique
    Descriptive info: CHAPITRE 6.. La concurrence.. La concurrence libre.. Lorsqu'elle s'exerce sur nous, la concurrence est rarement une source de bien-être, du moins sur le moment.. Dans le domaine économique, elle génère une angoisse sourde pour les producteurs (salariés, indépendants, entreprises, actionnaires, épargnants).. Est-ce qu'ils ne risquent pas de perdre leur activité demain au profit d'un autre producteur ?.. Et cette angoisse s'avère de temps en temps fondée.. Avec les conséquences parfois dramatiques que cela implique pour le producteur malheureux.. Les libéraux étant des défenseurs inconditionnels du bien-être (le courage politique, c'est quelque chose tout de même), leur engagement en faveur de la concurrence dans le cadre de l'économie de marché peut sembler paradoxal au gentilhomme pas éclairé.. En premier lieu, pour les libéraux, la concurrence est une conséquence du droit à.. la liberté.. En.. l'occurrence la liberté de choisir les biens ou les services que les autres peuvent ou non échanger avec nous, la liberté de produire et d'échanger sans demander l'autorisation de corporations, lobbies ou de l'Etat.. D'autre part c'est la concurrence qui a permis d'améliorer de manière spectaculaire notre niveau de vie depuis deux siècles et qui va continuer à le faire dans les siècles prochains.. En dernier lieu, la concurrence ne peut pas s'abolir, la condition humaine génère mécaniquement des compétitions, y compris dans les milieux qui prétendent y échapper.. La concurrence libérale, en excluant la violence et en la fondant sur des contrats librement consentis, canalise cette compétition de telle sorte qu'elle bénéficie à tous, y compris aux perdants.. "Et après tout, qu'est-ce que la Concurrence ? Est-ce une chose existant et agissant par elle-même comme le choléra ? Non, Concurrence, ce n'est qu'absence d'oppression.. En ce qui m'intéresse, je veux choisir pour moi-même et ne veux pas qu'un autre choisisse pour moi, malgré moi; voilà tout.. Et si quelqu'un prétend substituer son jugement au mien dans les affaires qui me regardent, je demanderai de substituer le mien au sien dans les transactions qui le concernent.. Où est la garantie que les choses en iront mieux ? Il est évident que la Concurrence, c'est la liberté.. Détruire la liberté d'agir, c'est détruire la possibilité et par suite la faculté de choisir, de juger, de comparer; c'est tuer l'intelligence, c'est tuer la pensée, c'est tuer l'homme.. De quelque côté qu'ils partent, voilà où aboutissent toujours les réformateurs modernes; pour améliorer la société, ils commencent par anéantir l'individu, sous prétexte que tous les maux en viennent, comme si tous les biens n'en venaient pas aussi.. Et est-ce sérieusement qu'on nous propose de substituer à cette universelle vigilance des intéressés une autorité sociale (fût-ce celle du réformateur lui-même), chargée de décider sur tous les points du globe les délicates conditions de ces échanges innombrables ? Ne voit-on pas que ce serait créer le plus faillible, le plus universel, le plus immédiat, le plus inquisitorial, le plus insupportable, le plus actuel, le plus intime, et disons, fort heureusement, le plus impossible de tous les despotismes que jamais cervelle de pacha ou de mufti ait pu concevoir ?".. La concurrence a aussi mauvaise réputation à cause de son instrumentalisation par des conservateurs.. Le discours 'La concurrence, c'est bon parce que ça fait mal, vilains Français qui n'aiment pas avoir mal' permet souvent à des conservateurs de donner des leçons de morale collectives avec un air d'instituteur sévère.. Or si le credo 'C'est bon parce que ça fait mal' peut intéresser les adeptes de certains clubs spécialisés, ce n'est ni l'origine ni l'objectif de la concurrence économique.. C'est plus (modestement ?) une conséquence du droit à la liberté et l'un des moteurs de nos progrès matériels depuis des siècles.. C'est donc un moyen ou une conséquence, pas une fin en soi (même si cela peut biensûr être une source de plaisir ou d'émulation pour certains).. Vouloir échapper à la concurrence n'est donc pas une déchéance morale.. Tout dépend du moyen utilisé pour y échapper.. En innovant ou en produisant à moindre coût, un producteur tente de fait d'échapper à une concurrence frontale.. C'est ainsi l'un des moteurs du progrès.. D'autre part, certains peuvent aussi choisir certaines activités moins exposées à la compétition parce que cette dernière n'est pas source d'émulation pour eux-mêmes mais plutôt de malaise paralysant.. Par contre, échapper à la concurrence en assassinant, en corrompant, en utilisant l'Etat pour interdire la présence d'autres producteurs (tout en s'accaparant les gains issus d'une concurrence que l'on refuse pour soi-même) est d'un parfait mauvais goût pour un libéral.. Les fruits de la concurrence à moyen terme, c'est donc davantage de bien-être.. Ce ne sont certainement pas des plaisirs masochistes.. Tant pis pour certains conservateurs qui ne pourront plus gronder collectivement la vilaine population ne partageant pas leurs déviances.. page 55.. Le service public concurrentiel.. La concurrence est un processus indispensable pour allouer les ressources (le travail ou les matières premières) le moins mal possible compte tenu des souhaits de chaque personne.. Un producteur obligatoire et unique (monopole d'Etat) n'est pas incité à innover, à améliorer ses méthodes de travail, à écouter les consommateurs puisque ces derniers ne peuvent pas aller voir ailleurs.. Et même s'il le voulait, un producteur centralisé et unique ne pourrait pas connaitre les besoins de chaque personne.. Les préférences réelles de chaque personne ne peuvent pas être établies en fonction de ce qu'elles disent, mais en fonction de ce qu'elles font lorsqu'elles sont confrontées à un choix dont elles connaissent et supportent le cout personnellement.. Les producteurs obligatoires et uniques ont donc naturellement tendance à mal servir des besoins qu'ils connaissent mal.. Dans une économie socialiste pure, où tous les producteurs sont obligatoires et uniques, la pénurie et la médiocrité des produits est générale.. Dans une économie libérale au contraire, les producteurs dont les produits ou les services ne sont pas retenus doivent réorienter leur production ou leur méthode de production pour répondre à la demande des consommateurs.. Et c'est cette adaptation continuelle qui est la source de notre prospérité.. "La concurrence n'est absente que là où l'affectation des individus divers aux diverses tâches est effectuée par les seules décisions du dictateur, sans que les intéressés y contribuent en s'efforçant de lui présenter leurs vertus et capacités sous le jour le plus favorable.. Le libéralisme est basé sur la conviction que pour que la concurrence puisse jouer un rôle bienfaisant, une armature juridique soigneusement conçue est nécessaire; il admet que les lois passées et présentes ont de graves défauts.. Il ne nie pas non plus que partout où il est impossible de rendre la concurrence efficace, il nous faut recourir à d'autres méthodes pour guider l'activité économique.. Toutefois, le libéralisme économique est opposé au remplacement de la concurrence par des méthodes inférieures de coordination des efforts humains.. Hayek -.. La route de la servitude.. "C'est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises et qui établit les vrais rapports entre elles.. Montesquieu -.. De l'esprit des lois.. La concurrence économique est victime d'un contresens à cause de sa proximité avec une compétition sportive ou un concours de beauté.. L'objet de ce dernier est de déterminer quelle Miss est la plus belle.. Pour que la compétition des Miss soit juste, il faut égaliser les chances de départ (même taille de bikini, même temps de parole pour sortir des fadaises.. L'objet de la concurrence économique est d'adapter la production aux choix des consommateurs.. Il ne s'agit pas de déterminer qui est le plus beau producteur ou le plus méritant.. Les imprimeurs -même négligents- de Gutenberg ont mis sur la paille le plus méticuleux et le plus talentueux des moines copistes.. L'objet de la concurrence économique n'est pas de récompenser le mérite, elle a simplement pour but de favoriser les producteurs capables de répondre à la demande.. Pour que la concurrence économique produise ses bienfaits, il est donc inutile, voire nocif d'égaliser les conditions entre producteurs.. Les consommateurs profitent de la diffusion des livres, mêmes si les imprimeurs sans talent ont exploité une supériorité technique.. Cela n'empêche naturellement pas certains dirigistes étatistes, conservateurs ou socialistes, de vouloir périodiquement égaliser les conditions de la concurrence.. (avantager certaines entreprises menacées par la concurrence, octroyer des subventions à certaines plutot qu'à d'autres.. Ils se heurtent à leur mur habituel : la complexité de la société.. Il y a des millions de paramètres qui différencient les conditions de départ des entreprises.. Même en se donnant beaucoup de mal, ils ne pourront en égaliser que quelques unes.. En commettant au passage des injustices vis-à-vis des producteurs concernés par les millions d'autres paramètres et vis-à-vis de l'ensemble des consommateurs.. Egaliser les conditions de la concurrence économique, c'est comme essayer d'aplanir l'océan avec une raquette de ping pong.. En plus d'être un objectif complètement idiot, c'est très difficile à réussir même en se donnant beaucoup de mal.. page 56.. La guerre économique.. Malgré son efficacité pour évincer la misère, la concurrence économique est contestée sur deux plans, sur un plan moral/sentimental et sur un plan d'efficacité économique.. Sur le plan moral, la sentence des étatistes est sans appel : "La concurrence économique, c'est la guerre de tous contre tous".. Or chacun sait que faire la guerre c'est pas bien, et que c'est le contraire de faire l'amour, qui est très bien.. Cet argument de fond donne immédiatement aux humanistes et aux obsédés sexuels l'envie de lever l'étendard de l'antilibéralisme.. Qu'ils ne se laissent pas manipuler par les Etatistes dirigistes ! On peut très bien être humaniste, obsédé sexuel ET libéral.. D'abord, la concurrence économique dans un Etat de droit, c'est le contraire de la guerre.. La concurrence économique, c'est aussi pacifiste que Bob Marley après le huitième joint.. Jamais de coercition.. -contrairement aux monopoles obligatoires d'Etat, où un homme en uniforme et armé vient vous voir si vous refusez de payer ou si vous essayez de produire mieux ou moins cher.. - (enfin d'abord, un homme en uniforme et sans arme : le facteur avec une lettre recommandée.. Certes, la concurrence n'abolit pas la bêtise ni la méchanceté.. Mais il vaut mieux avoir à faire aux imbéciles dans un contexte concurrenciel que lorsque ces derniers sont les seuls points d'entrée d'un monopole obligatoire.. Ensuite, même si la concurrence est un processus important du marché, l'immense partie du temps de travail est consacré à la coopération.. Coopération pour fabriquer des voitures, du pain, des vaccins ou des vols intercontinentaux.. Si un extraterrestre observait de son télescope les relations entre personnes vivant en économie de marché, il verrait une immense chaîne de coopération, partant d'un ouvrier allemand produisant une machine outil pour un artisan américain fabriquant des boussoles pour un marin russe transportant des chemises chinoises pour un fermier argentin élevant des vaches pour nourrir un ingénieur australien concevant des fibres optiques pour un prof d'université taiwanais écrivant des cours pour.. Et si un alter mondialiste lui expliquait alors que cette chaîne immense de coopération, c'est la guerre de tous contre tous, l'extraterrestre se dirait sans doute, que décidément la logique de ces terriens à poils longs et pin's rouges est assez déconcertante.. "Il y a deux types différents de coopération sociale : la coopération en vertu du contrat et de la coordination ; et la coopération en vertu du commandement et de la subordination, ou hégémonie.. Ce qui différencie le lien hégémonique du lien contractuel, c'est le champ dans lequel les choix des individus déterminent le cours des événements.. Dès lors qu'un homme a décidé en faveur de sa soumission à un système hégémonique, il devient, dans le cadre des activités de ce système et pour le temps de sa sujétion, un pion des actions de celui qui dirige.. A l'intérieur du corps social hégémonique, et dans la mesure où il dirige la conduite de ses sujets, seul le dirigeant agit.. Les pupilles n'agissent qu'en choisissant leur subordination ; l'ayant choisie ils n'agissent plus pour eux-mêmes, on s'occupe d'eux.. Dans le cadre d'une société contractuelle, les individus membres échangent des quantités définies de biens et de services d'une qualité définie.. Lorsqu'il choisit la sujétion dans un corps hégémonique, un homme ne fournit ni ne reçoit rien de défini.. Il s'intègre dans un système où il lui faut rendre des services indéterminés, et il recevra ce que le dirigeant est disposé à lui assigner.. Il est à la merci du dirigeant.. Le dirigeant seul a la faculté de choisir.. Peu importe en ce qui concerne la structure de l'ensemble du système, que le dirigeant soit un individu ou un groupe organisé d'individus, une collégialité ; ou que le dirigeant soit un tyran démentiellement égoïste, ou un bienveillant despote paternel.. Dans un pays où l'Etat est le seul employeur, toute opposition signifie mort par inanition.. L'ancien principe : qui ne travaille pas, ne mange pas, est remplacé par un nouveau : qui n'obéit pas, ne mange pas.. L.. Trosky 1937.. Ma tendre amie, ma belle fiancée, ma chère Scarlett,.. Déjà 5 heures que nous séparés par cette terrible guerre économique  ...   très long, une abondante chevelure blond clair, des yeux bleus artificiellement agrandis qui lui donnent une expression particulière, des lèvres entrouvertes en un sourire mutin laissant apparaître la blancheur des dents.. Son corps longiligne présente des jambes exagérément longues, une taille marquée, une poitrine développée, des mains aux doigts rapprochés.. la Cour de cassation a précisé que les critères de substitutialité d un produit permettant de délimiter un marché économique de référence (.. ) s apprécient différemment selon la nature et les modalités de commercialisation du produit en cause (.. La cour d appel, qui a constaté que le goût des fromages de Cantal se distinguait nettement de celui des autres fromages à pâte pressée non cuite (.. ), a pu, sans avoir à rechercher si la baisse de consommation de ce produit s expliquait par le report de la clientèle sur d autres fromages à pâte pressée statuer ainsi qu elle l a fait.. Considérant que cette analyse, rapprochée du phénomène de la prise de conscience par l enfant de son appartenance sexuelle, permet de dire que la poupée-poupon et la poupée-mannequin répondent à deux logiques de jeux différentes chez la petite fille ; qu en effet, il apparaît qu alors que le jeu à la poupée-poupon est avant tout un jeu de rôle dans lequel l enfant joue le rôle de la mère, ou de toutes autres personnes, qui s occupe de l enfant , le jeu avec la poupée-mannequin est un jeu de manipulation où l enfant se projette dans des personnages de taille réduite au milieu desquels il ne tient aucun rôle mais où il est au contraire le metteur en scène, le démiurge.. Décision no 99-D-45 du Conseil de la concurrence en date du 30 juin 1999.. Le droit commercial et ses vaillants acteurs (juges, avocats, policiers) sont indispensables au bon fonctionnement de l'économie de marché.. Mais faire respecter les contrats et protéger les droits de propriété, y compris ceux des plus faibles (petite entreprise, consommateur) dans les zones grises des multitudes de situations est déjà un travail considérable.. Inutile de charger en plus la justice de construire à coup de tronçonneuse et de concepts économiques obsolètes une structure de marché idéale.. C'est un gâchis considérable de ressources et d'heures de travail, et ça n'améliore la situation ni des producteurs, ni des consommateurs.. page 59.. Les monopoles naturels ?.. Les monopoles sont, dit naturels, lorsque, en général, le coût d'entrée pour les nouveaux producteurs est tellement élevé que ces derniers renoncent avant d'avoir essayé.. Les producteurs en place devenant de facto des producteurs uniques 'durables'.. Par exemple, pour concurrencer une ligne de métro déjà établie, il faudrait creuser un tunnel parallèle au premier, pour un coût colossal (et une absurdité criante).. Pour les libéraux, le coût d'entrée est un phénomène utile dans le marché puisqu'il décourage les personnes d'investir trop lourdement dans des infrastructures déjà présentes.. Ce coût d'entrée est présent dans toutes les activités, de manière moins visible qu'un tunnel creusé en double, mais il y joue le même rôle bénéfique.. Même dans cette situation pouvant être inconfortable pour le consommateur, l'intervention de l'Etat n'est pas forcement utile.. Les USA au XIX éme se sont bien couverts de voies ferrées privées, donc détenues par des producteurs uniques sur chaque tronçon, pour le plus grand bénéfice des consommateurs, la preuve : Blueberry, LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent.. Ces voies ferrées sont de toute manière en concurrence avec la diligence, les bateaux et le cheval, la preuve : Blueberry et LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent.. "L idée d une concurrence libre rendue obligatoire par la loi est une grotesque contradiction dans les termes.. Elle signifie : forcer les gens à être libres à la pointe du fusil.. Elle signifie : protéger la liberté des gens par la règle, arbitraire, d'édits bureaucratiques que l on ne peut pas discuter Il n y a aucun moyen de réglementer la concurrence : il n y a pas de normes par lesquelles on pourrait déterminer qui devrait concurrencer qui, combien de concurrents devraient exister dans un secteur donné, ce que devrait être leur force relative ou leurs parts de marché, quels prix ils devraient demander, quelles méthodes de concurrence sont correctes ou incorrectes.. On ne peut répondre à aucune de ces questions, car ces questions sont précisément celles auxquelles seul le fonctionnement du marché peut apporter une réponse.. Ayn Rand, Capitalism - The Unknow Ideal.. "Aujourd'hui des gens affirment la même chose en ce qui concerne diverses branches de la grande entreprise : vous ne pouvez ébranler leur position, elles sont trop grandes et trop puissantes.. Mais la concurrence ne signifie pas que n'importe qui puisse prospérer en copiant simplement ce que d'autres font.. Cela signifie le droit reconnu à tous de servir les consommateurs d'une façon meilleure ou moins chère sans être entravé par des privilèges accordés à ceux dont les situations acquises seraient atteintes par l'innovation.. Ce dont un nouveau venant a le plus besoin s'il veut porter un défi aux situations acquises des firmes établies de longue date, c'est surtout de la matière grise et des idées.. Si son projet est apte à satisfaire les plus urgents d'entre les besoins non encore satisfaits des consommateurs, ou à y pourvoir à un moindre prix que les vieux fournisseurs, il réussira en dépit de tout ce qu'on répète abondamment sur la grandeur et le pouvoir de ces firmes.. Le sultan dans son harem a beaucoup de chance, mais sa situation de (re)-producteur unique sur un marché a peu de chances de se produire dans une économie libre.. Historiquement en effet, les producteurs uniques durables sont très souvent :.. Soit des émanations directes de l'Etat, les monopoles étatiques obligatoires.. Soit les conséquences directes d'une réglementation inadaptée.. Soit des conséquences de clientélisme, de corruption ou de protectionnisme.. Sauf pour certains biens difficilement segmentables naturellement (les infrastructures routes, eau, fils électriques) l'Etat est donc souvent responsable de l'apparition des producteurs uniques durables.. Avant de monter des usines à gaz anti-monopoles, il pourrait donc s'occuper très facilement de ceux qu'il a créé directement ou indirectement.. Pour les autres cas, l'intervention de l'Etat dans la lutte contre d'éventuels monopoles est souvent inutile et coûteuse.. Les producteurs uniques privés dans une économie de marché libre, étant rares et instables.. L'histoire économique regorgeant de producteurs uniques -réputés imprenables- s'effondrant comme un château de carte avec l'apparition de nouveaux entrepreneurs, de nouvelles technologies ou des changements d'habitudes des consommateurs.. Sur ce sujet (comme sur tellement d'autres), la meilleure (moins mauvaise) des solutions est de laisser choisir, de laisser faire les millions de personnes s'adaptant et inventant des nouvelles stratégies pour faire face à une situation donnée, limitée dans le temps.. La situation idyllique du sultan a donc peu de chance de se produire 'spontanément' sur le marché amoureux.. Par contre, si l'Etat donnait un monopole obligatoire amoureux et sexuel à un idéaliste (moi par exemple) souhaitant une société de partage, un service public sentimental de qualité pourrait voir le jour, rempart efficace contre la marchandisation de l'amour et protégeant les femmes contre les inégalités sentimentales.. Enfin peut être.. page 60.. Protéger le client roi.. Les étatistes oscillent entre deux obsessions suivant le calendrier lunaire et la course des étoiles : structurer le marché pour aider les consommateurs contre les producteurs ou structurer le marché pour aider les producteurs contre les consommateurs.. Cette attitude s'apparentant de fait à creuser des trous pour mieux les reboucher après, elle permet surtout, de promesses électorales en accord secret, d'empiler des politiques contradictoires pour le plus grand bonheur des éditeurs de livres de droit.. Favoriser les consommateurs aux dépends des producteurs est d'abord une idée saugrenue (comme son contraire d'ailleurs), les deux étant souvent une seule et même personne.. 'Le consommateur est roi' n'est ni juste moralement, ni exact en pratique.. Il y a beaucoup mieux: des personnes libres (parfois consommatrices parfois productrices), dont les droits fondamentaux et le respect des contrats signés sont garantis par l'Etat.. Avant de monter des usines à gaz afin de tenter de structurer le marché en faveur des consommateurs, l'Etat pourrait aider les personnes libres.. - en améliorant la protection des droits de la propriété et du respect des contrats y compris pour les petits montants -que ces personnes soient seules ou s'associant en groupes de consommateurs.. (Class Action)-.. - en ne favoriserant pas certaines personnes (agriculteurs, libraires, producteurs de vêtements, taxis, pompes funèbres.. ) au détriment d'autres personnes (les mangeurs, les lecteurs, les textiles, les petits voyageurs, les morts).. Son intervention est aussi possible (mais pas forcément indispensable) pour édicter des normes (sécurité/qualité/environnementale/bonnes pratiques de SAV etc.. ) permettant de consommer sans laboratoire d'analyse biologique et sans encyclopédie de droit dans son salon.. Ces objectifs sont certes moins ambitieux et moins liberticides que le défi constructiviste de structurer le marché, mais ils ont le mérite d'être efficaces et égalitaires.. Oui on sait.. sacrifier les coups de mentons, le dirigisme et les petites magouilles entre lobbies pour des trucs efficaces et égalitaires, ces ultra-néo-libéraux n'ont vraiment aucune notion du bien public.. "Plutôt que de "souveraineté du consommateur", il serait plus précis de dire que sur le marché libre il y a souveraineté de l individu : l individu est souverain sur sa propre personne, sur ses actions et sur sa propre propriété.. On peut appeler cela l auto-souveraineté de l individu.. Pour gagner de l argent, le producteur individuel doit satisfaire la demande des consommateurs, mais l importance qu il accorde à la recherche d argent et l importance qu il accorde à d autres facteurs, non monétaires, sont affaire de son libre choix.. Le terme de "souveraineté du consommateur" est un exemple typique d abus, en économie, d un terme ("souveraineté") approprié uniquement dans la sphère politique et est donc une illustration des dangers de l emploi de métaphores tirées d autres disciplines.. "La souveraineté" est une qualité du pouvoir politique ultime ; c est le pouvoir reposant sur l utilisation de la violence.. Dans une société parfaitement libre, chaque individu est souverain sur sa personne et sa propriété et c est donc cette auto-souveraineté qu il obtient sur le marché libre.. Personne n est "souverain" sur les actions ou les échanges de quelqu un d autre.. Comme le consommateur n a pas le pouvoir d obliger les producteurs à travailler dans certains domaines, les premiers ne sont pas souverains sur les deuxièmes.. Hutt reconnaît implicitement cet état de fait, cependant, car il fait évoluer son argument et commence de manière inconsistante à regarder la.. "souveraineté du consommateur".. comme un idéal éthique à l aune duquel il convient de juger le marché libre.. La souveraineté du consommateur devient un Dieu Absolu, et toute action des producteurs pour contrecarrer cet idéal est considérée comme rien moins qu une trahison morale.. N.. Rothbard - Man, Economy, and State.. Les communicants d'entreprise racontent (souvent) des bêtises pour vendre ou motiver les salariés.. Ces bêtises n'auraient pas tellement de conséquences si elles n'étaient assimilées à tort au libéralisme.. Le client est roi' fait partie des bêtises plutôt mignonnes pour motiver les troupes (parce qu'il y a aussi des bêtises d'entreprises pas mignonnes du tout à faire rougir de honte un journaliste de la Pravda).. Une bêtise mignonne mais assez inexacte.. L'économie de marché n'est justement pas une société d'ancien régime.. Le client n'est pas plus un roi, que le producteur n'est son serf.. Bien sûr, un producteur dans un marché libre, s'il veut faire des profits, doit tenir compte en permanence des choix des consommateurs pour les fidéliser.. Mais il a aussi parfaitement le droit de refuser d'échanger ou de n'échanger que sur le périmètre qui lui convient.. Et dans tous les cas, contrairement justement à la société d'ancien régime -où des consommateurs à particule dominaient les manants producteurs de basse extraction - le fait d'être un producteur n'implique nullement une soumission ou un rapport hiérarchique avec un consommateur.. Il s'agit de deux personnes libres qui échangent ce qu'elles veulent bien échanger.. Une pizzeria/producteur a donc parfaitement le droit de ne pas livrer au-delà d'une certaine distance, si elle juge que cet échange n'est pas intéressant pour elle.. Elle ne devient pas corvéable à merci en étant producteur.. Un salarié/producteur a donc parfaitement le droit de ne pas vouloir travailler plus que ce qui est stipulé dans le contrat signé avec son employeur/consommateur.. Il échange librement un certain nombre d'heures de travail contre un salaire.. Il ne devient pas corvéable à merci en étant producteur.. Une multinationale peut parfaitement choisir de ne commercialiser que certains produits ou volume de produits, si elle juge que les autres échanges ne sont pas intéressants pour elle.. Cette relation libre est encore incomprise par certains consommateurs-ancien régime qui, parce qu'ils deviennent consommateurs, s'imaginent aussi qu'ils deviennent des maîtres, alors qu'ils ne sont qu'une moitié d'un échange libre.. page 61.. Retour à la page d'introduction..

    Original link path: /concurrence.html
    Open archive

  • Title: L'information
    Descriptive info: CHAPITRE 7.. L'information.. Sur le podium des défaillances officielles du marché, la deuxième marche est occupée par l'information, ou plutôt l'asymétrie d'information.. Selon le modèle néoclassique, pour que l'échange entre deux personnes libres soit bénéfique, encore faut-il que celles-ci soient parfaitement informées sur ce qu'elles échangent.. Or ce n'est pas toujours le cas.. Un vendeur d'une voiture d'occasion sait si la voiture qu'il vous vend a été utilisée par un octogénaire soigneux ou par un petit con frimeur de 18 ans.. Vous non.. Vous savez si le travail urgent que vous a demandé votre chef va vous prendre 8 heures de travail intense ou 4 heures de travail tranquille et 4 heures de pause café.. Votre chef, non.. Votre agence de voyage sait avant votre départ s il y a un dépotoir juste à côté de l'hôtel de rêve près de Dubrovnik.. Cette asymétrie d'information peut donc provoquer des échanges qui n'auraient pas du avoir lieu au détriment d'autres échanges satisfaisants pour les deux parties.. Et comme les échanges libres sont au cœur de la théorie libérale, si ces derniers ne sont pas efficaces, le libéralisme économique va s'effondrer inéluctablement au moment de même de son envol, au début du 19 eme siècle.. 2008, et toujours rien.. Caramba, les personnes libres auraient inventé des stratégies pour pallier à l'asymétrie d'information sans demander l'autorisation des économistes néoclassiques ?.. "Un caractère particulier du problème de l'ordre économique rationnel est précisément lié au fait que la connaissance de l'environnement dont nous pourrions avoir besoin n'existe jamais sous une forme concentrée ou agrégée, mais uniquement sous la forme d'éléments dispersés d'une connaissance incomplète et fréquemment contradictoire que tous les individus séparés possèdent en partie.. Il s'agit au contraire d'obtenir la meilleure utilisation possible de ressources que connaît n'importe lequel des membres de la société, à des fins dont l'importance relative est connue de ces individus et d'eux seuls.. Ou, pour résumer ceci, il s'agit d'un problème d'utilisation de la connaissance, laquelle n'est donnée à personne dans sa totalité.. Hayek - "L'utilisation de l'information dans la société".. Comme Matrix, une partie de la recherche en économie théorique porte actuellement sur l'information.. En 1937 Hayek publie.. Economie et Connaissance" où il explique que la dispersion de la connaissance dans le corps social empêche toute planification de l'économie.. La même année, R Coase avec "The Nature of the Firm" explique que la dispersion de l'information augmente les coûts de transaction à un niveau rendant inéductable au sein même de l'économie de marché l'apparition d'organisations rigides et planificatrices (les firmes).. C'est le point de départ d'une imposante littérature universitaire.. Comme dans Matrix, on ne comprend pas toujours qui est qui, et ce qu'il fait.. Les néoclassiques s'éloignent de leur modèle de base (information parfaite, rationalité parfaite) avec des morceaux piqués aux néoinstitutionnalistes (rationalité limité, coûts de transaction, institutions formelles prépondérantes dans la diminution des coûts), morceaux recouvrant une partie des concepts de l'école autrichienne (individu plutôt qu'agrégat, subjectivité rationnelle, institutions évoluant sans être planifiées) qui elle-même partage des conclusions avec l'école de Chicago (Etat incapable d'aider à diffuser l'information) alors que cette dernière est assez proche sur le plan méthodologique des néo-keynésiens (formalisme mathématique, agrégats).. Comme dans Matrix, ça canarde avec enthousiasme sans aucune considération sur la quantité de munitions tirées, ni la précision des tirs.. Les articles universitaires sur l'information, les transactions optimales et les institutions ont depuis un demi-siècle largement contribué à détruire nos belles forêts.. Les publications sont tirées avec frénésie dans une fumée devenant de plus en plus épaisse.. Qu'est-ce que c'est qu'une information ? un coût de transaction ? la connaissance par rapport à l'information ? la rationalité limitée ? subjective ?.. Comme dans Matrix, ça touche rarement les tireurs, mais ça massacre le décor qui a la malchance de se trouver dans les lignes de tir.. Mais contrairement à Matrix, chez les économistes, le décor n'est pas virtuel.. C'est l'économie réelle.. Ces belles batailles rangées provoquent souvent des dégâts par l'intermédiaire des politiques économiques implémentées.. Hayek argumentant contre les Neo-Keynesiens.. (Allégorie - Début du XXI éme siécle).. page 62.. La valeur de la connaissance.. En fait, pour l'école autrichienne (et d'autres.. ) la problématique de l'information parfaite a été mal posé par les néoclassiques.. Simplement parce que l'information a en elle-même une valeur, un coût pour être découverte, éventuellement un prix lorsqu'elle peut être échangée et nécessite des connaissances propres à chaque personne pour être exploitée correctement.. Comme pour la concurrence, l'information n'est donc pas une sorte de dallage préexistant pour qu'un marché 'parfait' puisse fonctionner.. Dallage que l'Etat serait chargé de fabriquer ou de corriger en cas d'imperfections.. La découverte, l'acquisition, l'utilisation, la circulation de l'information est un processus à part entière dans un échange libre.. Et de surcroît, l'information n'est rien sans la connaissance, c'est-à-dire la capacité de chaque personne à percevoir l'information et à l'analyser.. Cette vision de l'information au sein du marché a ouvert un vaste champ d'étude en économie théorique.. La théorie du principal/agent s'est intéressée au coût supplementaire induit par l'asymétrie de l'information sur chaque échange (recherche sur la fiabilité du vendeur, temps passé à contractualiser pour parer aux conflits potentiels futurs).. C'est le coût de transaction.. L'école autrichienne s'est intéressée au rôle moteur de ceux qui découvrent de nouvelles informations pour produire ou échanger : les entrepreneurs.. "Le marché, en d'autres termes, n'est pas seulement un processus où l'on recherche une information dont on sait déjà qu'on en aura besoin ; c'est une procédure de découverte qui tend à corriger l'ignorance là où l'inventeur lui-même n'avait aucune idée qu'il était ignorant.. Comprendre que le marché crée l'information le genre d'information dont les gens ne savent pas maintenant qu'ils auront à s'en servir demain devrait inspirer un sentiment certain d'humilité aux candidats à l'ingénierie sociale qui cherchent à remplacer ou à modifier les résultats du marché libre.. Pour annoncer qu'on est capable de surenchérir sur l'efficacité du marché, il faudrait aussi pouvoir prétendre qu'on sait déjà aujourd'hui ce que le marché fera apparaître demain.. Cette prétention de savoir est, à l'évidence, universellement vaine.. En fait, là où l'on a empêché le marché de fonctionner, en général il ne sera pas possible de désigner avec certitude ce qu'on aurait pu découvrir et qu'on a perdu à jamais.. Kizner - La régulation.. James Bond est bien placé pour le savoir : acquérir de l'information à un coût, découvrir cette information nécessite des connaissances parfois difficilement formulables.. Faut-il vraiment se lancer dans le vide pour planer jusqu'à l'avion en feu afin de récupérer le code secret nucléaire ?.. Faut-il vraiment faire l'amour avec la superbe méchante au corps de rêve pour obtenir la date et l'heure du trafic de poison radioactif ?.. Faut-il vraiment casser une Aston Martin pour rattraper le sbire connaissant la localisation du repaire du diabolique Dr SuperMéchant ?.. Pour James Bond, ces informations ont un coût, en temps, en énergie et en bisous.. Et Dieu Merci pour le monde libre (et la Reine), James Bond considère que ces coûts sont acceptables pour l'acquisition de ces informations.. Comme James Bond, nous sommes quotidiennement confrontés au coût de l'information.. Faut-il vraiment passer trois heures sur Internet le samedi pour connaître le prix d'une étagère Ikea d'occasion ?.. Faut-il vraiment passer six heures pour comparer les clauses écrites en tout petit entre deux contrats d'assurance ?.. Faut-il vraiment faire trois supermarchés pour comparer le prix au kilo des tomates sans goût ?.. Mais contrairement à James Bond, nous choisissons parfois de ne pas effectuer cette dépense supplémentaire.. A juste titre.. chaque décision pourrait potentiellement prendre un temps infini pour un gain faible.. James Bond peut donc aller se rhabiller avec son absence d'évaluation des coûts d'acquisition d'informations, ce gros malin serait du genre à passer 3 heures dans les embouteillages pour économiser trois euros sur le prix d'une chasse d'eau.. Nous pas.. page 63.. Le principal et l'agent.. L'information imparfaite, c'est comme la pluie en automne ou le soleil en août.. On ne peut donc pas y échapper.. Initiée par R.. Coase en 1937, la théorie du principal/agent s'est intéressée aux stratégies que les personnes libres inventent (ou pourraient inventer) pour échanger en limitant les risques.. Coase a donc imaginé deux créatures qu'il aurait pu appeller Bobo et Baba, mais qu'il a finalement appellées Principal et Agent parceque dans le monde universitaire on ne rigole pas avec le nom des théories si l'on vu être lu et respecté.. Bref Principal c'est celui qui doit acheter sans avoir toutes les informations nécessaires et Agent, c'est celui qui veut vendre en ayant la possibilitée de cacher des informations (un vendeur de voitures d'occasion), voir de changer de comportement une fois le contrat signé: (un salarié par exemple).. Pour que ce modèle soit un modèle, Coase a retiré de sa théorie tout ce qui était trop compliqué et qui fait le charme de nous autres les êtres  ...   informations nécessaires à un échange.. Par définition l'Etat n'en rend obligatoire que certaines, pas forcement celles dont une personne en particulier a besoin.. (Par contre, comme celles de l'Etat sont obligatoires, cette personne en supportera le cout de toute manière.. Enfin et surtout, l'Etat très vite réglemente sur tout et son contraire, au grès des titres du 20 heures ou de l'influence de lobbies.. Cette avalanche de règlements mal pensés à un coût considérable.. (Coût plus facilement gérable dans une grande multinationale disposant d'un département juridique que dans une PME ou chez un artisan.. Les ministres et leur bomdardement lourd réglementaire permanent crééent donc de la pauvreté pour tout le monde et favorisent les grandes entreprises par rapport aux petites.. Mais bon, le jeu en vaut la chandelle : on parle des étatistes au journal TV.. "Même si on juge que les résultats actuels du marché sont pour une raison ou pour une autre insatisfaisants, on ne peut pas juger que l'intervention, et même une intervention qui pourrait atteindre avec succès ses objectifs immédiats, soit à l'évidence la solution correcte.. Après tout, les problèmes même qui apparaissent dans le marché peuvent déclencher des processus de découverte et de correction supérieurs à ceux qui sont délibérément engagés par l'intervention publique.. Non seulement l'intervention délibérée des hommes de l'Etat peut être un mauvais substitut au processus spontané de découverte par le marché, mais elle a aussi bien des chances d'empêcher la mise en oeuvre de processus de recherche désirables dont ils n'ont pas perçu la nécessité.. Le nombre de lois votées s est accru de 35% en 30 ans, celui des decrets de 25%.. Le nombre de pages du journal officiel a doublé en 15 ans.. Le stock actuel des normes serait de 8000 lois et 400 000 textes réglementaires.. Rapport du conseil d Etat 1991.. Suivant l appréciation qui en a été faite par l OCDE, les formalités administratives imposées aux entreprises européennes representaient en 1997, 3 à 4% du PIB, soit pour la France l équivalent du produit de l impôt sur les sociétés.. Rapport du groupe de travail interministeriel sur la qualité de la réglementation.. Dieudonné Mandelkern.. Votre PC est une usine à gaz.. (Votre Mac aussi d'ailleurs, si, si, même si il est très beau.. De la dernière carte graphique vibraStroupmph à triple stroumph cadencé, à la carte mère Perfomator2X3400 à multistroumph bi-bande, vous ne disposez que d'une infime partie des informations nécessaires à l'évaluation du PC avant de l'acheter et vous n'auriez sans doute pas les connaissances nécessaires pour comprendre ces informations.. Cette asymétrie d'information n'empêche pourtant pas des millions de personnes libres de faire des échanges de PC contre des euros avec en général une certaine satisfaction.. (et quelques après midis à enrager pour trouver le bon driver).. Si pour palier à une information imparfaite, l'Etat se mettait en tète d'édicter des normes d'information obligatoires sur les ordinateurs, en plus d'être obsolètes avant même d'être émises, elles ne conviendraient pas à chaque personne.. (Le gamer, le comptable, le photographe).. Elles auraient donc un cout pour être édictées, contrôlées, diffusées sans pour autant améliorer le moins du monde le 'marché' du PC.. (ou du Mac, mais le Mac c'est normal, il est super cool).. De plus, comme dans d'autres domaines, ces normes une fois émises seraient rarement toilettées et deviendraient rapidement des strates fossilisées complètement inadaptées aux évolutions technologiques.. On retrouve ce phénomène moins criant pour beaucoup d'autres catégories d'échanges (Construction, Sécurité etc.. Même si elle est parfois utile, la réglementation Etatique n'est en aucun cas une solution miracle pour pallier l'asymétrie d'information.. Et ses contraintes particulières génèrent même parfois (souvent ?) plus d'effets pervers que d'effets bénéfiques.. page 66.. L'entrepreneur.. L'imperfection de l'information économique, comme pour l'imperfection de l'information scientifique, créée donc des opportunités de découvertes soit de nouvelles informations, soit de méthodes pour pallier à l'imperfection de l'information.. Cette fonction, qui est celle de l'inventeur ou du chercheur dans les sciences de la nature est occupée par l'entrepreneur dans la sphère économique.. Dans ce contexte, l'entrepreneur n'est pas un jeune cadre dynamique au sourire beat entrain de sautiller devant une tour en verre pour vendre de la mousse à raser.. C'est une fonction que nous utilisons tous -plus ou moins- et qui est le moteur du progrès économique.. Elle consiste à imaginer des nouvelles productions, à imaginer de nouvelles manières de produire ou d'échanger et à imaginer de nouvelles manières de consommer.. La personne, qu'elle soit productrice ou consommatrice, en s'appuyant sur des informations éparses, ses connaissances propres et son flair tente d'imaginer des méthodes plus efficaces pour produire ou utiliser la production.. Et l'un de ses indicateurs dont elle dispose pour évaluer la réussite de sa tentative est le profit généré par cette nouvelle activité.. Cette fonction, dont l'importance est cruciale pour le progrès économique, est pourtant totalement absente sous une forme ou sous une autre de beaucoup d'écoles économiques.. Forcement ces dernières ont besoin d'un univers statique, fini ou l'information présente, future est figée pour que leurs modèles fonctionnent.. L'entrepreneur fait un peu tache dans cette nature morte pas franchement réaliste.. L'Ecole Autrichienne dont l'univers modélisé est ouvert et en déséquilibre réserve par contre une place de choix à cet entrepreneur imprévisible.. "Dans la construction imaginaire de l'économie en régime constant, il n'y a pas de place réservée à l'activité d'entrepreneur, parce que cette construction élimine tous changements de données qui pourraient affecter les prix.. Dès que l'on abandonne cette supposition de la rigidité des données, l'on voit que l'action doit forcément être affectée par tout changement dans les données.. Comme l'action tend nécessairement à influer sur un état de choses futur même si c'est parfois le futur immédiat de l'instant suivant elle est affectée par tout changement de données inadéquatement prévu qui intervient dans le laps de temps entre le début de l'action et la fin de la période pour laquelle elle entendait pourvoir.. Ainsi le résultat de l'action est toujours incertain.. Agir est toujours une spéculation.. Cela vaut non seulement pour ce qui concerne une économie de marché, mais tout autant pour Robinson Crusoé l'imaginaire acteur isolé, et dans les conditions d'une économie socialiste.. Dans la construction imaginaire d'un système en régime constant, personne n'est entrepreneur ni spéculateur.. Dans toute économie vivante et réelle, tout acteur est toujours un entrepreneur et un spéculateur ; les personnes à charge des acteurs les membres mineurs de la famille dans la société de marché, et les masses dans une société socialiste sont affectées par le résultat de la spéculation des acteurs, bien qu'elle ne soient elles-mêmes ni acteurs ni spéculateurs.. Observer, s'inspirer des créations précédentes, rassembler des éléments existant que personne n'avait eu l'idée de rassembler auparavant, s'appuyer sur son intuition pour créer des idées ou des objets nouveaux, échouer 100 fois, tenter 101 fois sont des activités que partagent l'artiste, l'inventeur ou l'entrepreneur.. Malheureusement des trois, il y a en a un qui n'a pas de chance sur la manière dont les théoriciens de son activité appréhendent son travail.. Même après 6 rails de coke, il n'y a pas un critique de cinéma qui parlerait des films sans parler des cinéastes.. Les films ne sont pas une masse indistincte qui tombe du ciel sans volonté humaine pour les concevoir.. Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.. Même après 8 cocktails champagne-vodka, il n'y a pas une chroniqueuse de mode qui prédirait la forme des chaussures dans cinq ans.. La mode est incertaine parce que c'est justement le métier des créateurs de mode d'imaginer des nouvelles tendances.. Même après 10 gobelets de café sans sucre, il n'y a pas un historien de l'art qui expliquerait que la peinture est univers clos, stable, à périmètre constant.. Botticelli a inventé une vision que n'avait pas Giotto qui lui-même a créé une technique que n'avait etc.. Même après 12 pilules d'antidépresseur, il n'y a pas un critique littéraire qui prétendrait juger de la santé 'littéraire' d'un pays en aggregeant des données dont le seul mérite est d'être mesurable (le nombre de voyelles, de pages, les kg de chaque roman).. Même après 14 buvards de LSD, il n'y a pas un groupie de musique planante qui tenterait de définir son trip en faisant des dérivées secondes sur les variations du volume sonore.. Pink Floyd ouvre des nouveaux horizons cosmiques multicolores (multicolores comme les éléphants nains qui volent dans la véranda lorsque les deux lunes vertes font une éclipse totale de supernova) qui ne sont pas modélisables par des équations mathématiques.. Les entrepreneurs ont beaucoup moins de chance que les artistes ou les inventeurs.. Beaucoup de théoriciens de leur activité, même sans avoir bu un verre d'eau minérale, peuvent bâtir d'immenses constructions pour modéliser l'activité économique en zappant complètement l'importance des initiatives individuelles et imprévisibles.. En zappant le coeur de la spécificité de l'économie comme de l'art ou de la science : l'action humaine.. page 67..

    Original link path: /information.html
    Open archive

  • Title: Les externalitées
    Descriptive info: CHAPITRE 8.. Les externalités.. Les externalités, après les monopoles et l'asymétrie d'information, c'est la troisième imperfection du marché homologuée.. Imaginons deux fabriques de bonbons en concurrence à coté d'une rivière.. La première fabrique des bonbons traditionnels avec du sucre et du colorant cancérigène pour 3 écus le bonbon.. Elle ne rejette rien dans la rivière.. La deuxième exploite une technologie révolutionnaire permettant de fabriquer ces mêmes bonbons à partir de pneus usés, d'Uranium 235 et d'un colorant naturel bon pour la santé.. Elle rejette dans la rivière une substance noire et visqueuse légèrement radioactive.. Ils auraient tort de se gêner : la rivière appartient à tout le monde.. Cette nouvelle technologie permet de fabriquer des bonbons à 2 écus.. Et naturellement le produit marche très bien.. Les parents adorent : c'est moins cher (et en plus, sur le paquet il y a marqué que le colorant est naturel), ça ne change rien pour les enfants : écœurant et indigeste comme ils les aiment.. Oui, mais l'usine B a pu produire ces bonbons moins cher parce qu'elle n'intègre pas une nuisance générée lors de sa production : la pollution de la rivière.. Si le coût pour empêcher cette nuisance avait été intégré dans le prix du bonbon (c'est-à-dire un filtre à eau anti-Uranimum 235 et pneus usés), le bonbon radioactif coûterait 4 écus et aurait beaucoup moins de succès.. Cette nuisance et le dysfonctionnement qu'il génère dans l'économie libre porte un joli nom aux consonances poétiques : 'une externalité négative'.. "Les lois concernant la responsabilité financière et l'indemnisation pour les dommages causés ont été et restent à certains égards défectueuses.. En gros, le principe admis est que chacun est responsable des dommages que ses actes ont infligé à autrui.. Mais il y avait des brèches que les législateurs ont été lents à boucher.. Dans certains cas, cette lenteur fut intentionnelle parce que les imperfections servaient les intentions des autorités.. Dans nombre de pays, jadis, les propriétaires d'usines  ...   action sur quelqu'un d'exterieur à cette action, (et sans que ce dernier soit dédommagé par les auteurs de l'action).. Les externalités positives sont les conséquences positives (he, he, c'est beau la logique) d'une action sur quelqu'un d'exterieur à cette action, (et sans que ce dernier ait payé les auteurs de l'action).. Par exemple tous les marins peuvent profiter de la présence d'un phare, sans que le gardien puisse facturer ses services aux marins.. La lumière du phare est une externalité positive.. Le résultat c'est que (théoriquement) personne ne s'occupe du phare puisqu'on ne peut pas identifier ceux qui l'utilisent (- donc qui devraient payer pour ce phare-).. Et les marins cassent leur bateau sur les récifs ce qui est assez désagréable pour les marins (et pour les poissons quand il s'agit d'un supertanker).. Ce ying et ce yang économiques ont plongé dans un nirvana taoïste les Etatistes : enfin une défaillance du marché libre qui va imposer l'intervention d'un Etat Dieu omniscient et infiniment bon pour interdire ou pour contraindre.. Le nirvana n'a pas duré : L'Etat génère aussi un gros paquet d'externalités négatives qu'il serait de mauvais goût de négliger (et les libéraux ont justement très bon goût).. D'autant que la philosophie libérale (le yung), le droit civil (le yong) et l'économie libre (le yeng) offrent des outils très efficaces pour résoudre les multiples problèmes posés par le ying et le yang.. Yeng, Yung et Yong sont les voies royales pour parvenir à la sagesse (dépolluée), l'harmonie (prospère) et la paix intérieure (contractuelle) permettant une gestion cosmique du ying et du yang.. Viens ma sœur, viens mon frère, la voie libérale à la force de l'eau, jaillissante dans un torrent, fluide autour des obstacles, reposée autour des nénuphars sacrés.. Les externalitées.. page 68.. A venir : la propriété, l'environnement puis le travail, puis le capital, puis les échanges indirects, puis la monnaie, puis le capitalisme, puis la justice sociale, puis la loi puis c'est fini (enfin..

    Original link path: /externalite.html
    Open archive

  • Title: Les banques et la monnaie
    Descriptive info: CHAPITRE 9.. LES BANQUES.. ET.. LA MONNAIE.. Introduction.. Il y a des petits paradoxes.. Il y a des gros paradoxes.. Il y a des énormes paradoxes.. Et enfin, il y a la réputation très libérale de la monnaie et des banques.. La monnaie facilite les échanges, donc la division du travail, donc la prospérité.. Et comme les échanges économiques sont d'abord défendus par les libéraux, on aurait pu penser que la monnaie, comme les planètes orbitant autour d'elle -le crédit, les banques, les taux d'intérêts- seraient régies par des principes libéraux et leur déclinaison en droit.. He bien pas du tout.. C'est même le contraire.. S'il y a un domaine économique où l'interventionnisme, la planification, les violations massives des droits à la propriété règnent en maître, c'est la production de monnaie, le crédit et une législation favorisant indûment les entreprises de ce secteur d'activité : les banques.. Ces multiples entorses à la liberté, la propriété et à l'égalité devant la loi, en plus d'être immorales d'un point de vue libéral, sont particulièrement destructrices de prospérité.. En temps normal, cela consiste en un transfert massif de richesse des classes moyennes et des pauvres au profit de l'Etat et des grandes banques.. Et puis de temps en temps, il se produit les fameuses crises économiques, que les lecteurs de ce site ayant vécu 1929 ou 2008 connaissent bien.. "La monnaie est un enjeu moral, économique et politique.. Puisque l'unité monétaire est utilisée dans chaque transaction des salaires aux prix en passant par les taxes et les.. taux d'intêrets,.. il est vital que son p.. rix soit ét.. abli honnêtement sur le marché libre sans que les banquiers, gouvernements, politiciens le manipulent pour servir des intérêts particuliers.. Ron Paul ( Homme politique libéral américain.. "Exigez l'ordre financier ou acceptez l'esclavage !".. Jacques Rueff.. Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu' il y aurait une révolution avant demain matin.. Henry Ford, industriel.. "Quelque innombrables que soient les fléaux qui causent d'ordinaire la décadence des royaumes, des principautés et des républiques, les quatre suivantes sont néanmoins à mon sens les plus redoutables : la discorde, la mortalité, la stérilité de la terre et la dépréciation de la monnaie.. Les trois premiers de ces fléaux sont si évidents que personne ne les ignore, mais le quatrième, concernant la monnaie, n'est admis que par peu de gens, par les esprits les plus ouverts, car il ne ruine pas les Etats de façon violente et d'un seul coup, mais peu à peu et d'une manière presque insensible.. Nicolas Copernic (1526).. La monnaie c'est un peu comme la tectonique des plaques.. Ce sont des mouvements souterrains, invisibles et dont les effets s'étalent sur de longues périodes (enfin pour la tectonique des monnaies c'est seulement une dizaine d'années pas des milliers.. Cela façonne le paysage économique et social de façon déterminante mais sans que ce soit la préoccupation quotidienne de beaucoup de personnes.. Et puis il se produit cycliquement des tremblements de terre dévastateurs.. Mais la comparaison s'arrête là.. La tectonique des plaques n'est pas une fatalité en politique monétaire.. L'existence de plaques rigides aux frictions destructrices, ce n'est pas la faute à pas de chance.. A la place des plaques de roches dures, il devrait y avoir de la bonne terre meuble dont les contours s'adaptent en permanence et progressivement aux changements d'objectifs de millions de personnes libres.. A la place d'une poignée d'experts qui calculent une quantité optimale de monnaie et planifient pour des pays entiers l'évolution du stock de monnaie ou de crédit, il devrait y avoir des millions de personnes libres choisissant, dans un cadre législatif simple et juste.. A la place de banques assurées sans limite par l'Etat (donc par les contribuables) en cas de grosses bêtises- et disposant du privilège stupéfiant de créer de la monnaie ex-nihilo (sous forme de crédit), il devrait y avoir des banques libres en vraie concurrence entre elles et soumises aux mêmes contraintes que les autres entreprises privées.. Les géologues libéraux de l'Ecole Autrichienne sont malheureusement bien seuls pour défendre une écorce monétaire apaisée, on trouve plutôt des savants fous qui à coups de dynamites ou de bombes à fusion lente tentent encore et encore construire un paysage économique parfait.. Ca ne marche jamais mais bon, reste pour eux le sentiment de la puissance de contrôler les détonateurs.. Tant pis pour personnes libres qui entreprennent sur ces terrains minés et incertains.. La monnaie.. Les gentils et les méchants.. Cette situation désastreuse est le résultat d'une guerre idéologique entre ceux que nous appellerons, au risque de perdre un chouia de crédibilité scientifique, les gentils et les méchants.. Les gentils sont en faveur d'une monnaie saine, c'est-à-dire non diluée selon le bon vouloir d'un monarque ou d'un Etat.. Ils refusent aussi que les banques puissent créer de la monnaie ex-nihilo sous forme de crédit tout en étant de surcroît protégées par le parapluie de la banque centrale.. Ils défendent donc une monnaie libre -ou basée sur l'or- et des banques libres -ou contraintes d'avoir 100% de réserve-.. Les méchants défendent une monnaie diluée à leur profit.. Qu'ils soient Etatistes ou Banquiers, les méchants veulent pouvoir s'accaparer discrètement une partie de la richesse créée par la veuve, l'orphelin ou l'entrepreneur courageux.. C'est leur côté méchant.. Ils sont épaulés par des faux gentils, des économistes modélisant la société en trois équations et prétendant planifier la quantité de monnaie optimale grâce à leurs géniales intuitions.. A la Renaissance, les gentils se sont d'abord opposés aux monarques qui diminuaient la quantité de métal précieux dans les pièces.. Au XIX ème, les gentils se sont opposés aux partisans des banques privés émettant du crédit sortant de nulle part avec la complicité de la banque centrale.. Malheureusement, le XX ème siècle a été une longue descente aux enfers d'un point de vue monétaire, entrecoupée par de.. s méchants coups fourches.. -des crises économiques violentes-.. Mais comme dirait un conservateur qui avait oublié d'être bête : "Les gentils ont perdu une (des) batailles.. Ils n'ont pas perdu la guerre".. "De plus la découverte graduelle par les autorités de l'immense pouvoir des banques à créer de l'argent explique pourquoi, dans la plupart des cas, les gouvernements se sont rendus complices des fraudes bancaires, accordant des privilèges aux banquiers, en échange d'une partie directe ou indire.. cte de leur énormes profits.. Huerta de Soto -.. Money, Bank Credit and Economic Cycles.. "Ce n'est qu'une question de temps.. L'Amérique du Nord et l'Europe atteindront également un point de non-retour, car leurs économies reposent sur une monnaie forcée.. Ce jour là, il n'y aura plus personne pour poursuivre le triste jeu alternant endettement et inflation.. L'économie occidentale sera soit complètement sous l'emprise de l'État, comme cela fut le cas sous le national-socialisme, soit ce sera l'hyperinflation.. Ce m.. oment-là n'est peut-être éloigné que de quelques années,.. peut-être de quelques décennies.. Il peut être repoussé dans le temps par une union monétaire entre le dollar et l'euro (et le yen ?).. Mais cela ne change rien, à la fin du parcours, c'est soit le socialisme, soit l'hyperinflation.. Seules des réformes radicales en faveur du marché peuvent nous sauver - dans les termes de Rothbard : retour à une monnaie marchandise comme l'or sur un marché monétaire libre et retrait total de l'État du système monétaire.. J.. G.. Hulsmann -.. Epilogue de "Etat, qu'as-tu fait de notre monnaie ?".. En matière de monnaie et de banques, le duel au somment n'est pas un duel mais un tri-el.. Sur une musique lancinante, on peut distinguer deux cow-boys libéraux et un cow-boy interventionniste.. Le bon.. Libéral.. L'école autrichienne bien sûr.. (Rothbard, Hayek, Mises).. Pour elle, la monnaie est une marchandise ayant émergée spontanément.. Les personnes libres sont les seules capables de produire et de maintenir une monnaie saine -qui se trouve être souvent basée sur l'or-.. Les banques centrales, leur planche à billet et le rôle de prêteur en dernier ressort étant des machines à bulles et à crash économiques.. La brute.. L'école de Chicago.. (Milton Friedman).. Les monétaristes défendent une augmentation de la masse monétaire limitée mais bâtissent leurs théories sur les mêmes fondations théoriques (bancales) que les Keynésiens et font confiance à une banque centrale pour être sage avec la planche à billet et avec les taux d'intérêts.. Ils sont gentils, les monétaristes.. Pas vraiment des brutes finalement, plutôt des bisounours.. Le Truand.. Etatiste.. Ecole Keynésienne.. (Keynes).. Brillant, excentrique, élitiste, homosexuel, Keynes avait déjà tout pour séduire l'intelligentsia et choquer les bourgeois.. Malheureusement pour la prospérité, il a aussi fait des traités d'économie.. Avec des gros agrégats bien gras et des vieux concepts mal réchauffés, il a démontré que les bourgeois économes, en plus d'être des ploucs coincés, étaient des nuisances pour la prospérité.. Et que le meilleur moyen de faire fondre les économies de ces épargnants avares, c'était la planche à billet confiée à l'intuition et au bon vouloir des Etatistes.. Très curieusement, le keynésianisme a tout de suite eu beaucoup de succès chez les étatistes.. Pour l'instant c'est surtout la brute et le truand qui échangent des coups de feu.. Le bon, qui a le soleil médiatique contre lui, économise ses munitions.. La crise de 2008, 2009 pourrait bien être le gros nuage permettant enfin d'ajuster ses tirs.. OuiiiinIiiiinnnIiinnnnIiiiiinnnn ting tititing.. La monnaie marchandise.. Pour les libéraux de l'école autrichienne, la monnaie n'est pas un signe mais une marchandise de même nature que les autres biens (savonnette, Cognac, chaussures).. Qu'elle soit sous la forme de pièce d'or -ou d'un autre métal- ou de billets certifiant de la présence d'une certaine quantité d'or dans le coffre d'une banque, la nature de la monnaie saine n'est pas différente des autres biens.. C'est-à-dire qu'elle peut être analysée économiquement avec les mêmes outils conceptuels que les autres biens (offre, demande, unité marginale, subjectivité).. Il n'est pas nécessaire de développer de nouvelles théories holistes pour en comprendre l'influence.. C'est-à-dire qu'elle doit obéir aux mêmes règles de droit que les autres biens : elle ne peut pas être prêtée à deux personnes à la fois en même temps, elle ne peut pas être créée ex-nihilo; les contrats impliquant sa livraison immédiatement sur demande doivent être respectés sous peine de sanctions et nul ne doit être obligé de l'accepter dans une transaction.. C'est-à-dire que pas plus que les autres biens, elle n'a besoin de planification, de dirigisme ou d'expert en futurologie s'interrogeant gravement sur sa quantité optimale selon les besoins mal estimés de la société.. La spécificité de la monnaie est d'être une marchandise d'abord désirée parce qu'elle peut être facilement échangeable.. Cela n'en fait pas une entité extra-terrestre.. Malheureusement les Etats et les banquiers ont tout de même expédié la monnaie vers un trou noir.. Et nous avec.. "Les funestes erreurs charriées par les idées populaires sur la monnaie, et qui ont fait se fourvoyer les politiques monétaires d'à peu près tous les gouvernements, auraient difficilement pu se produire si beaucoup d'économistes n'avaient eux-mêmes commis de grosses méprises en traitant des problèmes monétaires, et ne s'y cramponnaient obstinément.. Ludwing Von Mises -.. "/.. nous avons découvert une vérité très importante : la monnaie est une marchandise.. Apprendre cette leçon simple est l une des tâches les plus importantes qui soient.. Bien souvent, on parle de la monnaie comme si c était plus que cela ou moins.. Mais la monnaie n est pas une unité de compte abstraite, différente d un bien ; ni un jeton inutile qui ne servirait qu aux échanges ; ce n est pas une créance sur la société ; ni une garantie ou un niveau de prix stable.. C est une simple marchandise.. Elle diffère des autres biens parce qu elle est recherchée principalement pour son rôle de moyen d échange.. Mais, sinon, c est une marchandise et, comme toutes les marchandises, il en existe un certain stock, elle est demandée par des gens désirant l acheter, la conserver etc.. Murray Rothbard -.. Etat, qu'as tu fait de notre monnaie ?.. L'une des lignes de fracture de beaucoup de débats sur la monnaie se situe entre les nominalistes et les réalistes.. Pour les nominalistes, la monnaie est avant tout un signe.. Un signe qui inspire assez confiance pour être accepté en échange de biens ou de services.. Aujourd'hui la monnaie signe est très appréciée :.. -d'une part par certains sociologues parce que un signe est une convention sociale, et une convention sociale c'est un truc de sociologues pas d'économistes qui ne comprennent rien à la société.. -d'autre part par les étatistes parce que si la monnaie c'est un signe créé par l'Etat on peut le changer en fonction de l'intérêt général ou en tous cas pour favoriser ses clientèles électorales ce qui est déjà très bien.. Pour les réalistes (Turgot, Cantillon, les partisans de l'Etalon-or, l'école autrichienne) la monnaie est une marchandise (presque) comme une autre.. Du temps des pièces en métal, un signe permettait à l'Etatiste du moment -un roi ou un empereur- de flatter son égo en mettant son profil.. Pour le public il permettait de connaitre la présence d'une quantité de métaux précieux dans la pièce.. La valeur de la pièce venait donc bien de la qualité de la marchandise dont elle était faite.. De même les premiers billets étaient là pour certifier de la présence d'une certaine quantité d'or dans un coffre.. Dès qu'il l'a pu, l'Etat s'est dépêché de voler l'or des coffres tout en continuant d'imprimer des billets.. Cette petite pratique n'aurait pas eu beaucoup d'avenir chez les personnes libres.. Ils auraient refusé d'utiliser cette monnaie de singe, pardon cette monnaie-signe.. L'Etat a donc imposé un monopole sur sa monnaie-signe et l'a rendue obligatoire comme moyen d'échange.. (Vous ne pouvez pas signer des contrats en d'autres monnaies que la monnaie officielle.. C'est d'ailleurs un peu l'angle mort des nominalistes, si la monnaie est un signe, une convention sociale parmi d'autres, le symbole irrésistiblement accepté de la toute puissance de l'Etat, pourquoi faut-il que ce dernier soit obligé d'imposer l'usage.. de ses billets (monopole d'émission, obligation d'utiliser la monnaie officielle dans les contrats.. ) ?.. Vous pouvez faire l'essai vous-même.. Avec un pièce en or datant de 150 ans, vous pouvez aller à New York ou à Rio, à Moscou ou à Beijing, dans des boutiques où personne ne parle votre langue, vous trouverez tout de même quelqu'un qui acceptera librement de vous l'échanger contre des biens ou des services.. Essayez de faire la même chose avec un billet de 100 francs vieux de 10 ans, maintenant que l'Eta.. t Français ne force pas 60 millions de citoyens à l'accepter comme moyen de paiement, vous risquez d'être déçu.. Un signe qui a besoin d'un fu.. sil ou d'une matraque bien réelle.. pour être acceptée et les Etatistes comme les sociologues qui oublient pudiquement ce détail pour gloser sur la puissance des signes immatériels de l'Etat ou les conventions sociales à l'origine de la monnaie signe.. Le troc.. L'échange libre, qu'il soit culturel, sentimental, économique ou divers est donc une bonne chose pour les personnes libres.. Cela étant, autant les échanges amoureux se pratiquent (en général) deux par deux, autant les échanges commerciaux se pratiquent (en général) en groupe.. Et là ça pose un problème.. Le troc, la forme la plus spontané de l'échange, c'est compliqué en groupe.. En effet, je suis cordonnier, j'ai besoin de pain mais malheureusement, le boulanger n'a pas besoin de mes chaussures.. Par contre il a besoin de vin alors que le viticulteur a besoin de chaussures.. Bien sûr le boulanger peut d'abord échanger son pain contre mes chaussures, puis immédiatement ré échanger les chaussures contre du vin.. C'est faisable, mais ça devient vite compliqué.. Imaginez le nombre d'échanges qu'il faudrait pour acheter une voiture ou une maison (et les trucs à stocker dans votre garage.. Heureusement nos ancêtres ont inventé un truc très utile sans jamais avoir lu un traité de politique économique : la monnaie.. Alors imaginez un professeur d économie qui cherche un éleveur de volaille prêt à lui vendre des oeufs contre quelques leçons d économie ! Sous un régime d'échanges directs, il est clair qu aucune économie civilisée n est possible.. Mais, par une suite d'essais et d'erreurs, l'homme a découvert le mécanisme qui permet une véritable expansion de l économie : l échange indirect.. Dans un échange indirect, vous vendez votre produit, non pas contre un bien dont vous avez besoin immédiatement, mais contre un autre bien que vous vendrez, plus tard, contre celui dont vous avez envie.. À première vue, il semble qu un tel détour complique les choses.. Pourtant, seule cette opération extraordinaire permet le développement de la civilisation.. Murray Rothbard - "Etat, qu'as-tu fait de notre monnaie ?".. Pièce de Crésus.. Toute marchandise acceptée non pour son usage propre mais parce qu'elle peut être acceptée facilement contre d'autres marchandises est une forme de monnaie.. Dès que les hommes ont compris que la division du travail permettait d'augmenter la prospérité, des monnaies sont apparues.. Dans l'antiquité, c'était souvent du bétail (pecus en latin qui a donné plus tard pécuniaire.. Mais c'est en Lydie, Asie Mineure, entre -500 et -600 que deux monarques ont fait une invention pleine d'avenir :.. Des petits disques fins en métal, gravés avec des symboles attestant de leur poids et de leur composition.. Alyattès (610-560 av.. -C.. ) et Crésus (560-546 av.. ) ont inventé et développé la pièce de monnaie qui continue d'alourdir nos poches 2508 ans après sa création.. (A l'époque, elles étaient en alliage à base d'or.. Or assez abondant au royaume de Crésus qui était traversé par un fleuve aux berges aurifères.. Ce fleuve s'appelait le "Pactole").. Injustice de l'histoire, des deux monarques, un seul est passé à la postérité.. Mais bon, on ne va pas non plus pleurer sur le sort de l'oublié.. Même s'il n'est pas célèbre pour une invention dont il est le co-auteur, Alyattès n'est pas pour autant à plaindre : il était riche comme Crésus.. Ca console.. La monnaie.. Plutôt que troquer une marchandise contre une autre, puis contre une autre, pourquoi ne pas utiliser une marchandise qui intéresse tout le monde et qui sert de pivot à tous les échanges ?.. La monnaie est donc une marchandise que tout le monde accepte, éventuellement pour son usage propre, mais surtout parce que justement tout le monde l'accepte.. Ce n'est bien sûr pas n'importe quelle marchandise.. La sélection pour trouver les marchandises faisant office de monnaie a été impitoyable.. D'abord, il faut qu'elle ait un prix comme simple marchandise, sinon au tout premier échange personne n'en voudrait contre une autre marchandise.. A ce niveau là, un œuf ou de l'or répondent à ce critère.. Pour faire un gâteau ou un bijou, ces deux marchandises ont déjà un prix grâce l'usage que l'on peut en faire avant même d'être une monnaie.. Ensuite la monnaie doit être facilement divisible.. Un œuf ne pourrait pas faire l'affaire, parce qu'un demi-œuf c'est tout de suite plus compliqué à transporter.. Par contre, un gramme d'or, ça se divise très bien en deux demi-grammes.. Elle doit aussi être rare.. Oui parce que si elle n'est pas assez rare, il en faut très vite de grosses quantités ce qui rend le transport et le stockage compliqués.. Là encore, les œufs ne sont pas adaptés, il y en a tellement que le prix d'un bœuf en œufs demanderait le poids en oeufs de deux boeufs.. Avec l'or par contre, on peut acheter un œuf et un bœuf avec un grain qui tient dans la main.. C'est durable.. Inutile de préciser que des bijoux en or ont traversé les siècles pour arriver dans nos musées, tandis que même un collectionneur d'art moderne hésiterait à acheter ce qu'il reste d'une omelette new-yorkaise des années 70.. Ca brille.. Bon ça c'est optionnel, mais il faut mieux que cela soit quelque chose que tout le monde a envie d'avoir.. Si un chanteur belge (très) talentueux n'a pas proposé de couvrir le corps de son aimée d'œuf et de lumière, il y a une raison.. A l'issue de cette confrontation, les hommes au début de l'histoire ont préféré utiliser l'or -ou en tous cas un métal- plutôt que les œufs comme moyen d'échange.. Quelle bonne idée ! Quelle dommage que les bac +14 qui nous servent d'autorité monétaire ne se soient pas inspirés de ces bac-3000 !.. "La vérité la plus importante sur la monnaie émerge maintenant de notre discussion : la monnaie est une marchandise.. Apprendre cette simple leçon est l'une des taches les plus importantes du monde.. La monnaie n'est pas une unité de compte abstraite, séparable d'un bien concret; ce n'est pas un jeton inutile mais un bien pour l'échange; ce n'est pas une créance sur la société, ce n'est pas une garantie de prix fixe.. C'est simplement une marchandise.. La monnaie et le gouvernement.. La monnaie n'est pas le produit d'un accord entre les hommes ou le produit d'actes législatifs.. Personne n'a inventé la monnaie.. Au fur et à mesure que les hommes devinrent conscients de leurs intérêt économiques, partout ils ont appris qu'échanger des marchandises peu échangeables contre des marchandises davantage échangeables les approchaient de leurs propres objectifs économiques.. Carl Menger - Principes d'économie.. Les pièces en métal ne sont pas les seules formes qu'ont prises les premières monnaies.. Les cigarettes dans les camps de prisonniers.. Les billes dans les cours d'école.. Les coquillages sur certaines îles du pacifique.. Ces apparitions spontanées montrent que contrairement à ce que ce gros vaniteux d'Etat prétend, la monnaie apparaît et existe sans son intervention.. La monnaie n'est pas une création étatique, c'est une création spontanée entre personnes libres pour faciliter l'échange.. C'est une invention phénoménale qui a contribué à faciliter les échanges, donc à faciliter la division du travail, donc la prospérité générale.. C'est aussi un moyen de voler en tout discrétion simultanément des millions de personnes.. Voler en toute discrétion des millions de personnes Ca fait rêver.. Tiens au fait pourquoi les Etats se sont-ils appropriés le monopole de la monnaie ? En la décorélant de l'or de surcroît, pour n'utiliser que du papier au coût de production négligeable ?.. Sans doute pour notre bien.. Le prix de la monnaie.. La monnaie permet donc d'avoir un prix lors de chaque échange.. Oui, mais quel est le prix de la monnaie ?.. He bien, tout comme le prix des marchandises s'exprime en monnaie, le prix de la monnaie s'exprime à travers le faisceau d'une quantité de toutes les autres marchandises.. Le boulanger paie une baguette pour acheter 1 euro.. Le supermarché paie un pack de bière pour acheter 6 euros.. Un propriétaire vous achète 600 euros en payant l'usage d'un appartement pendant 1 mois.. Et comme toutes les marchandises, le prix de la monnaie n'a donc pas de raison d'être stable -même si l'offre de monnaie (c'est-à-dire le stock de monnaie) est stable.. Le prix de la monnaie varie en fonction de la demande.. Chaque personne peut souhaiter avoir ses biens matériels sous forme de monnaie ou plutôt les avoir sous forme de maisons, voitures, livres ou usines.. Une monnaie doit être saine -c'est-à-dire non diluée par la planche à billets de la banque centrale ou la planche à crédits des banques- , mais ne doit pas (et ne peut) être figée.. Des charlatans étatistes promettent une monnaie adaptée à la croissance alors qu'ils ne peuvent produire qu'une monnaie en perpétuelle dilution.. Cette dilution n'adapte en rien la quantité de monnaie, elle rajoute simplement une couche d'instabilité.. "Avec l'univers réel de l'agir et du changement incessant, avec le système économique qui ne peut être rigide, ne sont compatibles ni la neutralité de la monnaie, ni la stabilité de son pouvoir d'achat.. Un monde du genre que postulent les exigences absolues d'une monnaie neutre ou une monnaie stable, serait un monde sans action.. Il n'est par conséquent ni étrange ni mauvais que, dans le cadre d'un monde ainsi changeant, la monnaie ne soit ni neutre ni stable en pouvoir d'achat.. Tous les plans pour rendre la monnaie neutre et stable sont contradictoires.. La monnaie est un élément d'action et par conséquent de changement.. Les changements dans la relation monétaire, c'est-à-dire dans la relation entre la demande de monnaie et les quantités disponibles de monnaie, affectent le taux d'échange entre la monnaie d'une part, et les choses vendables de l'autre.. Ces changements n'affectent pas dans le même temps et dans la même proportion les prix des diverses marchandises et divers services.. Contrairement aux apparences, la monnaie n'est pas un étalon de mesure comme le mètre ou le litre.. La monnaie est aux unités de mesure ce que la bière sans alcool est à la bière.. Ca a le goût et l'apparence d'une unité de mesure mais ce n'est pas une unité de mesure.. Le pouvoir d'achat de la monnaie n'est pas une unité de mesure fixée par convention à partir d'une définition objective et immuable (même si on peut définir la monnaie comme un certain poids de métal par exemple.. Le pouvoir d'achat lui n'est pas une unité de mesure fixée selon un critère objectif et immuable.. C'est une marchandise parmi d'autres dont le 'prix' est exprimé en chacune des autres marchandises.. Son prix fluctue (légèrement lorsque la monnaie est saine) en permanence suivant les besoins de la population en liquidités.. C'est surtout un instrument qui permet de faire une comparaison relative entre deux options : des tomates ou des bananes, du sucre en poudre ou du sucre en carreaux.. Mais cela ne permet en aucun cas de connaître une 'mesure' objective des tomates, des bananes ou du sucre.. N'en déplaise aux avares et aux nouveaux riches, l'argent n'est donc pas une valeur absolue au pouvoir d'achat fixe et immuable.. Ciel ! Un monde sans aucun point fixe, pas même l'argent.. C'est très angoissant pour les petites créatures à vie éphémère que nous sommes.. Y a-t-il encore de l'espoir ?.. Oui, le plaisir d'une petite bière fraîche (avec alcool) un après-midi de grand soif est une valeur absolue.. Les civilisations, les philosophies peuvent s'effondrer, le plaisir que vous aurez eu cet après-midi là en buvant cette bière là sera immuable et éternel, inscrit pour toujours dans l'espace-temps.. Ouf, ce petit vertige métaphysique étant passé (ce sont des accidents qui arrivent lorsque l'on tutoie en permanence les grandes idées), nous pouvons retourner au fil conducteur de ce manuel :.. Le libéralisme c'est bien.. C'est la faute aux étatistes.. L'offre de monnaie.. Comme pour d'autres marchandises, l'offre de monnaie (saine) et la demande de monnaie (saine) permettent de fixer le prix de la monnaie.. La demande de monnaie c'est très concrètement la quantité de monnaie (en liquide ou sur un compte en banque) dont chacun souhaite disposer parmi ses richesses.. La quantité de cash, de flouze, de pognon, de pèze, de brouzoufs dont on souhaite disposer.. La quantitée de monnaie donc.. Vous pouvez en effet conserver vos richesses sous forme de flouze, pardon de monnaie, ou sous forme de maisons, d'actions, de bijoux.. Un avare ou un prudent souhaitera avoir une grande quantité de monnaie sous son matelas pour faire face à l'imprévu, un investisseur préfèrera garder un peu de monnaie et avoir le reste de ses richesses sous forme d'investissement dans une usine.. Un bon vivant gardera un peu de monnaie et aura le reste de ses richesses sous forme de bon vin et de beaux vêtements.. Toutes ces décisions individuelles additionnées provoqueront une demande de monnaie plus ou moins grande par rapport à la quantité de biens (usines, pantalons, bon vin) à acheter.. Si la demande de monnaie diminue, cela signifie que davantage de gens cherchent à se débarrasser de leur monnaie pour acheter certains biens, et le prix de ces biens -davantage recherchés- augmentera relativement à la monnaie.. A contrario, si davantage de personnes cherchent à posséder de la monnaie en vendant ou en n'achetant pas de biens, le prix de ces biens -moins recherchés- diminuera.. Bref on reconnaît sans trop de peine les mécanismes habituels de l'économie libre : offre, demande et la subjectivité des acteurs (le radin, l'investisseur ou le consommateur).. Ce sont donc des mécanismes qui n'ont pas d'autres origines que des décisions individuelles libres et respectables (à défaut d'être rationnelles).. Décisions individuelles libres qui échappent complètement aux radars des grandeurs macroscopiques et leurs moulinettes mathématiques déterministes.. "Toutes les marchandises deviennent plus chères lorsqu'elles sont très demandées, et la monnaie qui peut être vendue, troquée ou échangée est une marchandise.. Par conséquent, la monnaie devient elle aussi plus chère lorsqu'elle est très demandée ou que l'offre est faible.. Azpilcueta - "Comentario resolutoio de usuras" - 1556.. "Celui qui possède plus de monnaie à sa disposition qu'il ne pense nécessaire à ses besoins achètera, afin de se débarrasser du stock superflu de monnaie qui est entre ses mains.. S'il est un entrepreneur, il pourra par exemple agrandir ses affaires.. Si cet usage de monnaie n'est pas ouvert à lui, il pourra acheter des valeurs rapportant des intérêts ; ou il pourra décider d'acheter des biens de consommation.. Mais, dans tous les cas, il exprime par un comportement approprié sur le marché le fait qu'il considère sa réserve de pouvoir d'achat comme trop grande.. Et celui dont la demande de monnaie est moindre que son stock se comportera d'une manière exactement contraire.. Si un stock individuel de monnaie diminue (sa propriété ou son revenu restant les mêmes), alors il prendra des mesures pour atteindre le niveau désiré de réserves de pouvoir d'achat par un comportement adéquat en effectuant ses ventes et ses achats.. Théorie du crédit et de la monnaie.. - 1912.. Les survivants d'un terrible naufrage s'échouent sur une île déserte.. Ils ont toutefois beaucoup de chance.. L'île regorge de vaches, de patates et de vignes.. Au départ, les 100 naufragés de l'île "SteakFrites" se nourrissent exclusivement de steaks.. (Les frites et le Beaujolais n'existent pas encore dans la première saison de cette série.. La monnaie locale est basée sur un stock de 1000 trombonnes, le seul bien que les naufragés ont pu sauver du désastre.. Le prix des steaks est donc exprimé en trombonnes.. 100 gr de bonne viande rouge font environ 3 trombonnes.. Naturellement ce prix peut évoluer suivant la production de steak ou la demande.. Mais même si la production et la demande de steak sont stables, le prix d'un steak exprimé en trombonnes peut varier.. Il peut varier à cause des trombonnes eux-mêmes.. En effet s'il y a davantage de trombonnes pour une même quantité de steaks, le prix des steaks augmentent.. L'augmentation du nombre de trombonnes fait diminuer le pouvoir d'achat de chaque trombonne et il faut donc davantage de trombonnes pour acheter un steak.. C'est l'inflation.. Acontrario, s'il y a moins de trombonnes pour une même quantité de steaks, le prix des steaks en trombonnes diminue.. La diminution du nombre de trombonnes fait augmenter le pouvoir d'achat de chaque trombonne et il faut donc moins de trombonnes pour acheter un steak.. C'est la déflation.. L'île est pour l'instant à l'abri d'une augmentation du nombre de trombonnes, c'est déjà un miracle qu'une caisse ait pu flotter jusqu'à la plage.. Par contre, le nombre de trombonnes en circulation peut diminuer.. Certains naufragés les cachent pour, par exemple, s'assurer contre les mauvais jours.. Ces fluctuations des prix dues à la quantité de trombonnes cachés sont naturelles dans une économie libre.. Les personnes libres préfèrent avoir plus ou moins de monnaie en réserve et plus ou moins de trombonnes à dépenser immédiatement.. C'est parfaitement légitime.. Ces fluctuations sont en général de faible amplitude.. Malheureusement certains économistes (et les étatistes flairant la bonne affaire) ont désigné ces variations comme la source de tous les maux monétaires et l'Etat comme la solution miracle à ce qui n'est pas un problème.. La quantité optimale.. La quantité totale de monnaie disponible est donc déterminante pour déterminer les prix de tous les biens qui s'expriment dans cette monnaie.. Celui qui contrôle cette quantité a donc un pouvoir considérable sur la société.. Il a un levier important sur les prix de tous les biens exprimés en monnaie : les salaires, les voitures, la baguette, les médicaments.. Un tel levier a évidemment attiré beaucoup de convoitises.. D'abord des vrais malhonnêtes : les souverains belliqueux, les faux-monayeurs, les Etats en faillite et certains banquiers qui y ont vu un moyen sympa de gagner de l'argent sans effort et discrètement.. Mais il y a aussi tous les docteurs étatistes, experts en planification et en contrôle de l'économie qui ont vu dans la monnaie l'instrument idéal pour toutes leurs expérimentations.. Pour ces docteurs Folamour, si la quantité de monnaie est limitée par un métal (l'or par exemple), nous courrons à la catastrophe.. Lorsque la population augmente ou si la population souhaite disposer de davantage de monnaie dans ses richesses, il risque d'y avoir une raréfaction de la monnaie (trop de gens gardent la monnaie, il n'en reste plus pour échanger) et/ou une baisse des prix généralisée désorganisant la production.. Et la solution pour les inflationnistes, c'est d'augmenter en permanence la monnaie grâce aux banques ou à l'Etat.. L'inflation.. Pour les partisans de la monnaie saine (qui sont de plus, rappellons-le, les gentils), ces problèmes sont de faux problèmes -ce qui compte ce n'est pas la quantité de monnaie, mais son pouvoir d'achat et sa stabilité-, et les solutions proposées par les inflationnistes sont des expérimentations hasardeuses qui entrainent des vraies catastrophes (genre crise économique mondiale, bulle financière).. "La solennité prétentieuse qu'affectent les statisticiens et les bureaux de statistique en calculant des indices de pouvoir d'achat et de coût de la vie est déplacée.. Ces indices chiffrés sont au mieux des figurations grossières et inexactes de changements intervenus.. Dans les périodes où la relation entre l'offre et la demande de monnaie ne se modifie que lentement, ces indices ne fournissent pas d'information du tout.. Dans les périodes d'inflation et par conséquent de changements marqués des prix, ils fournissent une image fruste d'événements que chaque individu ressent dans sa vie quotidienne.. Une ménagère avisée sait bien plus de choses sur les variations de prix qui affectent son foyer que les moyennes statistiques n'en peuvent dire.. Elle n'a que faire de calculs qui ne tiennent pas compte de la qualité, ni de la quantité, des biens qu'il lui est possible, ou permis, d'acheter aux prix retenus pour calculer l'indice.. Si elle mesure les changements pour son appréciation personnelle, en prenant pour référence les prix de deux ou trois denrées seulement, elle n'est ni moins scientifique ni plus arbitraire que les mathématiciens raffinés lorsqu'ils choisissent leur méthode de manipulation des données du marché.. Sur l'île de Steak-Frite, les naufragés ont de la chance : un avare fait partie des survivants.. L'avare n'est pas un voleur, c'est un avare.. C'est-à-dire qu'il va travailler dans un champ de frites, de steaks ou de vin tout en restreignant sa consommation de frites, de steak ou de vin.. Les trombonnes qu'il va recevoir en échange de son travail vont être gardés précieusement dans une petite cachette (qui se trouve à 52 pas en s'éloignant du gros rocher désigné tous les jours à midi pile par l'ombre du Pic du singe moqueur.. En diminuant la masse trombonotaire de l'île Steak-Frite, l'avare va donc augmenter le pouvoir d'achat de tous les autres trombonnes dans les poches de ses compagnons d'infortune.. Très concrètement, il aura produit pour les autres des frites ou des vaches, mais n'en aura pas consommé lui-même, c'est tout bénéfice pour les autres.. Il n'a volé personne.. Il n'a forcé personne, il a simplement échangé librement son travail contre des trombonnes qui lui ont été librement donnés.. Il a ensuite choisi librement de conserver ses trombonnes au lieu de les échanger à nouveau.. Et si la pensée d'avoir beaucoup de trombonnes a plus de valeur ou lui donne plus de plaisir qu'un bon steak frite, c'est non seulement moral, mais c'est en plus rationnel.. (et un peu triste.. Les avares rationnels travaillent et se privent de steak et de frites pour que les bons vivants en aient davantage.. Et en plus ils sont contents : ils ont plein de trombonnes.. Les bons vivants travaillent puis dépensent leurs trombonnes en steaks et en frites pour que les avares en aient davantage Et en plus ils sont contents, ils ont pleins de steaks et de frites.. Ce n'est pas beau le marché libre avec une monnaie saine ?.. La monnaie est une marchandise particulière, l'augmentation de son stock total ne créé aucune richesse supplémentaire.. Si durant une nuit, une ange généreux mais pas très bon en économie doublait la quantité de monnaie de tous les hommes, en se réveillant le matin, les hommes ne seraient pas devenus deux fois plus riches.. Ils auraient certes deux fois plus de monnaie, mais la quantité de biens à acheter serait, elle, restée identique.. Avec davantage de monnaie pour une quantité de biens identiques, aucune nouvelle richesse n'est créée.. Simplement chaque unité de monnaie a désormais un pouvoir d'achat plus faible.. Augmenter le stock de monnaie disponible, cela s'appelle l'inflation.. Et l'une des conséquences de l'inflation, c'est une hausse des prix généralisée.. Et c'est rarement les anges qui augmentent le stock de monnaie, mais plutôt des voleurs, des rois, des gouvernements ou des banquiers.. Une monnaie dont le stock n'augmente qu'à la marge -par exemple par l'extraction de nouveau minerai précieux- est une monnaie saine.. L'or et l'argent répondent à cette définition (sauf lorsque l'on découvre un nouveau continent ce qui se produit rarement).. A contrario une monnaie dont le stock augmente au gré des malversations ou selon le bon vouloir des faux-monnayeurs, des rois, des gouvernements ou des banquiers est une monnaie malsaine.. "L'histoire de la politique monétaire étatique est [une suite] incessante de fraude et mensonge.. En fait, les Etats se sont montrés beaucoup plus immoraux que n'importe quelle agence privée fournissant de la monnaie n'aurait jamais pu l'être.. Hayek -.. The Fatal conceit.. "Ceci marque le début de ce qui est maintenant une symbiose traditionnelle entre les Etats et les banques /.. Les Etats et les banquiers ont très vite réalisé qu'en sacrifiant le principe traditionnel du dépôt, ils pourraient se lancer dans des activités très lucratives, même si un prêteur en dernier ressort -une banque centrale- était obligatoire pour fournir les liquidités nécessaires en temps de difficultés.. Malgré tout les conséquences sociales néfastes de ce privilège accordé exclusivement aux banquiers n'ont été clairement comprises que lorsque la théorie de la monnaie et du capital eurent fait des progrès suffisants et furent capables d'expliquer l'émergence de cycles économiques récurrents.. XIV ème siècle, les conquistadores ne reviennent pas du nouveau monde les mains vides : l'or et l'argent inondent l'Espagne puis le reste de l'Europe.. Et des esprits curieux constatent à partir du milieu du XVI ème siècle une hausse de prix importante, particulièrement en Espagne où le prix des biens doublent en 50 ans.. Martin de Azpilcueta Navarrus (1491-1586), ancien disciple de Vitoria de l'Ecole de Salamanque (he oui, encore), grand érudit de son temps et spécialiste du droit canon, est nommé par l'Empereur Charles V recteur de l'université de Coimbra.. Il n'y perdra pas son temps.. En 1556, dans un appendice d'un manuel de théologie morale, il pose les fondations de la première théorie monétaire -que l'on nommera plus tard théorie quantitative de la monnaie-.. Azpilcueta commence par fermement s'opposer aux théories du juste prix.. La monnaie n'est pas une mesure objective de la valeur des objets.. Il faut donc chercher ailleurs les variations générales de prix.. Le dominicain cherche et trouve : les variations de prix s'expliquent par la quantité de monnaie disponible face à la demande de monnaie.. Le pouvoir d'achat de la monnaie est inversement proportionnel à la quantité de monnaie en circulation.. Et ceci explique pourquoi.. nous voyons par expérience qu'en France, où la monnaie est plus rare qu'en Espagne, le pain, le vin, les vêtements et le travail coûtent beaucoup moins.. Et même en Espagne, dans les temps où la monnaie était plus rare, les biens et le travail valaient beaucoup moins cher qu'après  ...   auprès des grandes banques, en particulier des obligations d'Etat, mais aussi tout et n'importe quoi en cas de crise (actifs toxiques, actifs non-identifiés, actifs non-identifiés mais toxiques, actifs pas actifs du tout etc.. 3) Elles ont le rôle décisif de prêteur en dernier ressort, c'est-à-dire de venir en aide aux banques qui auraient du faire faillite dans un marché libre.. Et elles ont bien sûr leur rôle le plus connu : un monopole pour l'émission des billets et des pièces de monnaie.. "En résumé, la capacité des banques à créer de la monnaie ex-nihilo génère des fortunes que le banquier peut facilement s'approprier, du moment que ses clients lui gardent leur confiance.. Cette génération de fortunes se fait au détriment d'autres acteurs qui supportent individuellement une partie des dommages causés par l'activité du banquier.. Huerta de Soto - "Money, Bank Credit and Economic Cycles".. "Avec les opposants à l'étalon-or, [les pro-réserves fractionnaires] partagent la conviction que la monnaie est optimale avec une flexibilité selon son périmètre ou la demande.. Il n'y a pas plus grave erreur en théorie monétaire.. Aucune problématique n'est plus fondamentale.. La quantité de monnaie n'est pas corrélée aux bénéfices que l'on peut en tirer à long terme, comme à court terme.. Il n'est ni nécessaire, ni utile de l'ajuster selon les changements de son utilisation.. Il n'y en a pas besoin parce que cet ajustement peut être atteint par des changements de prix et en particulier de salaires.. Hulsmann - Free banking and the free banker.. Pour régler le problème des réserves fractionnaires, il y a trois solutions :.. Une bonne : interdire les réserves fractionnaires.. Les dépôts sont des vrais dépôts c'est-à-dire qu'ils sont déposés dans un coffre.. Ils continuent d'appartenir au déposant et ne sortent pas de la banque.. Une in.. termédiaire : les banques sont laissées libres d'avoir des réserves fractionnaires, mais elles n'ont aucun filet de sécurité de la part des Etats.. Sous la pression de leurs concurrentes et des clients ne voulant pas perdre leurs dépôts, elles sont sévèrement limitées dans leur expansion frauduleuse.. Et loin derrière, une très mauvaise : les banques sont autorisées, voire encouragées à utiliser les dépôts de leur client.. Pour éviter des faillites en chaîne, l'Etat -ou une institution para-étatique la banque centrale- couvre les banques pris au piège de leur propre expansion.. Cette couverture les incite à prendre encore plus de risques.. Entre les trois solutions, les Etats et les banques ont choisi pour nous celle qui les arrange le plus : la très mauvaise.. Et l'on a vu récemment encore, les chefs d'Etats garantir par des déclarations insistantes les dépôts des clients pour éviter la panique.. Des chefs d'Etat qui garantissent vos engagements parce que vous avez pris trop de risques par ailleurs.. C'est pas beau le métier de banquier ? Le petit entrepreneur de PME lorsqu'il prend des engagements, il doit les assumer sous peine de procès ou de faillite.. Pour les libéraux de l'école autrichienne, l'Etat n'a pas à aider des entreprises privées.. Les profits comme les pertes doivent rester privées.. Et si un secteur privé est structurellement dépendant de l'intervention régulière de l'Etat, la structure est sérieusement défectueuse.. La monnaie - Page 29.. La banque centrale 2.. La banque centrale, cette usine à gaz improbable, fixe donc le prix des taux, diffuse à gros bouillon de la fausse monnaie, octroie à certaines entreprises le privilège exorbitant de créer du faux crédit et puis les protège sans limite lorsqu'elles sont incapables de faire face à leurs engagements.. Ceci n'a rien à voir de près ou de loin avec le libéralisme, le marché libre ou la morale.. C'est du pur interventionnisme étatique matiné de scientisme hasardeux.. Et ce sont eux qui ont une influence déterminante sur la monnaie et le crédit.. Aaah je veux descendre.. "Au début du 20 ème, la plupart des entreprises et des industries étaient financées par leur propre revenus tandis que les banques et autres intermédiaires financiers ne jouaient qu'un rôle secondaire.. Aujourd'hui le paysage a été complètement inversé et la raison fondamentale de ce changement, c'est la monnaie fiduciaire.. La monnaie fiduciaire a causé une augmentation sans précédent de la dette à tous les niveaux : gouvernement, entreprises et individus.. A l'opposé de la sage banque d'Amsterdam, la banque d'Angleterre est fondée en 1694 avec pour objectifs quasiment explicites de voler le peuple.. Objectifs remplis au-delà de toute espérance.. A la fin du 17 ème siècle, le roi William règne sur une Angleterre exsangue à cause de la guerre civile.. Il n'y a plus du tout d'argent dans les coffres et lever de nouveaux impôts relancerait de plus belle la guerre civile.. En 1692, William Paterson -un banquier privé- intervient avec une idée originale et qui marche à tous les coups : créer de la monnaie ex-nihilo pour financer la dette.. En échange de privilèges de l'Etat il formera avec ses associés une banque qui imprimera des billets à volonté pour acheter la dette.. Cela ne s'appelle pas encore une banque centrale, mais cela y ressemble beaucoup.. Le roi trouve l'idée tellement géniale qu'en plus de donner les privilèges à Paterson, il deviendra personnellement actionnaire de la banque.. Elle commence très fort.. En juillet, elle émet 760 000 de billets avec seulement 36 000 dans ses coffres.. L'inflation explose et en 1697, c'est le premier" bank run".. La faillite est inévitable.. Heureusement le gouvernement intervient, autorise la banque à suspendre ses paiements tout en forçant ses créditeurs à lui rembourser l'argent.. Le début d'une belle tradition qui se poursuivra tout au long du siècle.. La banque d'Angleterre cumulera au fil des décennies de plus en plus de privilèges, devenant ainsi le précurseur et le mauvais exemple de toutes les futures banques centrales.. La banque centrale 3.. Dans une économie libérale, un puissant garde-fou empêche les industriels de faire de grosses bêtises : la faillite.. Si les dirigeants d'une entreprise prennent trop de risques, leur entreprise a de bonnes chances de faire faillite.. Et même si elle ne fait pas faillite, la fuite préventive des clients de l'entreprise suffit à rendre sages les dirigeants les plus cupides.. Avec son rôle de prêteur en dernier ressort, la banque centrale débranche pour les banques ce régulateur ultrapuissant.. Elles peuvent prendre désormais des risques importants, les petits épargnants ne vérifient pas les investissements de leur banque et les dirigeants sont surtout préoccupés des bénéfices maximum.. En effet, tout le monde sait qu'en cas d'investissements trop risqués, la banque centrale interviendra pour sauver la grande banque.. Si les banques pouvaient faire faillite comme toutes les autres entreprises, les petits épargnants vérifieraient à deux fois avant de confier leur dépôt à ces banques.. et leurs dirigeants vérifieraient à deux fois avant d'acheter des actifs toxiques qu'ils sont incapables d'évaluer.. La régulation libérale -la faillite- est un garde-fou qui nous protège largement des voitures dangeureuses, des avions mal conçus, des yaourts empoisonnés.. malheureusement elle ne nous protège plus des banques folles.. La banque centrale veille à ce que les banquiers incompétents soient indéboulonnables (et riches).. Au lieu de verser des larmes de crocodiles sur la finance sauvage et de rouler des mécaniques sur les futures réglementations, les étatistes feraient mieux de rebrancher ce qu'ils ont sciemment débranché pour les banques : la régulation libérale.. "En fait, comme nous l'avons vu, les banques ont désespérément souhaité une banque centrale, non pour placer des limites à leur propre désir d'expansion, mais au contraire, pour leur permettre de se développer et augmenter la masse monétaire sans risquer les pénalités d'une économie de marché.. Comme prêteur en dernier ressort, la banque centrale pourrait leur permettre de se développer quand elles auraient du contracter des prêts pour se sauvegarder.. En résumé, la vraie raison de la création de la Réserve féderale, et sa promotion par les grandes banques, est l'exact opposé de ses objectifs lourdement trompetés.. Plutôt que créer une institution pour réduire leurs propres profits dans l'intérêt général, les banques ont créé une banque centrale pour multiplier leur profits en leur permettant de se développer beaucoup plus loin que les limites fixées par une compétition dans un marché libre.. Les Ecossais, pourtant gros pourvoyeurs de mauvaises idées monétaires (Patterson comme John Law étaient écossais) n'ont pas suivi le chemin de la perfide albion.. L'Ecosse -nation très industrialisée au 18 ème et 19 ème siècles- a bénéficié d'une macroéconomie remarquable sans politique monétaire, sans banque centrale et sans aucune réglementation bancaire.. N'importe qui pouvait devenir banquier et émettre des billets.. Les clients pouvaient donc choisir les émetteurs de billets, et -incroyable- ils choisissaient les plus dignes de confiance.. Le résultat c'est que dans les territoires anglais en contact avec l'Ecosse, ce sont les billets écossais libres qui s'imposaient sur les billets anglais régulés par la banque centrale.. Aie, un peuple ingrat qui préfère des billets de banque privée plutôt que les billets service public anglais ! Il devenait urgent d'interdire les billets écossais sur le territoire anglais.. A l'approche de cette loi, les citoyens anglais signent une pétition en 1826 contre l'interdiction des billets Ecossais.. Le texte est sans appel :.. "[Nous n'avons jamais subi aucune perte -à une exception près- avec des billets écossais sur les 50 dernières années,] tandis que durant la même période les faillites des banques anglaises ont été nombreuses et ont occasionné des pertes ruineuses pour ceux qui ne pouvaient pas les supporter.. Stupéfiant : la liberté et le laisser-faire rendent le système bancaire plus stable, plus rassurant et plus satisfaisant que les monopoles, les privilèges et la réglementation étatique.. La monnaie - Page 31.. Les Etats et les grandes banques ont donc un intérêt commun : institutionnaliser la réserve fractionnaire.. Les Etats parce qu'ils ont toujours besoin de plus de crédit.. Les grandes banques, parce que prêter l'argent qui ne leur appartient pas est très lucratif.. On retrouve donc souvent à l'origine des banques centrales des banquiers ambitieux voulant éliminer la concurrence de nouvelles banques et profiter d'une protection sans limite de l'Etat.. Les crises structurelles dues aux réserves fractionnaires ont souvent été habilement utilisées non pour interdire ces dernières, mais pour justifier l'existence d'une banque centrale assurant la stabilité du système.. Ces banquiers ont pour alliés objectifs les étatistes pour qui un Etat chargé de réguler et d'organiser le marché est parfaitement cohérent avec leur idéal planificateur et dirigiste.. La production de monnaie et le marché du crédit sont un cas d'école de la collusion -entre intérêts privés et Etat- qui pend au nez des interventionnistes de tout poils.. "En fait, comme nous l'avons vu, les banques désirent désespérément une banque centrale, non pour placer des limites à leur tendance naturelle à l'inflation, mais au contraire pour leur permettre de se développer sans subir les contraintes d'un marché libre.. Comme prêteur en dernier ressort, les banques centrales leur permettaient et les encourageaient à s'étendre.. "Un banquier commence avec 25 000 $.. Il émet donc pour 250 000$ de crédit.. Il apporte ces certificats de crédit à la Federal Reserve Bank pour un rachat.. Il en tire environ 245 000 $ (la différence est le prix à payer pour un rachat).. Il peut utiliser ce montant comme réserve pour de nouveaux prêts.. Il peut ainsi étendre son crédit 10 fois, c'est à dire 2 450 000 $.. Oui, il récup.. ère 6% d'intérêt, soit 147 000$, annuellement.. Avec un capital de 25 000$.. Michel Virgil - The social problem.. On dit beaucoup de mal de la tradition culinaire britannique.. Ce n'est pourtant rien à côté de leur tradition monétaire.. En matière de grosses bêtises institutionnelles bancaires, ce sont donc les Anglais qui ont tiré les premiers.. Cela a aussi donné lieu à des polémiques d'une grande violence dans l'arène politique au XIX ème siècle.. Entre 1750 et 1850, l'Angleterre est victime de plusieurs phénomènes troublants : il y a des booms rapides suivis de récessions violentes, une forte inflation et une hémorragie de l'or vers le continent.. Deux écoles vont s'affronter par pamphlets interposés, invectives à la chambres des communes et luttes d'influence auprès du pouvoir : les gentils, la currency school et les méchants, la banking school.. Les gentils, la currency school donc, affirment que tous ces phénomènes bizarres ont une origine : des billets émis sans réserve en or par les banques britanniques.. Les méchants, la banking school, affirment au contraire que la réserve fractionnaire n'augmente pas la masse monétaire, que la hausse des prix est due uniquement aux guerres.. La production de monnaie doit s'adapter aux variations de la population.. La polémique est quasi permanente pendant plusieurs dizaines d'années.. Certains arguments volent assez bas, d'autres enrichissent considérablement les réflexions sur la monnaie et la banque.. Les gros intérêts privés n'ont aucun goût pour le marché libre.. Ils ont une position dominante qu'ils veulent conserver et que le libre choix des personnes libres menace à chaque instant.. Ils cherchent donc à obtenir des protections règlementaires pour freiner ou interdire l'arrivée de concurrents menaçant leur rente de situation.. Les étatistes sont les idiots utiles ou les complices cyniques de ces oligarchies.. en baptisant.. ces privilèges indus : "réguler le marché sauvage", "protéger le savoir -faire national", "s'opposer au laisser-faire", "défendre l'intérêt général".. Pour la monnaie comme pour le reste, le meilleur moyen de défendre l'intérêt général, ce n'est pas d'octroyer des privilèges aux oligarchies en place, mais de rédiger des lois garantissant les droits fondamentaux des personnes libres -liberté, sécurité, propriété- et de créer des tribunaux pour les faire respecter.. Des dizaines, des centaines de millions de personnes libres faisant valoir leur bon droit, c'est un rouleau compresseur contre les oligarchies, les rentes de situati.. on ou les "superprofits" infiniment plus puissant et plus durable que toutes les envolées lyriques anti-capitalistes des révolutionnaires en peau de lapin.. Mais bon, c'est vrai, cela prive les étatistes du plaisir de contrôler la société et de prétendre agir pour l'intérêt général.. On ne peut pas tout avoir.. "Cela n'était pas suffisant, qu'une nouvelle alliance étatiste soit formée entre les grosses entreprises et [des grands] intellectuels, ils devaient se mettre d'accord, proposer et défendre une ligne idéologique commune, une ligne qui persuaderait la majorité du public d'adopter ce nouveau programme et même de le souhaiter avec ferveur.. Cette ligne fut brillamment victorieuse et mensongère : les nouvelles mesures progressistes et les régulations seront nécessaires pour sauver l'intérêt public de la sinistre exploitation des grands monopoles privés.. [Mais] si cette politique était conçue pour mater et domestiquer les grosses entreprises rapaces, comme se fait-il que tant de responsables de ces grandes sociétés, tant de partenaires de Morgan, de Rockfeller, de Harrimans, ont mis une telle énergie à les promouvoir ?".. The case against the Fed.. Le premier round "Currency school vs Banking school" débute en 1800 à l'initiative de Walter Boyd,un banquier ruiné rendant responsable la banque d'Angleterre de son échec.. Il écrit un méchant pamphlet contre cette dernière "Une lettre pour William Pitt" où il l'accuse d'être responsable de l'inflation et de la dévaluation du Pound en inondant le pays avec des billets de banque.. L'un des grands profiteurs de l'inflation de la banque d'Angleterre est le banquier Francis Baring fondateur de la banque Baring Brothers (qui fera d'ailleurs une faillite retentissante 200 ans plus tard).. Baring prend donc sa plume pour répondre à Boyd.. Il affirme que l'inflation de billets ne cause pas l'augmentation des prix et qu'il ne faut y voir que les malheureuses conséquences des guerres.. Les rounds suivant seront aussi violents avec des poids lourds de la pensée économique prenant parti pour un camp ou pour l'autre.. Cela se terminera en 1844 avec le Peel act et une fausse victoire de la currency school (les gentils donc).. C'est une pseudo victoire car les partisans de la currency school ont fait deux erreurs majeures.. La première, stratégique, est qu'ils ont institué comme gardien de la vertu monétaire la banque d'Angleterre.. Protéger une monnaie saine par un monopole étatique.. , c'était nommer le loup berger de l'étable.. Les p.. artisans de la banking school, bons lobbyistes, n'ont pas tardé à détourner complètement l'esprit de l'institution.. L'émission de billets sans couverture, les réserves fractionnaires et les cycles ont continué de plus belle.. L'autre erreur de la currency school, théorique celle-là, est de ne s'être occupée que de l'inflation des billets, pas de l'inflation des dépôts.. Le Peel's act n'a donc absolument pas empêché la réserve fractionnaire de s'amplifier sur les dépôts et la monnaie scripturale.. Malheureusement, contrairement à la cuisine anglaise, la politique monétaire english s'est répandue à travers le monde : banque centrale monopolistique, réserve fractionnaire légalisée.. A côté de ça, le fish and chips et la jelly à la menthe ont l'air appétissants.. La monnaie - Page 33.. La banque centrale 4a.. La banque centrale, c'est donc une noble institution, symbole du libéralisme, avec des belles bâtisses à colonnes en marbre et des décideurs compétents aux cheveux blancs mettant en œuvre la politique monétaire dans l'intérêt général.. Rien n'est vrai dans cette phrase.. D'abord la banque centrale n'est pas noble.. C'est l'une des plus grosses associations de faux-monnayeurs de l'histoire de l'humanité.. Ensuite, les banques centrales n'ont pas de colonnes en marbre, mais plutôt des immenses immeubles avec des vitres fumées.. Il faut beaucoup de place pour loger des dizaines de milliers de bureaucrates planifiant la monnaie et le crédit.. Elle ne symbolise absolument pas le capitalisme et encore moins le libéralisme.. Le libéralisme c'est :.. - la propriété privée, ce que la banque centrale viole massivement en diluant la monnaie.. - la liberté, ce que la banque centrale et l'Etat violent massivement en interdisant d'utiliser l'or comme monnaie et en empêchant la création de banques libres.. - l'égalité en droits, ce que l'Etat et la banque centrale violent massivement en octroyant à certaines entreprises privées -et pas à d'autres- le droit de créer de la monnaie ex-nihilo.. - un marché libre, ce que la banque centrale viole massivement en fixant artificiellement les taux d'intérêt.. La Fed et les banques ne sont pas une solution au problème de l'inflation.. Elles sont le problème.. L'économie américaine a souffert d'une inflation chronique, ainsi que de bulles et récessions destructives parce que l'inflation a été inévitablement générée par la fed elle-même.. Ce rôle, en réalité, est l'objectif même de son existence : cartelliser les banques commerciales privées, et les aider à augmenter la masse monétaire et le crédit, injecter des réserves dans les banques, et les secourir lorsqu'elles sont en faillite.. "Comment une institution monstrueuse comme la banque centrale a pu apparaître et s'imposer dans le monde moderne ? Sans surprise, cette institution est apparue comme une escroquerie menée conjointement par un gouvernement au bord de la faillite et une clique de financiers corrumpus en Angleterre, à la fin de 17 ème siècle.. Mystery of Banking.. "La banque centrale, loin d'être issue un processus de coopération sociale spontanée, a émergé comme une conséquence inévitable de la réserve fractionnaire des banques privées.. Dans le contexte de la réserve fractionnaire, ce sont les banques privées elles-mêmes qui ont voulu un prêteur en dernier ressort pour les protéger lors des crises économiques cycliques et des récessions qu'un tel système provoque.. Huerta de Soto - ".. Money, Bank Credit and Economic Cycles".. La création de la banque fédérale américaine, ça ressemble un peu aux X-Files (sans Mulder ni Scully).. Dans un pays très attaché au fédéralisme comme les USA, la bataille pour imposer la monnaie fiduciaire et la banque centrale a été longue et malheureusement victorieuse en 1913.. La première tentative a lieu en 1791 par Robert Morris, un marchand d'armes trèèès influent de Philadelphie.. Il obtient du congrès -pour sa banque privée- le privilège d'émission de billets sur tout le pays.. Sa banque s'effondre tout de même, mais cette initiative marque le début de l'affrontement entre les partisans d'une monnaie saine (Jefferson et le parti démocrate Jacksonian) et les nationalistes protectionnistes hamiltoniens partisans de la monnaie fiduciaire et d'une banque centrale.. Au gré des alternances politiques, les partis au pouvoir feront ou déferont la banque centrale (1830 abolition par Andrew Jackson, 1860 rétablissement par les républicains pour financer la guerre civile, 1879 démantèlement partiel par les démocrates).. A la fin du XIX ème siècle et au début du XXème, l'offensive en faveur de la banque centrale est menée par deux dynasties d'industriels devenus banquiers : les Morgan et les Rockfeller.. La banque centrale 4b.. Décideurs compétents, c'est faux aussi.. Pas forcément par leur faute.. Que ce soit pour les savonnettes, les vêtements ou la monnaie, la planification et le dirigisme, cela ne marche pas.. C'est trop complexe de gérer et d'analyser des milliards d'informations en agissant sur des millions de paramètres modifiés par des millions de personnes libres.. Les quelques boutons et les quelques thermomètres dont dispose la banque centrale sont ridiculement dérisoires par rapport à la complexité d'une économie moderne.. La politique monétaire, c'est un gag soviétique prétentieux.. Il ne devrait pas y avoir davantage de politique monétaire qu'il y a de politique savonnaire, de politique couche-culotaire ou de politique pantalonnaire.. La politique monétaire, c'est un terme savant pour cacher une empilement approximatif de trucs et astuces incohérents appliqués avec une désinvolure stupéfiante de gamins (assez) ridés.. Dans une économie libérale, il n'y a pas de politique monétaire, il y a.. une production.. de monnaie et.. un marché libre.. du crédit, vous savez les trucs qui marchent pour les savons, les couche-culottes et les pantalons.. Rendons à César ce qui appartient à César.. La banque centrale n'est pas du tout libérale, elle est étatiste et dirigiste.. Et les crises monétaires dont elle est la cause ne sont pas des crises du libéralisme, mais des crises de l'étatisme et de l'interventionnisme.. "Nous ne devons laisser aucun doute quant à la nature des autorités monétaires.. Toutes les banques centrales servent uniquement à piller la population au profit de cartels d'intérêts politiquement organisés.. La Bundesbank n'est pas une exception.. Cependant, de toutes les banques centrales, c'est encore elle qui a le moins porté atteinte aux intérêts de la grande masse de la population non politiquement organisée.. Elle n'a pas seulement rendu ce service à la population allemande, mais également à tous les citoyens européens.. Car grâce à sa retenue, ce sont toutes les autres banques centrales qui ont été obligées d'en faire autant.. JP Morgan JD Rockefeller.. Les Rockfeller ont fait fortune dans le pétrole, les Morgan dans les chemins de fer.. Ces derniers sont parvenus en 1887 à s'octroyer sur le rail américain un monopole de fait grâce à un organisme public l'Interstate Commerce Commission qui à coups de règlementations a éliminé ses concurrents.. P.. Morgan rêve de reproduire cette notion très particulière d'intérêt général dans le monde de la banque.. Entre 1875 et 1913, une bataille d'influence intense a lieu entre d'une part quelques grandes banques de WallStreet (menées par Morgan et Rockfeller) alliées aux étatistes planificateurs et d'autre part les partisans de la monnaie saine alliés aux petites banques régionales ne voulant pas tomber dans le giron des grandes banques NewYorkaises.. Cette bataille est gagnée par le lobby des grosses banques en 1913.. La banque fédérale américaine est créée, elle a un monopole total sur l'émission de billets et toutes les banques régionales doivent avoir un compte chez elle.. Elle a aussi un rôle de prêteur en dernier ressort.. Cette banque est toujours une banque privée mais basée sur des liens privilégiés avec le trésor américain.. Elle est dirigée par un directoire de banques privées et d'un gouverneur doté de pouvoirs exorbitants.. Et si la totalité des gouverneurs ou du directoire a des liens privilégiés avec les Morgan ou d'autres grandes banquiers de WallStreet, ce n'est qu'une malheureuse coïncidence.. Malheureuse coïncidence ou pas, c'est tout de même pratique lorsqu'on a besoin d'une aide pour être sauvé de la faillite d'appeler son tonton, son beau-fils ou son ancien subalterne, aujourd'hui dirigeant à la fed.. Les oligarchies sont les créatures de l'étatisme et de l'interventionnisme.. Pour lutter contre les privilèges indus, il faut lever bien haut l'étendart du libéralisme.. Camarades libéraux de tous pays, unissez-vous pour défendre vos droits fondamentaux !.. La monnaie - Page 35.. La banque centrale 5a.. Comme toutes les entreprises de planification, la banque centrale se heurte à l'incroyable complexité d'une économie où participent des centaines de millions de personnes libres.. Ce n'est pas la faute à la monnaie, c'est simplement inhérent à toute entreprise de planification et de dirigisme.. Si à la place de la monnaie, nous avions une banque centrale pour le savon, le résultat aurait été le même.. Des efforts considérables auraient été consacrés à modéliser l'économie du savon.. D'autres efforts vains auraient été consacrés à estimer les besoins de la population en savon en s'appuyant sur des projections statistiques se plantant avec la régularité d'une horloge suisse.. Le tout sous le patronage de publications truffées de modèles mathématiques incertains avec des données agrégées sur la vitesse d'utilisation du savon, le stockage du savon liquide, le coefficient de fonte du savon etc.. Tous ces experts auraient naturellement fait des débats feutrés, entre gens qui savent, pour augmenter la masse de savon liquide ou diminuer la quantité de savon antipelicullaire.. "Considérons une société libre où l'or est la monnaie.. Dans une telle société, on ne peut acquérir de la monnaie que de trois manière différentes a) en prospectant de l'or; b) en vendant un bien ou un service en échange d'or c) en recevant l'or comme un cadeau.. Chacune de ses méthodes respecte scrupuleusement le droit de propriété de chacun.. "L'institution de la banque centrale prend ses racines dans le renoncement des autorités publiques à définir et à défendre le droit de propriété des déposants, soit en d'autres termes, à mettre fin à l'utilisation frauduleuse de l'argent que les clients de banque ont confiés à ces dernières.. Cet échec a permis le développement de la réserve fractionnaire permettant aux banquiers la création de nouvelle monnaie ex-nihilo, générant ainsi des profits colossaux.. Pour protéger un secret, il y a deux méthodes :.. - Assassiner sans pitié tous ceux qui sont au courant du secret et qui pourraient parler.. Cette méthode a une efficacité indéniable comme en témoigne la longévité de certaines associations du sud de l'Italie.. - Rendre le secret tellement chi*nt qu'aucune personne saine d'esprit ne peut s'y intéresser raisonnablement plus de cinq minutes d'affilée.. Cette méthode est imparable.. C'est celle qui protège la production de monnaie et l'organisation du crédit actuel.. Et ça marche.. Un rédacteur en chef modérément cupide n'hésitera pas une seconde entre une couverture sur des exclusivités people-politique et une couverture sur la monnaie.. Un gauchiste préféra s'enflammer contre le méchant ultra-capitalisme prédateur.. Le rapport neurones sollicitées/niveau d'indignation de son public sera nettement plus intéressant qu'une exposition laborieuse sur la monnaie.. Et puis si l'Etat est au centre du phénomène, cela ne peut pas être complètement mauvais.. Un droitiste aura du mal à s'indigner contre des messieurs si bien peignés qui portent des costumes cravates et gagnent beaucoup d'argent.. Et puis, des gens qui ont du pouvoir en parlant en termes incompréhensibles de la destinée du monde, cela ne peut pas être complètement mauvais.. Le libéral a une boussole pour naviguer dans ce maquis sans mourir pétrifié d'ennui :.. Est-ce que les personnes sont libres de s'abstenir d'utiliser les services ou le produit de cette entreprise ?.. Si oui, l'entreprise aura tendance à être sage et le produit acceptable.. Sinon euuh.. ben c'est (beaucoup) moins bien.. Vous êtes obligés d'utiliser une monnaie diluée par les banques ou les Etats.. La monnaie - Page 36.. La banque centrale 5b.. Des politiques auraient sans doute exigé une politique de relance de la production de bain moussant tandis que d'autres plus prudents auraient expliqué que le savon de Marseille est la clé de la propreté.. Tout cet immense brouhaha n'aurait donné lieu qu'à des injustices, à des crises ponctuées de surplus ou de pénuries et à de mouvements de prix imprévisibles pour le plus grand bénéfice de requins de la savonnerie.. Et comme le sujet a été rendu trop complexe par ces experts en planification, il est naturellement totalement hors de controle démocratique ou individuel.. Heureusement pour notre propreté personnelle et pour nos trajets dans le métro, la production et la distribution de produits d'hygiène n'est pas planifiée et dirigée par une poignée d'experts imposant sa décision à toute la population.. C'est le marché libre, c'est-à-dire des dizaines de millions de personne qui imaginent, produisent, consomment, s'adaptent, se concurrencent et estiment en fonction des millions d'informations de leur environnement.. L'Etat a un rôle à jouer pour édicter des lois générales (en gros le respect des contrats), faire fonctionner les tribunaux et éventuellement établir quelques règlementations pour l'information ou la sécurité.. C'est tout, mais c'est déjà énorme et très utile.. La monnaie mérite (au moins) autant d'égard que le savon.. Dans une société libre, la banque centrale serait abolie et les privilèges des banques privés aussi.. Et les monsieurs sérieux qui aujourd'hui tentent de planifier la monnaie pourraient co.. nsacrer leur temps à des choses utiles pour la société.. "Ainsi les limites imposées par le mécanisme de la propriété privée ne fonctionnent plus.. La bourse devient une arène de jeux qui transforme l'investisseur en joueur et le placement de son patrimoine, qui était jusque là risqué, en un jeu apparemment sans conséquences.. Les joueurs entretenant de bonnes relations avec les autorités monétaires (banques, grande industrie, gouvernements) jouissent d'un accès prioritaire à ces quantités nouvelles de monnaie qui surgissent du néant.. Ils peuvent prendre part au jeu, sans avoir à se casser la tête pour savoir s'ils pourront vendre leurs actions à un cours encore plus élevé qu'ils ne les ont achetées.. Aussi longtemps que les autorités monétaires produiront de la monnaie signe nouvelle, il y aura toujours des personnes qui pourront et voudront jouer des sommes plus grandes parce qu'elles anticipent avec confiance une future inflation.. Hulsmann.. "Les banques de détails, engagées comme elles le sont dans la reserve fractionnaire sont en permanence au bord de la faillite.. Elles poussent toujours ainsi en faveur de l'intervention de l'Etat et de ses sauvegardes.. Les banques de marché font une grande partie de leurs affaires grace aux emprunts d'Etat.. Elles poussent alors les Etats aux déficits et forcent les contribuables à payer les dettes du gouvernement.. Wall Street, banks, and American Foreign Policy - Murray Rothbard.. Avec la monnaie fiduciaire, la réserve fractionnaire et la banque centrale, la quantité de monnaie ressemble à un accordéon.. La main droite, c'est la banque centrale qui imprime à volonté de la monnaie et fixe les taux d'intérêt directeurs.. La main gauche, ce sont les banques privées qui augmentent la masse monétaire au gré des crédits qu'elles accordent grace à la réserve fractionnaire.. L'accordéon monétaire est donc tenu par deux musiciens différents, parkisoniens et complètement nuls en solfège.. Ils s'en moquent : leurs concerts sont monopolistiques et obligatoires.. Ainsi les personnes libres et les entrepreneurs qui ont besoin d'une évolution prévisible et très lente de la quantité de monnaie pour prévoir, investir ou emprunter se retrouvent obliger de subir en permanence des expansions ou des contractions de la masse monétaire parfois violentes et totalement imprévisibles.. Au lieu d'avoir un métronome régulier et doux permettant de prévoir ou d'estimer la quantité de monnaie nécessaire à leurs projets avec une certaine précision, les personnes libres sont obligées de subir une cacophonie destabilisatrice avec de grandes variations d'amplitude.. Le capitalisme n'est pas structurellement cyclique.. Des variations dans tel ou tel domaine d'activité peuvent se produire, mais les grandes crises (comme les bulles) sont le résultat de millions de mauvaises décisions d'entrepreneurs obligés de danser sur le rythme irrégulier de ces deux musiciens chaotiques.. La monnaie - Page 37.. Pour en savoir plus.. Etat, qu as-tu fait de notre monnaie ?.. Murray Rothbard.. Murray Rothbard, c est un peu le pit bull de l école autrichienne.. Un style volontier sec, précis et percutant.. Elève de Ludwig Von Mises, il a écrit de nombreux ouvrages d économie (souvent plus clairs et mieux construits que ceux de son professeur).. Etat, qu'as tu fait de notre monnaie.. est disponible en français en livre ou en format pdf (gratuit et légal).. Destiné au grand public, il reprend dans un format court et pédagogique la vision autrichienne de la monnaie et des banques.. Ou disponible gratuitement en ligne (et en français) :.. scribd.. com/doc/.. 11452701/Etat-quastu-fait-de-.. notre-monnaie.. The case against the fed.. (seulement disponible en anglais).. Murray Rothbard retrace l histoire de la banque fédérale américaine.. Puis explique ce qu il pense de cette institution (beaucoup de mal).. Destiné au grand public américain pour le convaincre de s attaquer à la monnaie fiduciaire, cet essai est une plaidoirie pour abolir la banque centrale et retourner à la monnaie libre.. Ou disponible gratuitement en ligne (en anglais) :.. org/books/fed.. pdf.. Banking, Cycle and money production.. Jesus Huerta De Soto.. (seulement disponible en anglais.. Jesus Huerta De Soto est un universitaire Espagnol actuellement en poste.. Ce gros pavé de mille pages détaille l histoire de la réserve fractionnaire et des crises dont cette pratique est responsable.. Il fait aussi un détour du côté des théories économiques qui soutiennent le système actuel (Keynésien et Monétariste) pour **SPOILER** en dire du mal **SPOILER**.. Un ouvrage universitaire donc, mais dans la tradition de l école autrichienne, c'est-à-dire lisible.. org/books/desoto.. The Ethic of Money production.. Actuellement Professeur à l université d Angers, Hullsman s intéresse aux aspects moraux de la production de monnaie selon qu elle soit monnaie marchandise ou monnaie fiduciaire.. En dehors des aspects d efficacité économique, la monnaie fiduciaire soulève en effet de nombreux problèmes moraux qui seraient identifiés comme tels et combattus dans d autres domaines de la sphère économique.. Hullsman explore ces aspects en s appuyant en particulier sur la tradition chrétienne.. mises.. org/books/moneyproduction.. L'homme, l'économie et l'Etat.. Murray Rothbard détaille dans certains chapitres de son manuel d économie (tendance école autrichienne donc) le rôle de la monnaie d un point de vue théorique.. Du lourd mais surtout du clair pour appréhender les mécanismes monétaires.. Ce manuel est désormais disponible en français, c'est de loin le meilleur ouvrage existant pour une étude sérieuse de l'économie théorique.. org/books/mespm.. et toujours en anglais, un excellent support pédagogique avec des résumés de chaque chapitre :.. org/books/messtudy.. Action Humaine.. Le navire amiral de l Ecole autrichienne, écrit par Ludwig Von Mises en 1947, consacre plusieurs chapitres à la monnaie d un point de vue théorique.. Que du bon (et du un peu long).. En plus c est en français et c est gratuit.. Pourquoi se priver ?.. "Maurice Allais".. Maurice Allais est l'un des très rares français a avoir obtenu le prix nobel d'économie.. Il a participé notamment à la fondation de la société du Mont Pèlerin, association regroupant des économistes et philosophes libéraux, en particulier de l'école Autrichienne.. Et ce n'est pas un hasard si l'on retrouve beaucoup de des idées Autrichiennes dans ce texte publié en 1998.. http://etienne.. chouard.. fr/Europe/messages_recus/La_crise_mondiale_d_aujourd_hui_Maurice_Allais_1998.. L'université d'été 2008 du Parti Libéral Démocrate.. Philippe Nataf, est invité à l'université d'été 2008 du Parti Libéral Démocrate (PLD) à exposer ses vues libérales sur la monnaie, l'Euro, les banques centrales, les politiques monétaires, les taux de changes.. Philippe Nataf est un économiste français, spécialiste des questions financières, monétaires, bancaires et des fluctuations conjoncturelles.. Il enseigne l'économie à l'université Paris-Dauphine et s'occupe également d'un organisme de formation permanente, le CEFGEC.. The case for Gold.. Ron Paul est un homme politique atypique.. Médecin obstétricien, élu américain, libertarian, c'est-à-dire ultra-hyper-ultra-giga-tetra-libéral selon les standards français (à qui il ne faut pas grand-chose, il est vrai) il est devenu le temps des primaires républicaines un véritable phénomène internet.. Son opposition frontale à Bush et aux néo-conservateurs, sa résistance systématique à l augmentation du périmètre de l Etat, son opposition à la guerre, sa bouille de Gandalf courtois, cultivé et souriant, lui ont valu une popularité phénoménale chez les cyber-amis.. américains.. de la liberté.. Ron Paul est aussi un économiste de l Ecole autrichienne.. "The case for gold", en s appuyant sur les théories monétaires autrichiennes est une plaidoirie en direction des élus comme du peuple américain pour un retour à l Etalon-or.. Pour étayer son argumentation, il retrace les grandes lignes de l histoire de la monnaie et des banques centrales.. org/books/caseforgold.. En bonus, voici deux des nombreuses interventions de Ron Paul.. On y retrouve les grandes thématiques de l école autrichienne.. Et super bonus, un grand moment de.. la chanson politique.. La.. candidature de Ron Paul, sans beaucoup de moyens, a provoqué une explosion des réalisations vidéo de soutien (au point que les grands networks se sont interrogés gravement sur le phénomène Ron Paul).. Aimee Allen, chanteuse californienne, a écrit et réalisé cette chanson de soutien à Ron Paul.. Pour vous aider à mieux situer ce monument gentiment kitchounet des chants politiques modernes, je vous propose un commentaire seconde par seconde du clip qui a enflammé les libéraux américains l'année dernière.. 0:00 Symbole anarchiste qui n'est pas le clip original.. Mais bon, il n'est pas non plus complètement incongru, la méfiance vis à vis de l'Etat de certains libéraux (ultra) les amènent souvent barboter dans les eaux de l'anarchisme individualiste.. 0:19 Aimee appelle l Amérique à se réveiller.. On remarque à ce moment là qu elle a oublié d être moche et que se réveiller à ses côtés peut effectivement intéresser 50% des électeurs.. 0:37 Aimee propose de détruire les institutions illégales.. En gros tout ce qui n'est pas autorisé par la constitution américaine.. La banque fédérale américaine par exemple.. 0:43 Aimee salue religieusement le drapeau américain.. C est un passage obligé.. Ca tombe bien Ron Paul est un grand opposant à la guerre en Irak, la déclarant totalement inconstitutionnelle.. Il s est violement opposé à tout les va-t-en guerre neo-con.. Ca plaisait beaucoup aux troupes qui ont fait de lui le principal bénéficiaire de leurs dons aux candidats de.. la présidentielle.. la grandeur stupeur des médias et des néoconservateurs.. 1:16 Bon, là elle crie le nom de Ron Paul, c'est sûr qu'un nom à deux syllabes c'est plus facile pour rythmer une chanson -même si ça fait un peu culte de la personnalité-.. 1:19 Aimee a des jolies ailes tatouées sous les bras.. 1:30 Aimee décrit son sentiment sur le Patriot Act.. En résumé, il est assez négatif.. 1:37 Ce sentiment s'étend en particulier aux écoutes illégales comme aux procès sans jury.. 1:47.. L'IRS (impôt sur le revenu) prend l'argent des contribuables.. Cela ne plait pas à Aimee.. Elle a raison.. 2:08 Moment surréaliste du clip.. L'apparition des Suicides Girls au ralenti avec les cheveux dans le vent.. Qui sont elles ? Des copines du studio musique d'à côté ? Des passantes qui revenaient de la plage ? Des militantes de Ron Paul ? Des actrices porno entre deux tournages ? C'est assez mystèrieux.. Une chose est sûre elles portent bien le bikini noir.. 2:19 Voix off de Ron Paul.. D'habitude dans les clips, c'est le moment un peu calme où le rappeur, d'une voix pateuse, s'interroge gravement sur ses problèmes conjugaux avec sa bitch à lui.. Là, Ron Paul nous parle de politique monétaire et explique que la banque fédérale américaine vole les pauvres au profit des riches.. A ma connaissance, c'est le seul moment dans toute l'histoire de la pop qu'un clip parle des banques centrales.. 2:32 Aimee veut conserver ses droits garantis par la constitution.. Elle a raison : la constitution américaine a été écrite il y a 250 ans par des gentlemens libéraux qui pourraient donner des leçons de citoyenneté et de démocratie à 99,9% de la classe politique française.. Mais ils sont morts et en plus ils sont américains, alors ils ne vont pas le faire.. 2:54 Aimee appelle à la révolution (libérale) à fond les cordes vocales.. En écoutant ce cri, ça me donne une envie irrésistible d'aller prendre une bastille Etatique.. Tandis que lorsque Besancenot crie Révolution, ça ne me donne pas envie d'aller affamer des paysans russes.. Bizarre la vie, non ?.. 3:11 Ca devient un peu plus confus.. Mais on comprend qu'elle soutient Ron Paul..

    Original link path: /banques.html
    Open archive

  • Title: Le capital et les taux d'interets
    Descriptive info: CHAPITRE 10.. LE CAPITAL.. Dans la catégorie "mot pestiféré", le libéralisme a deux compagnons de cachot :.. Le taux d'intérêt et le capital.. Le premier a été enfermé là il y a plusieurs siècles par l'église catholique.. A force de plaidoiries sur son rôle bénéfique, il est parvenu à obtenir quelques jours de sortie.. Mais c'est la liberté surveillée : il est planifié par la banque centrale pour "piloter" l'activité économique.. Capital lui a encore moins de chance.. Grand bienfaiteur de l'humanité, il est pourtant accusé de tous les maux, en particulier celui de voler les travailleurs.. Si le grand public connaissait leur vrai rôle, sûr qu'il irait jusqu'aux portes de la prison médiatique pour exiger leur libération.. Oyez, Oyez braves gens, la triste histoire des vrais héros de la prospérité moderne et des honteuses calomnies dont ils sont victimes.. "Ainsi, l'épargne et l'accumulation de biens de capitaux qui en résulte sont au début de chaque tentative d'améliorer les conditions matérielles de l'homme; c'est le fondement de la civilisation humaine.. Bon assez rigolé avec des blagues de boulevard, nous allons tenter une autre approche le temps d'un chapitre : la fresque historique à grand spectacle.. Imaginez à l'aube de l'humanité, une savane immense où des petits hommes poilus se dressent sur leurs pattes arrière.. Un matin, une petite silhouette fragile ne part pas à la chasse comme les autres.. Depuis plusieurs mois, chaque jour, elle a mis de côté un peu de nourriture.. Après beaucoup de privations, elle a assez épargné pour tenir une semaine sans chasser.. Le petit humanoïde contemple avec fierté la viande séchée durement économisée.. L'EPARGNE VIENT D'APPARAITRE.. (Tatsoin, grand éclat sonore, genre 2001 l'odyssée de l'espace).. Elle a décidé de mettre à profit cette semaine libre pour se fabriquer une arme plus efficace.. L'humanoïde taille avec détermination des silex sur une musique grandiose genre chant grégorien chantonné en chorale à la "1492".. La musique grandiose s'arrête net.. A la place, pendant quelques secondes, un silence et les bruits de la savane écrasée par la chaleur.. La petite silhouette -se découpant sur un soleil rougeoyant- lève alors doucement un silex aiguisé vers le ciel.. LE CAPITAL (ou plus précisement un bien de capital) VIENT D'APPARAITRE.. Quelques semaines plus tard, dans les crépitements nocturnes autour du feu, un autre chasseur fait une proposition au tailleur de silex.. "Tu me prêtes ton silex aiguisé pendant une semaine et en échange, je te donnerai deux gigots venant des mammouths que je vais tuer grâce à cette arme déjà fabriquée.. Le tailleur de silex hésite un peu, regarde les mèches incandescentes virvolter au dessus du foyer, puis répond "d'accord".. LE TAUX D'INTERET VIENT D'APPARAITRE.. La musique continue de plus en plus fort tandis qu'on voit un gigot de mammouth tournoyer sur un fond de ciel bleu.. Le gigot se transforme en grande tour en verre ultra-moderne avec marqué "banque" sur le côté.. La musique s'arrête.. Pour le réalisme historique, je ne suis pas très sûr.. Mais bon, c'est Hollywood, le grand spectacle quoi.. Mais le fond reste vrai.. L'épargne, le capital et son accumulation, les taux d'intérêt ont vu le jour il y a très très longtemps.. Bien avant que des économistes se crêpent le chignon sur leur conceptualisation.. Le capital.. Pour construire un avion, vous pouvez bien sûr partir de rien.. A mains nues et avec des matières premières brutes (une flaque de pétrole, du sable et des morceaux de métal) vous tentez de construire l'appareil.. Cela risque de prendre du temps, parce que même si vous disposez des connaissances techniques, il va falloir construire de multiples outils pour concevoir, mouler, assembler l'avion.. Et comme vous allez devoir vous nourrir pendant la période de fabrication de l'avion (ben oui ça risque de prendre plus d'une matinée), et donc trouver de la nourriture (à mains nues.. ), le temps quotidien disponible pour faire un cockpit ou un moteur risque d'être faible, voire inexistant.. Résumons : Vous avez des bras, un cerveau, les connaissances techniques, les matières premières et pourtant vos chances de construire un avion à mains nues sont nulles.. Même en 100 ans.. Même un petit avion.. Il vous manque des biens de capitaux.. (par opposition aux biens de consommation).. C'est-à-dire des machines outils, un bureau, des outils, du métal pré moulé, du papier, des crayons etc.. Or les biens de capitaux ne tombent pas du ciel.. Ils ont été construit par d'autres hommes qui ont choisi de ne pas consommer immédiatement tout le fruit de leur travail pour le consacrer à fabriquer des outils plus perfectionnés.. (Sans que cela soit d'ailleurs forcement une question de mèrite.. Renoncer à tout consommer, c'est plus facile lorsqu'on a déjà beaucoup.. Une constatation s'impose : le capital n'est pas l'ennemi du genre humain.. Du moins si l'on veut fabriquer des petits avions, des gros avions, des médicaments, des vêtements, des radiateurs, des maisons, des routes, des bateaux, des ordinateurs, des fromages, des téléphones, des livres, des locomotives, des ampoules, des chaussures.. Les amis du genre humain ont donc tendance à considérer le capital comme bénéfique, du moins ceux qui ne veulent pas voir mourir de faim et de froid leur enfants mignons et innocents aux grands yeux implorants.. Et il se trouve que le droit de propriété favorise l'accumulation de capital.. Et il se trouve aussi que le libéralisme défend obstinément le droit de propriété.. De là à dire que les libéraux sont les vrais amis du genre humain, il n'y a même pas un pas et ce n'est donc pas la peine de le franchir.. "Il n'est pas exact, non plus, d'appeler les capitaux matériels du travail et de la nature emmagasinés.. Ils sont en réalité du travail, de la nature et du temps emmagasinés.. La différence entre la production sans l'aide de capitaux et la production assistée par la mise en œuvre de capitaux matériels consiste en du temps.. Les biens de production sont des stations intermédiaires sur la route qui conduit du début de la production jusqu'à son but ultime, qui est de sortir des produits de consommation.. Celui qui produit avec l'aide de capitaux matériels jouit d'un grand avantage sur l'homme qui part sans eux ; il est plus près, dans le temps, du but ultime de ses efforts.. Sur l'île de Steak frites, les premiers temps ont été durs.. Les naufragés n'avaient que leurs mains nues pour déterrer les patates ou tuer les vaches.. Ainsi, les chasseurs de patates sauvages -Oui, ils préfèrent se faire appeler comme ça plutôt que gratteurs de terre.. D'abord parce que chasseur ça impressionne les femmes et puis c'est vrai : les patates étaient sauvages à leur arrivée sur l'île-.. Reprenons.. Les chasseurs de patates sauvages, donc, passaient toutes leurs journées à chercher des plans de patates dans les prairies de l'ile, à creuser avec les mains la terre puis à les ramener pour les faire cuire sous la cendre (miam).. Cela aurait pu continuer longtemps comme ça.. Creuser avec les mains, manger les patates de la journée, creuser avec les mains, manger les patates de la journée.. Mais pour devenir un prédateur de patates sauvages plus redoutable, un des chasseurs n'a pas mangé toutes ses patates à la fin de la journée.. Il en a gardé en réserve.. Puis au bout de trois semaines, il a eu un stock de patates assez conséquent pour ne pas aller à la chasse pendant une semaine tout en ayant assez de réserves pour se nourrir.. C'est l'épargne.. Et il a consacré cette semaine à la fabrication d'une houe bien solide.. Avec la houe, sa productivité est démultipliée.. Il fait des trous cinq fois plus rapidement que ses confrères.. Les patates sauvages n'ont qu'à bien se tenir.. En termes d'économiste, ce chasseur a accumulé du capital (la houe) en restreignant sa consommation, c'est à dire en épargnant (des patates en l'occurrence) pour couvrir ses besoins le temps d'améliorer ou de créer du capital.. Le capitalisme.. Il n'aura peut être pas échappé aux lecteurs linguistes distingués que le mot capital et le mot capitalisme ont des airs de famille.. Cette observation est justifiée : capital et capitalisme ont bien un air de famille (quelle lucidité chez mes lecteurs, vais-je être à la hauteur ?).. Les mêmes lecteurs auront sans doute remarqué qu'aucune syllabe de capital ne se trouve dans libéralisme.. Mais alors pourquoi associe t-on les deux mots aussi souvent ? Quels sont les liens du capitalisme et du libéralisme ?.. En fait, autant la définition du libéralisme est claire et reconnue unanimement (en Europe en tout cas), autant le mot capitalisme recouvre des sens assez différents (entre libéraux et adversaires du libéralisme, mais aussi entre libéraux).. Certains auteurs libéraux américains (Ayn Rand, Friedman) ont en effet utilisé le terme capitalisme en reprenant la définition du libéralisme.. Le mot libéral ayant été littéralement vidé de son sens outre-atlantique jusqu'à devenir un synonyme de social-démocratie, voire de socialisme, ces libéraux américains se sont rabattus sur le terme capitalisme.. Cette source inutile de confusion n'est pas le meilleur des idées politiques made in USA.. Une définition plus rigoureuse du capitalisme, c'est : cadre institutionnel permettant l'accumulation de capital.. Dans ces conditions on peut distinguer :.. - le capitalisme libéral.. Le capital est détenu par les personnes privées qui l'ont acquis grâce à des échanges libres dans le cadre de l'économie de marché.. - le capitalisme de connivence.. Le capital est toujours détenu par des personnes privées, mais son acquisition s'est faite par des privilèges étatiques (réglementations, subventions, corruption, détournements, réserve fractionnaire des banques).. Le capital est donc détenu par une oligarchie ayant mis directement ou indirectement la force de l'Etat à son service.. - Le capitalisme d'Etat.. Le capital n'appartient plus désormais à des personnes privées, mais à l'Etat lui-même.. Dans ce cadre, les libéraux défendent le capitalisme libéral (incroyable), et s'opposent au capitalisme de connivence comme au capitalisme d'Etat, enfants honteux ou légitimes de l'étatisme.. "Cependant, le travail à lui seul produit fort peu, s'il n'est aidé par l'emploi de ce qui a été réalisé auparavant, au moyen d'épargne et de capital accumulé.. Les produits sont le fruit d'une coopération entre le travail et l'outillage ainsi que d'autres biens de production, coopération dirigée selon le plan à longue portée de l'entrepreneur.. Les épargnants, dont les économies ont constitué et maintiennent le capital, et les entrepreneurs, qui drainent ce capital vers les emplois où il sert le mieux les consommateurs, ne sont pas moins indispensables au processus de production, que les travailleurs de force.. Il est dénué de sens d'imputer tout le produit aux apporteurs de travail, et de passer sous silence la contribution des apporteurs de capitaux et d'idées d'entreprise.. Ce qui produit des objets utiles, ce n'est pas l'effort physique comme tel, mais l'effort physique correctement guidé par l'esprit humain vers un but défini.. Plus grand (à mesure du progrès du bien-être général) devient le rôle des capitaux investis, plus devient efficace leur utilisation dans la combinaison des facteurs de production, et plus devient absurde la glorification romantique de la simple exécution routinière de travaux manuels.. Les reprises sont-elles meilleures que les morceaux originaux ?.. Si meilleur veut dire bonne place dans les hits parades, alors DJ Marx est l'exemple à suivre.. Au XIX ème siècle, ce barbu branché cartonne à donf avec son album "Das Kapital" megamix de Hegel et Ricardo.. 1867.. On s'emmerde un peu sur les dancefloors étatistes Britanniques.. On se repasse en boucle les morceaux d'un vieux crooner Ricardo qui a inventé le concept de valeur-travail, on se trémousse sans trop y croire sur les singles de John Gray (1799-1883) et William Thompson (1775-1833), socialistes ricardiens qui chantent tristement le vol des travailleurs par les capitalistes.. C'est beau, mais c'est un peu chiant.. DJ Marx va réveiller la scène londonienne avec des samples de génie.. Il récupère la valeur-travail et l'idée des profits illégitimes capitalistes, rajoute une boite à rythme boumboum sur la lutte des classes et les lois de l'histoire.. "Das Kapital" va rester en haut des charts des intellectuels pendant plus d'un siècle ! Trop délire !.. Ce succès planétaire fera oublier les caprices de star de DJ Marx.. Ce dernier ne reconnaitra jamais avoir sampler des morceaux des socialistes ricardiens.. Et lorsque la scène parisienne (Jean Batiste Say, Frédéric Bastiat) sortira des morceaux enterrant totalement le concept de valeur-travail, DJ Marx prétendra ne jamais avoir écouté ces albums, mais arrêtera pourtant de mixer.. Sans doute découragé par le génie de la french touch.. Cette lucité (discrète) sur sa propre œuvre ne sera jamais partagée par les danseurs intellos qui s'agiront frénétiquement devant les basses dialectiques jusqu'au petit matin de 1989 (et même après).. La rave marxiste aura fait plus de 80 millions de morts et la zique n était même pas bonne ! Mort de rire !.. L'épargne.. Sans nouveau capital, aucune raison pour que la productivité augmente.. Même les révolutions technologiques ont besoin de se matérialiser sous forme d'un nouvel outil de travail.. Une idée de silex n'est rien si l on ne dispose pas de l'épargne pour fabriquer ce silex.. L'épargne est donc la première étape indispensable pour créer (ou entretenir) du capital.. Que vous soyez sur une île déserte, dans la savane préhistorique ou dans une ville du XXI ème siècle, le principe est le même : si à la fin de chaque journée vous consommez l'intégralité du fruit de votre travail, vous vivez au jour le jour sans disposer de réserves vous permettant de survivre pendant la période où vous fabriquerez un nouvel outil de travail.. Sauf à vivre nus dans des cavernes humides, rien ne peut se faire sans d'abord renoncer à consommer l'intégralité du fruit de son travail, rien ne peut se faire sans d'abord épargner.. "Nous sommes les heureux héritiers de nos pères et ancêtres, dont l'épargne a accumulé les capitaux matériels à l'aide desquels nous travaillons aujourd'hui.. Enfants choyés de l'âge de l'électricité, nous profitons encore de l'épargne primitive des pêcheurs des premiers temps qui, en fabriquant les premiers des filets et des barques, consacrèrent une partie de leur temps de travail à faire des provisions pour plus tard.. Si les enfants de ces pêcheurs légendaires avaient employé et usé ces produits intermédiaires filets et canots sans les remplacer par des nouveaux, ils auraient consommé le capital, et le processus d'épargne et accumulation de capital aurait dû reprendre à zéro.. Nous sommes en meilleure situation que les générations précédentes, parce que nous sommes équipés de biens de production qu'elles ont accumulés pour nous.. "Au point de départ de tout progrès vers une existence plus fournie en satisfactions, il y a l'épargne : la constitution de réserves de produits, qui rend possible d'allonger la durée moyenne séparant le début du processus de production, et le moment où il fournit un produit prêt à l'emploi et à la consommation.. "Il est évident que, pour toute formation de capital, il doit y avoir de l'épargne -une restriction de la jouissance de biens de consommation dans le présent- et l'investissement d'un équivalent de ces ressources dans la production de biens de capitaux".. Man, Economy and State - M Rothbard.. Dans nos sociétés modernes, nous ne percevons pas au jour le jour les gains issus de l'épargne.. Plusieurs phénomènes contribuent à cette perception erronée.. D'abord le capital accumulé au fil des siècles est déjà tellement important que même sans épargner, nous pouvons vivre dans un confort certain pendant de longues décennies, en dilapidant l'héritage.. Ensuite avec la division du travail, ceux qui épargnent ne sont pas les mêmes que ceux qui utilisent l'épargne pour entretenir ou créer des biens de capitaux.. Pourtant le rôle de l'épargne reste strictement identique à l'économie d'il y a 10 000 ans.. En épargnant, c'est-à-dire en travaillant sans pour autant tout consommer immédiatement, nous entretenons quelqu'un - un chercheur, un ingénieur, un ouvrier- qui travaille sans produire quelque chose de consommable immédiatement, une machine outil, une usine, un nouvel appareil révolutionnaire ou un futur produit.. Enfin la monnaie -surtout manipulée comme aujourd'hui- masque aussi la réalité de l'investissement.. Des savants fous ont expliqué qu'en imprimant de la monnaie, on n'avait plus besoin d'épargner pour investir.. C'est magique, il suffit de sortir la planche à billets et hop de l'épargne et du capital sortent d'un chapeau magique.. Le capital déjà accumulé, la division du travail, la monnaie manipulée rendent plus difficile la perception de l'importance de l'épargne et de l'investissement.. Mhh une perception plus complexe, c'est du pain béni pour quelques macro-économistes drapés dans des indicateurs ultra-agrégés déconnectés de l'action humaine.. Incapable de permettre à une société primitive de fabriquer un silex, ils voudraient diriger une société ultra-complexe.. avec un costume-cravate aussi intimidant que le masque de grand sorcier de la préhistoire.. Bah.. le chasseur libéral des grandes steppes économiques du XXI ème a le regard perçant pour distinguer les mammouths productifs des ronds de fumée keynésiens.. Le capital 2.. Le capital c'est donc les objets très divers (usines, bureaux, raffineries, tournevis, camions, stylos, claviers, moissonneuses batteuses, éprouvettes) utilisés pour fabriquer plus vite ou mieux les biens ou les services permettant de ne pas mourir de faim, de froid ou d'ennui.. Le capital, par définition ne nous donne pas en tant que tel une satisfaction immédiate, il est un moyen de fabriquer davantage ou de meilleures satisfactions ultérieures.. Certains biens de capitaux ne permettront d'obtenir une satisfaction que dans très longtemps (un centre de recherche et développement pour un nouveau vaccin), d'autres dans moins longtemps (une nouvelle usine pour fabriquer plus vite des vaccins déjà inventés) et d'autres dans des délais assez proches (une simple modernisation d'une usine déjà existante).. Le capital a donc deux caractéristiques capitales (hé, hé hé) : sa diversité et son éloignement temporel par rapport à la production du bien final, le bien de consommation.. Ce qui permet à un entrepreneur de connaître l'éloignement temporel possible d'un nouvel investissement, c'est le niveau d 'épargne.. Plus l'épargne est abondante, plus les investissements peuvent être réalisés sur du capital éloigné temporellement de la production finale.. Et le thermomètre de ce niveau d'épargne, ce sont les taux d'interêts.. Imaginez le désastre qui peut se produire lorsque l'on casse ce thermomètre.. Euuh en fait, si vous vivez en 2009, vous n'avez pas besoin d'imaginer.. "Dans l'économie de marché, la production est une poursuite continuelle, incessante, répartie en une immense variété de  ...   moins elles ont de la valeur.. Une récolte dans 200 ans vaut pratiquement zéro pour son acheteur comme pour son vendeur.. L'investisseur utilisera le taux d'intérêt pour vérifier que l'investissement vaut vraiment la peine d'être fait.. Les gains dans quelques mois ne valent pas 5 brouzoufs, mais un peu moins : 4,7 puis 4,6 etc.. Le revenu total généré par la machine ne sera donc pas de 500 brouzoufs, mais moins, peut être 450.. Si l'investisseur achète sa machine 500 brouzoufs, il perdra de l'argent.. Le taux d'intérêt pur -le ratio entre un prix futur et un prix présent- n'est donc que l'expression d un phénomène parfaitement naturel : toutes choses égales par ailleurs un bien dans le futur a moins de valeur qu un bien présent.. Et plus ce futur est éloigné, moins le bien aura de la valeur.. "L'intérêt originaire est le rapport entre la valeur attribuée à la satisfaction dans le futur immédiat, et la valeur attribuée à la satisfaction du même besoin dans des temps plus éloignés.. Il se manifeste en économie de marché par la dépréciation des biens à venir, comparés aux biens présents.. C'est un rapport entre des prix de denrées, non un prix en lui-même.. "[Le taux d'intérêt] est révélé sur le marché des fonds prêtables par la confrontation des prêteurs et des emprunteurs.. Le comportement des prêteurs est déterminé par leur préférence pour le temps , c est-à-dire qu ils demandent une compensation le taux d intérêt pour renoncer à leur préférence pour le présent.. Le comportement des emprunteurs, en particulier propriétaires de fonds propres, est déterminé par le taux de rendement qu ils espèrent obtenir par l usage des ressources empruntées.. La crise financière : causes, conséquences, solutions.. - Pascal Salin.. Si un méchant astéroïde devait s'écraser dans 3 mois sur notre chère planète Terre, anéantissant l'humanité de manière certaine, les taux d'intérêt à 4 mois tendraient sans doute vers l'infini.. En effet, la préfèrence temporelle deviendrait à ce moment-là très forte.. Si la fin du monde est dans 3 mois, peu de gens voudraient renoncer à une satisfaction immédiate contre une satisfaction future (ben oui, y'a pas de futur).. Pour faire renoncer à une satisfaction présente, un emprunteur devrait promettre de rembourser une satisfaction future (dans 4 mois) colossale (et il n'est pas sûr qu'il trouve pour autant un prêteur).. Le ratio entre la valeur subjective d'un bien futur sur la valeur subjective d'un bien présent, -le taux d'intérêt donc pour ceux qui suivent- à l'approche de l'apocalypse deviendrait donc si élévé que le marché du temps serait inexistant.. A contrario, dans une cabine spatiale revenant sur Terre dans 6 mois, l'équipage aurait une préférence temporelle assez faible pendant les 5 prochains mois, puisqu'il n'y aurait de toute manière rien à acheter avant le retour sur Terre.. Ainsi 100 Star-Brouzoufs maintenant ou 100 star-Brouzoufs dans les 5 prochains mois auraient pratiquement la même valeur subjective.. Le taux d'intérêt pur à 5 mois dans ce BattleStar Galactica sans consommation ou investissement possible avant 6 mois serait très faible.. Ce qui est vrai dans l'espace ou à quelques semaines de la fin de l'humanité est aussi vrai sur Terre sans le moindre armageddon envisageable à moyen terme : le taux d'intérêt pur donne une information précieuse sur la préfèrence temporelle des braves humains d'ici ou d'ailleurs.. Enfin cette information précieuse, elle existe seulement lorsqu'il n'y a pas de banque centrale pour tout dérégler.. Avec une banque centrale qui comme aujourd'hui fixe les taux, à deux mois de l'arrivée de l'astéroïde nous aurions des taux de marché à 1% (pour relancer l'économie, si, si).. Le moment ou jamais d'investir dans des projets immobiliers ambitieux.. Le taux d'intérêt du marché.. Le prix aujourd'hui des biens de capitaux est fonction des revenus qu'ils peuvent générer dans le futur.. Par exemple si un bien de capital génère des revenus de 10 pièces d'or par mois pendant une durée de vie de 10 mois.. Préférence.. Temporelle.. Forte : les personnes préfèrent des biens aujourd'hui plutôt que des biens demain.. Faible : les personnes préfèrent des biens demain plutôt que des biens aujourd'hui.. Taux.. Fort.. Faible.. Dévaluation.. des revenus.. futurs.. Forte.. Evaluation aujourd'hui des.. revenus.. janvier : 10 pièces d'or.. février : 9 pièces d'or.. mars : 8 pièces d'or.. octobre : 4 pièces d'or.. janvier : 10.. pièces d'or.. février : 9,5.. mars : 9.. octobre : 7 pièces d'or.. totaux (donc prix du bien de capitaux qui les génére).. 87 pièces d'or (par exemple).. 95.. pièces d'or (par exemple).. Conséquences :.. Des taux d'intérêt forts diminuent l'évaluation des revenus futurs d'un bien de capital, donc son prix.. Des taux d'intérêt faibles augmentent l'évaluation des revenus futurs d'un bien de capital, donc son prix.. On voit bien dans ce tableau que lorsque les taux vont de.. à.. , le prix des biens de capitaux augmentent mécaniquement.. Et à contrario, on voit bien que lorsque les taux vont de.. , les prix des biens de capitaux diminuent mécaniquement.. Cette influence des taux est d'autant plus grande que le bien de capital est éloigné temporellement de la production des biens de consommations.. "Le rôle que le taux d'intérêt joue dans ces délibérations de l'homme d'affaires qui dresse son plan est évident.. Il lui montre dans quelle mesure il peut soustraire les facteurs de production aux emplois où ils satisfont des besoins proches, pour les consacrer à satisfaire des besoins plus éloignés dans le temps.. Il lui indique quelle est la période de production qui, dans chaque cas, correspond à la différence que le public fait entre la valeur des biens présents et des biens futurs.. Il lui fait abandonner les projets dont l'exécution ne serait pas compatible avec le volume limité des capitaux matériels fournis par l'épargne du public.. "Une préférence temporelle plus basse sera reflétée dans une proportion plus grande d investissement par rapport à la consommation, un allongement de la structure de production et l accumulation de capital.. American Great Depression - Murray Rothbard.. Le taux d'intérêt -bien qu'innocent des crimes dont on l'accuse- est l'eternel fugitif des biens pensants de toutes sortes.. Il a d'abord été pourchassé pour des raisons morales par l'Eglise Catholique et par les marxistes, puis pour des raisons d'efficience économique pour les macro-experts Keynésiens ou Monétaristes du XX ème siècle.. En ce qui concerne les accusations morales, le fugitif est innocent.. Le taux d'intérêt du marché se base sur un taux d'intérêt pur qui est une conséquence mécanique de l'écoulement du temps et du fait que, toutes choses égales par ailleurs, nous autres pauvres mortels préférons (en général) une satisfaction présente à une satisfaction future.. Dans un système libéral, -sans banque centrale comme aujourd'hui donc- le taux d'intérêt du marché est établi sur un marché libre, c'est-à-dire que les acteurs consentent librement à échanger des biens présents contre des biens futurs et peuvent s'abstenir d'échanger si les conditions ne leur conviennent pas.. Au contraire d'un taux "libéral", les méthodes des persécuteurs du fugitif sont immorales.. Il n'est pas juste de voler massivement par la.. violence de l'Etat.. -en fixant les taux d'intérêt- les prêteurs en faveur des emprunteurs ou vice versa.. Mais même en dehors de l'aspect moral, l'efficience économique est du côté du fugitif.. L'efficience économique vient de la transmission la moins mauvaise possible de l'information sur les préférences temporelles de la population.. Les bidouillages très approximatifs de cette information conduisent assez régulièrement à d'immenses catastrophes collectives -les crises économiques- que nos chers sorciers en taux d'intérêt imputent paradoxalement au libéralisme.. Le fugitif est ainsi aujourd'hui encore accusé de beaucoup de maux, et nombreux sont ceux qui souhaitent le voir totalement éliminé.. Mais il est innocent, il court vite et l'avenir montrera que les coupables sont justement ceux qui le poursuivent.. Le taux d'intérêt de marché 2.. Le taux d intérêt joue donc un rôle primordial dans la coordination entre les épargnants, les investisseurs et les producteurs.. Résumons :.. - Pour créer de nouveaux biens de capitaux, il faut de l épargne.. - Ces biens de capitaux ne sont pas homogènes, ils sont plus ou moins éloignés temporellement de la production de nouveaux biens de consommation.. - Ca tombe bien, la préférence temporelle, c'est-à-dire la valeur accordée à un bien présent par rapport à un bien futur est indiquée par le taux d intérêt pur.. - Grâce aux taux d intérêts, l investisseur avisé sur un marché libre pourra donc investir dans des biens de capitaux correspondant aux goûts de la population.. - Si les taux d intérêt sont bas, l épargne sera suffisante pour que l investisseur puisse allonger ou complexifier la structure de production en fabriquant des biens de capitaux éloignés temporellement des biens de consommation.. Ben oui, le public est prêt à troquer des biens présents contre des biens de consommation dans un futur éloigné.. - Si les taux d intérêts sont haut, l épargne n est pas suffisante et l investisseur avisé se contentera de maintenir les biens de capitaux fabriquant rapidement des biens de consommations : le public ne veut pas troquer des biens présents contre des biens futurs.. "Par conséquent, il est hors de question que l'intérêt puisse être aboli par les institutions, les lois, ou par des procédés de manipulations bancaires.. Qui prétend abolir l'intérêt devra persuader les gens qu'une pomme dans cent ans vaut autant qu'une pomme maintenant.. Ce que les lois et décrets peuvent abolir, c'est simplement le droit pour les capitalistes de percevoir un intérêt.. Mais de telles décisions d'autorité entraîneraient la consommation de capital, et rejetteraient bientôt l'humanité vers son état originel de naturelle pauvreté.. "Aussi longtemps que le monde n'est pas changé en un pays de cocagne, les hommes sont confrontés à la rareté et par conséquent il leur faut agir et économiser ; ils sont obligés de choisir entre des satisfactions proches ou futures, parce que ni les premières ni les dernières ne peuvent conduire au parfait contentement.. Donc un changement dans l'emploi des facteurs de production qui en soustrait à la satisfaction de besoins prochains, pour les consacrer à celle de besoins plus éloignés dans le temps, doit nécessairement amoindrir le degré de satisfaction dans le futur proche pour l'améliorer dans le futur plus lointain.. Dans l'antiquité, tout baigne pour les prêteurs.. D Alexandrie à Rome en passant par Athènes, percevoir des taux d'intérêt est accepté pratiquement partout.. Plus tard, au tout début de l'Eglise, les prêts avec intérêts ne suscitent pas davantage de réprobation qu'un péché véniel.. Une forme honteuse d'avarice et non un péché grave contre la justice, pas de quoi casser trois pattes à un canard.. C'est seulement plusieurs siècles après la création de l'Eglise que celle-ci s'enflamme petit à petit contre des taux d'intérêt baptisés taux d usure quelque soit leur montant.. De condamnation polie, elle devient ainsi l'obsession de certains théologiens rivalisant alors d'anathèmes contre cette pratique.. Bref, après trois siècles d'indifférence, le premier concile de l'Eglise en 325 interdit les prêts avec intérêts mais seulement au clergé.. Au Vème siècle, le Pape Léon I fait profiter la société entière de cette interdiction.. En 788, ça dérape dans le politique.. L'empereur Charlemagne interdit l'usure sur tout le territoire.. Durant les siècles suivants, les condamnations se font de plus en plus radicales et violentes.. Le sommet étant atteint au XIeme siècle, avec Saint Anselme de Canterbury (1033-1109) qui déclare que l'usure est du vol et décrit avec beaucoup de détails croustillants le sort reservé à ces voleurs dans l'au-delà.. Un vol sans tromperie et avec le consentement de la victime.. Si seulement tous les vols étaient de cet ordre là.. Le mal-investissement 1.. Investir correctement ce n'est pas seulement bien choisir le domaine dans lequel il faut investir :.. - Des voitures.. - Des vaccins.. C'est aussi bien choisir l'étape temporelle de la structure de production dans laquelle il faut investir :.. - Un nouveau centre de recherche, donc très éloigné de la production d'un nouveau bien de consommation.. - Ou une nouvelle unité de production pour un produit déjà existant, donc assez proche temporellement de la production d'un nouveau bien de consommation.. Lorsque l'investisseur se plante, c'est-à-dire lorsqu'il n'évalue pas correctement l'étape dans la structure de production dans laquelle il faut investir, c'est un mal-investissement.. Un investissement qui gaspille des ressources et détruit de la valeur.. Un mal-investissement correspond donc à la création d'un bien de capital ne repondant pas à la préfèrence temporelle du grand public, c'est-à-dire au taux d'intérêt ou au niveau d'épargne réel.. Par exemple si un investisseur sur-estime l'épargne disponible, il va se lancer dans un projet pharaonique qu'il ne pourra pas terminer ou qu'il terminera au détriment des vrais besoins du public.. "L'augmentation de l'épargne volontaire (.. ) implique une diminution du taux d'intérêt du marché.. Il est important de noter qu'une chute des taux d'intérêt causée par une augmentation de l'épargne volontaire affecte considérablement la valeur des biens de capitaux, en particulier ceux qui sont utilisés à des étapes de production éloignées de la production de biens de consommation.. Ces biens de capitaux ont une durée de vie.. relativement.. longue et contribuent largement aux processus de production.. Money, Bank Credit, and economic cycles - Hernando de Soto.. Quentin Metsys, Le Prêteur et sa femme.. (1514).. Durant tout le Moyen-Age, c'est donc une partie de cache-cache qui s'instaure entre d'une part les usuriers et d'autre part les théologiens de l'Eglise Catholique.. Les contournements sont de plus en plus alambiqués.. L'Eglise interdit l'usure dans une même monnaie, mais rien n'interdit le change entre deux monnaies ?.. Mystérieusement, on se met à changer une somme à une date donnée puis on la rechange quelques mois plus tard avec un taux supérieur au marché.. L'Eglise interdit d'appliquer un taux d'intérêt lorsque le prêt est remboursé en temps et en heure, mais on peut percevoir une amende si ce n'est pas le cas ?.. Bizarrement, tous les prêts sont remboursés en retard ce qui permet à l'usurier de prélever une amende.. L'Eglise interdit les taux mais autorise l'emprunteur à faire un cadeau au prêteur ?.. Etrangement, les banquiers florentins commencent à se faire pleins de cadeaux.. Sans doute parce qu ils sont gentils et qu'ils s'aiment bien.. Cette sympathique course à l'échalote -s'étalant tout de même sur plusieurs siècles- fera quelques morts, des usuriers imprudents et beaucoup de victimes, les misérables subissant les premiers une limitation du développement économique.. Le mal-investissement 2.. Des mauvais investissements, cela se produit en permanence.. Les entrepreneurs et les capitalistes prennent donc des risques à chaque investissement, et parfois des investissements s'avèrent peu rentables voire catastrophiques.. Dans le même temps, certains entrepreneurs plus malins, plus rigoureux, plus intuitifs ou plus chanceux que les autres tirent leur épingle du jeu et réalisent des profits.. Mais il se produit parfois un fait surprenant.. Parfois, tous les entrepreneurs se plantent en même temps.. Parfois, tous les investisseurs font en même temps des mal-investissements, surdimensionnés, mal positionnés dans la structure temporelle de la production.. Même que ça se remarque, cela s'appelle une crise.. Dans ces situations là, il y a deux hypothèses :.. Tous les entrepreneurs sont devenus en même temps des imbéciles malchanceux.. Tous les entrepreneurs utilisent une information commune, primordiale, trafiquée, qui les a poussé à investir là où il ne fallait pas.. Une information commune, primordiale et massivement trafiquée.. Tiens, tiens on dirait les taux d'intérêts qui sont fixés artificiellement par la banque centrale.. "Une baisse du taux brut d'intérêt affecte les calculs de l'entrepreneur concernant les chances de profit des projets qu'il envisage.. Au même titre que les prix des facteurs matériels de production, que les taux de salaires, et que les prix futurs espérés de la vente des produits, les taux d'intérêt sont des éléments qui entrent dans les calculs de l'homme d'affaires qui dresse ses plans.. Le résultat de ces calculs lui montre si oui ou non le projet en question sera payant.. Il indique quels investissements peuvent être faits dans l'état donné du degré de préférence que le public accorde aux biens futurs sur les biens présents.. Il lui fait ajuster ses actions à ces évaluations.. Il le dissuade d'entreprendre des projets dont la mise en œuvre serait désapprouvée par le public à cause de la durée de l'attente qu'ils impliquent.. Il le force à employer le stock existant de biens de production de telle sorte qu'il pourvoie aux besoins les plus urgents des consommateurs.. Sur l'île de Steak-Frite, le naufragé Léonard a une idée géniale qui va bouleverser la production de steak.. Pour chasser les vaches sauvages, il imagine un lance-patate à vapeur monté sur trépied.. Cette machine infernale peut faucher un champ de vaches sauvages en moins de 10 minutes (à condition de bien viser et que les vaches ne tournent pas sur elles-mêmes parce que sinon, les patates frappent un peu partout, ça fait des bleus à la vache mais cela ne la tue pas, mais bref nous nous égarons dans des détails techniques.. Léonard évalue le stock d'épargne dont il a besoin pour survivre pendant la fabrication du bien de capital "lance-patate".. Son stock lui permet de survivre 9 semaines.. Ca tombe bien la fabrication de son lance-patate nécessite 8 semaines de travail.. Léonard se lance donc à corps perdu dans "l'allongement de la structure du capital" : il fabrique un lance-patate.. Hélas, Léonard est plus doué pour la création d'armes de destruction massive que pour compter son épargne.. Il réalise au bout de 3 semaines qu'il n'a pas pour 9 semaines de réserve mais seulement pour 5.. Catastrophe ! Il a donc brûlé 3 semaines de réserve durement économisée pour se retrouver avec un lance patate à vapeur à moitié fini : il n'y a pas de système à vapeur.. Le pauvre Léonard, ruiné, est donc obligé de retourner chasser les vaches avec une lance sous le regard ironique des autres chasseurs.. Et le demi lance-patate à vapeur rouille désormais au fond d'un champ sous le regard ironique des vaches soulagées.. A l'origine de ce gâchis ? Un mauvais investissement du à une mauvaise évaluation de l'épargne disponible.. Et ne riez pas des mésaventures du pauvre Léonard.. Cela se produit aussi dans nos économies, parfois de manière massive.. Cela s'appelle une crise économique.. Mais dans ce cas, la mauvaise évaluation n'est pas due à une erreur des braves entrepreneurs comme Léonard, mais aux manipulations monétaires des banques..

    Original link path: /capitalisme.html
    Open archive



  •  


    Archived pages: 21